L'actualité des jardins

Trois balsamines asiatiques

Impatiens balfouri © CACP – Gilles Carcassès

La balsamine de Balfour est souvent cultivée dans les jardins. Elle amuse les enfants qui font éclater ses fruits ventrus en les pressant entre leurs doigts. On rencontre parfois cette plante annuelle aux abords des maisons, échappée des jardins. D’origine asiatique, elle a été introduite en France au jardin botanique de Montpellier en 1901 et s’est rapidement naturalisée.

 

La balsamine à petites fleurs, Impatiens parviflora,  est aussi une espèce asiatique naturalisée. Elle forme de grands tapis dans les parties fraîches des forêts où elle peut entrer en concurrence avec une autre espèce de balsamine à fleurs jaunes, Impatiens noli-tangere, indigène celle-ci, mais présente en Ile-de-France uniquement dans la vallée de l’Epte.

Impatiens parviflora – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Une très grande espèce, qui peut atteindre deux mètres de haut, possède un caractère invasif affirmé, c’est la balsamine de l’Himalaya, Impatiens glandulifera.

Impatiens glandulifera © CACP – Gilles Carcassès

Ce sont les Anglais qui ont introduit cette espèce en Europe, en 1839 au jardin botanique de Kew. Elle a depuis colonisé de nombreux milieux naturels humides, surtout en montagne. Elle est présente ça et là en Ile-de-France, au bord des rivières. Très attractive pour les insectes pollinisateurs, elle les détourne  des plantes indigènes. Elle peut ainsi affecter, lorsqu’elle est abondante, le succès de la reproduction de certaines espèces végétales. Elle aggrave les phénomènes d’érosion des berges des cours d’eau qui se trouvent dégarnies l’hiver quand sa végétation luxuriante a disparu.

Retrouvez les fiches sur les Impatiens dans l’excellente base d’informations du GTIBMA (Groupe de Travail national Invasions Biologiques en Milieu Aquatique, coordonné par l’Agence Française pour la Biodiversité et l’UICN France).

L'actualité de la Nature

Le sauvetage de l’aeschne

Sans doute à la poursuite d’une proie, elle est entrée dans ma véranda, et voilà qu’elle ne sait pas retrouver la sortie ! Pourtant la porte est grande ouverte, mais elle s’obstine à se cogner bruyamment contre la toiture translucide. Il faut faire quelque chose…

Aeshna cyanea, l’aeschne bleue © CACP – Gilles Carcassès

Je me suis rappelé l’attirance qu’ont les odonates pour les perchoirs, alors je lui ai tendu le premier outil de jardinage que j’avais sous la main. Elle s’est posée dessus et j’ai pu la transférer tout en douceur jusqu’au jardin.

Le voyage dans la véranda © CACP – Gilles Carcassès

Le temps de reprendre des forces avant de s’envoler, cette belle aeschne bleue femelle m’a laissé faire quelques photos. Pratique d’avoir toujours l’appareil autour du cou !

L’arrivée dans le jardin © CACP – Gilles Carcassès
Au revoir ma belle ! © CACP – Gilles Carcassès

Et merci pour la rencontre…

L'actualité de la Nature

Inventaire botanique à Maurecourt : la forêt

Lonicera periclymenum – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Après la friche en bord d’Oise, la forêt. Nous voilà en exploration sur la butte boisée de la commune de Maurecourt. Le chèvrefeuille des bois, aux fleurs délicieusement parfumées, nous accueille.

Carex pendula © CACP – Gilles Carcassès

Au bord du chemin forestier, nous rencontrons plusieurs espèces de carex, dont le géant Carex pendula aux longs épis pendants…

Carex remota © CACP – Gilles Carcassès

et le tout petit Carex remota, la laiche aux épis espacés.

Vaccinium myrtillus © CACP – Gilles Carcassès

Quel est cet arbrisseau qui couvre le sol sous une trouée de lumière ?

Fruit de Vaccinium myrtillus © CACP – Gilles Carcassès

Eh oui, c’est bien une myrtille ! L’espèce est désormais rare en Ile-de-France, concentrée dans quelques stations du Val d’Oise, alors qu’elle était autrefois commune. Les hivers trop doux ne lui conviennent pas. J’ai compté quatre baies sur cette station de 30 mètres carrés. Je les ai laissées pour les blaireaux.

Vespa crabro © CACP – Gilles Carcassès

En revenant près de la route, un gros insecte m’est lourdement tombé dessus. C’est un frelon européen et le pauvre n’a pas l’air dans son assiette : il s’est fait becqueter une aile. Peut-être une attaque manquée du faucon hobereau ?

L'actualité de la Nature

Drôle de drile

Larve de Drilus flavescens © CACP – Gilles Carcassès

Une larve très véloce

Quelle est donc cette larve avec ces curieuses protubérances hérissées de poils raides ? Très active, elle a le comportement d’un prédateur à la recherche de sa proie, inspectant tous les recoins.

Il s’agit de la larve du drile, et les escargots ne trouvent pas ça drôle. Car cet insecte consomme des mollusques.

J’avais trouvé un mâle adulte il y a quelque temps à Osny.

Drilus flavescens mâle – Osny © Gilles Carcassès

Magnifiques antennes

Le drile mâle est reconnaissable à ses antennes pectinées qui lui permettent de repérer à l’odeur la femelle de son espèce. Celle-ci n’est pas facile à trouver car elle se tient au sol dans les herbes. Egalement malacophage, elle est dépourvue d’ailes et d’élytres et ressemble plus à un ver dodu de 3 centimètres de long qu’à un coléoptère ! Cette étrange beauté manque encore à ma collection de photos. Si vous en voyez une cachée dans une coquille d’escargot, dites-lui de me faire signe.

Retrouvez notre article :

Escargots au menu

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Pyrale du buis : l’envol des papillons

Ils résistent encore à l’envahisseur

Un petit coucou aux amis des Hauts-de-France encore épargnés par la pyrale du buis. Voilà à quoi ils peuvent s’attendre !

Buis ravagé par la pyrale – Plaisir © CACP – Gilles Carcassès
Cydalima perspectalis © CACP – Gilles Carcassès

En touchant l’arbuste je fais décoller de nombreux papillons. Ce sont les adultes de la deuxième génération de l’année, la première émergeant en avril-mai.

Un papillon tout neuf mais mal en point

Celui-ci, pas très vif, se pose à hauteur de mes yeux et se laisse approcher de tout près. J’en profite pour le photographier sous tous les angles.

Un trou sur le côté © CACP – Gilles Carcassès

En fait, il est mal en point et son abdomen présente un trou sur le côté. Que s’est-il passé ? Un accident ? Une maladie ? Serait-ce le trou de sortie d’un parasite ? Si oui, ce serait plutôt une bonne nouvelle… pour les buis.

L'actualité de la Nature

L’année des méduses

Dans le bassin dédié au ski nautique – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

A l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, des skieurs nautiques ont fait une bien curieuse rencontre : dans le grand virage, près des poteaux, ils ont aperçu des méduses ! Cela mérite bien une exploration ; me voilà parti en bateau, armé d’un gros bocal, à la recherche des méduses. A l’endroit indiqué, effectivement, j’en ai vu deux, flottant près de la surface. Grosses comme des pièces d’un euro, elles ont bien voulu rentrer dans mon bocal d’observation.

Craspedacusta sowerbii © CACP – Gilles Carcassès

Sur cette vue agrandie, certains tentacules apparaissent légèrement granuleux, c’est là un critère de détermination de l’espèce Craspedacusta sowerbii. Cette méduse d’eau douce qui ne dépasse pas les 2 centimètres d’envergure consomme des rotifères et des daphnies. Les plus grosses pèsent 4 grammes et contiennent 99% d’eau.

Une espèce sans danger pour l’homme

Cette méduse est-elle urticante ? Sylvain en a courageusement saisi une à la main : test négatif ! En fait, si elles sont bien dotées de cellules capables d’immobiliser leurs proies microscopiques, elles ne piquent pas la peau humaine. Rien à voir donc avec les grosses espèces marines responsables de brûlures et de démangaisons !

Méduse d’eau douce en vue rapprochée © CACP – Gilles Carcassès

Elle apprécie les eaux de bonne qualité

C’est une espèce des eaux claires, au ph neutre et sans traces de pollutions. Sa présence est donc plutôt rassurante quant à la qualité des eaux de l’Ile de loisirs.

Méduses d’eau douce – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Avec un fond bleu (une chaise de bar !), cela fait plus cinématographique.

Ces méduses ne sont visibles qu’en été. Quand la température de l’eau est plus froide, ce sont de minuscules polypes fixés au fond de l’eau.

Source : La méduse d’eau douce par le site DORIS

L'actualité des jardins

Au pied du mur

Une même espèce, deux couleurs

Périlla de Nankin pourpre, et vert © CACP – Gilles Carcassès

Au fond d’une courette de la dalle Grand centre à Cergy, j’ai découvert ces deux plantes jumelles blotties contre un mur. Elles ont germé dans une étroite fissure. Je reconnais la plante pourpre : dans les massifs fleuris, les jardiniers l’emploient sous le nom de périlla de Nankin. De son vrai nom Perilla frutescens crispa purpurea, cette plante n’est autre que le shiso, un aromate asiatique aux vertus antiseptiques et antiallergiques. Son goût épicé et anisé fait merveille pour assaisonner les poissons, les coquillages et les légumes dans la cuisine japonaise. L’autre est la variété verte de la même plante.

Comment sont-elles arrivées là ? Indice : ces périllas partagent leur fissure avec deux pieds de tomates.

Perille de Nankin – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

A quelques mètres de là, une petite plate-bande vide a pu servir de mini potager occasionnel à un habitant du coin. Notre végétation de pied de mur serait-elle la descendance de ces hypothétiques cultures ?

L'actualité de la Nature

Coccinelle sur canapé

Sauge sclarée – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Une coccinelle bien mal en point

Sur une feuille de sauge sclarée dans une jardinière dominant la rue de la gare à Cergy, j’ai repéré une coccinelle étonnamment immobile (à droite dans la photo ci-dessus).

Coccinelle asiatique © CACP – Gilles Carcassès

A ses motifs, je reconnais Harmonia axyridis, la coccinelle asiatique, dans sa forme à quatre points rouges.

Cocon de parasitoïde sous la coccinelle © CACP – Gilles Carcassès

Une histoire de zombie

Un regard sur le côté me donne l’explication de cette immobilité : elle est victime d’un parasitoïde (1). Voici la reconstitution de cette attaque.

Un parasitoïde femelle de l’espèce Dinocampus coccinellae pond dans le cou de la coccinelle. La larve se développe dans son corps, en consommant ses réserves de graisse. En fin de croissance, elle sort de son hôte puis tisse un cocon entre ses pattes pour se nymphoser.

Mais pourquoi la coccinelle ne consomme-t-elle pas la larve quand elle quitte son corps ? L’explication est étonnante : lorsqu’elle pond, la micro-guêpe inoculerait un virus spécifique capable de proliférer dans le cerveau de la coccinelle et de modifier son comportement ! Il a été rapporté des cas de guérison spontanée de cette attaque virale (et de cet amaigrissement forcé) après l’émergence du parasitoïde ! Mais la plupart des coccinelles ainsi parasitées ne s’en remettent pas.

En élevage

Il ne me reste plus qu’à placer ma découverte dans un bocal pour vérifier l’identité du parasite.

Quelques semaines auront suffi à satisfaire ma curiosité. Un hyménoptère ailé est sorti du cocon. Il s’agit bien de Dinocampus coccinellae, de la famille des Braconidae. C’est une femelle, reconnaissable à son ovipositeur à l’extrémité de l’abdomen.

Dinocampus coccinellae femelle – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Aujourd’hui, pas de miracles, malgré tous mes efforts, je n’ai pas pu ressusciter ma coccinelle.

(1) Un parasitoïde est un parasite qui tue son hôte.

Retrouvez nos meilleures histoires de parasitoïdes :

Des pucerons avec des couvercles !

Charmeuse de serpents

Scène de crime dans la véranda

Joli cocon

Mais que fait-elle sur ce laiteron ?

Bien fait pour la punaise

Coucou, le praon est sorti !

Une chenille bien fatiguée

Une nouvelle chaine alimentaire est née

Non classé

Le ganoderme plat

Bravo à Patrick, Murielle et Eric qui, les premiers, ont résolu l’énigme. Et merci à Marie-Louise pour son expertise !

Ganoderma applanatum – parc de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

30 milliards de spores en 24 heures !

Cette poudre de chocolat est en fait un dépôt de spores d’un champignon de souche. L’exceptionnelle production de spores de Ganoderma applanatum s’accompagne semble-t-il d’une infime élévation de température suffisante pour créer un courant ascendant local entrainant les spores sur la végétation environnante.

De la fumée sans flamme…

L’encadrant du chantier d’insertion Espérer 95 qui travaille pour l’agglomération au parc de Grouchy m’a assuré avoir observé avec étonnement ces étranges volutes spontanées au-dessus d’une grosse souche colonisée par ce champignon.

Une petite mouche galligène est spécifique de ce champignon

Galles sous le carpophore du ganoderme plat © CACP – Gilles Carcassès

Une petite mouche jaune, spécifique de ce champignon, crée des galles à sa face inférieure. Il s’agit d’Agathomyia wankoviczii, de la famille des Platypezidae. La présence de ces galles suffit pour confirmer la détermination du champignon. Ironie de la nature : un champignon parasite des arbres, lui-même parasité par une mouche !