L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

L’herbe à la ouate, une invasive qui a de l’avenir ?

Asclepias syriaca – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

L’asclépiade de Syrie qui croît en colonie dense au bord de la route dans le secteur de la gare de Neuville-sur-Oise est une plante invasive américaine interdite à la vente en France depuis l’arrêté du 14 février 2018. Ses rhizomes puissants lui confèrent en effet une forte capacité d’envahissement.

J’ai lu que l’on peut tirer de cette plante une ouate de bonne qualité. Il faut pour cela cueillir avant maturité les volumineux fruits en forme de perruche et les laisser sécher. Puis l’on sépare la ouate (les aigrettes plumeuses) des graines.

Graines de l’asclépiade © CACP – Gilles Carcassès

J’ai fait comme indiqué et voici ce que j’ai découvert en ouvrant le fruit desséché : une soixantaine de graines plates bien rangées, chacune surmontée de leur parachute aux fibres blanches et très douces.

Au 18ème et 19ème siècle, on faisait de cette « soie d’Amérique », une fois cardée et filée, du velours, des flanelles, des molletons, des satins, des bonnets et même des bas. On l’emploie toujours dans des vêtements pour l’alpinisme. Cette matière est plus chaude que le duvet à poids égal et ne se mouille pas.

On a utilisé les fibres d’asclépiade pour le rembourrage de gilets de sauvetage, car elles sont très légères et hydrofuges. Elles sont aussi employées comme absorbant d’hydrocarbures. Et plusieurs équipes de recherche dans le monde, dont une à l’Université de Cergy-Pontoise, travaillent sur les extraordinaires qualités de ce matériau biosourcé dans des domaines variés : vêtements techniques de protection contre le feu, isolants thermiques et acoustiques, nouveaux matériaux composites… Plusieurs centaines d’hectares sont déjà en culture au Canada.

Sources :

Les fruits et les graines de l’herbe à la ouate, par Zoom-nature

Apocyn, par le site Cenelle.fr

Le site canadien de la ccopérative Monark au service des producteurs d’asclépiade

Retrouvez nos articles sur l’asclépiade :

L’asclépiade, une belle qui sait se défendre

Le puceron jaune de l’asclépiade

L'actualité de la Nature

Pied-de-mouton

Ça m’apprendra à proposer une photo mystère trop facile : le mystère n’a pas tenu un quart d’heure après parution ! Bravo à Catherine, Michel, Béatrice et Aurélie qui ont deviné juste ! Et non, Christiane, ce n’était pas un atelier de séchage de haricots beurre.

Hydnum repandum © CACP – Gilles Carcassès

Les pieds-de-moutons n’ont pas de lamelles comme les agarics ni de pores comme les bolets, le dessous de leur chapeau est hérissé d’aiguillons.

Hydnum repandum © CACP – Gilles Carcassès

Cette espèce est l’une des plus tardives qui soit : s’il ne gèle pas, on peut la rencontrer jusqu’en janvier. Le pied-de-mouton est un champignon mycorhizien dont le mycélium peut s’associer aux racines de nombreuses espèces d’arbres. Je les trouve souvent près des chênes, des hêtres, des charmes ou des bouleaux.

Pieds-de-mouton © CACP – Gilles Carcassès

Ces trois jolis spécimens me suffiront pour l’omelette. Il ne faut pas piller la forêt, ni gaspiller la nourriture. Et puis c’est gentil d’en laisser pour les autres chercheurs de champignons.

Bon, en même temps, je n’ai trouvé que ces trois-là…

Source :

Amycoforest, par forestiersdalsace

L'actualité des jardins

Fiona, ponette de compète

Connaissez-vous l’équifeel ? C’est une discipline portée par la Fédération Française d’Equitation qui a ses propres règles, ses normes techniques et ses compétitions.

Le cavalier ne monte pas sur son cheval ou son poney mais exécute avec lui des figures au sol en temps limité. 20 figures sont proposées, chacune assortie de contrats de points selon trois niveaux de difficultés. La réussite à ces tests permet de capitaliser les points des contrats choisis par le concurrent, assortis d’éventuelles bonifications et de pénalités. Bref, du sérieux.

Cette pratique met en valeur la compréhension du poney ou du cheval, et la qualité des interactions entre l’animal et le cavalier. C’est une excellente école de maîtrise de soi, de confiance et de respect mutuel.

Fiona, ponette Pottok, à la Ferme pédagogique de Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Spécialisée dans la médiation animale, l’équipe de l’association Les Z’herbes Folles ne pouvait qu’être intéressée par les perspectives de cette discipline. Leur jeune ponette de race Pottok (race française à faible effectif), répondant au nom de Fiona, se prête avec intérêt et douceur aux rigueurs de l’équifeel dans le cadre d’un partenariat avec un établissement spécialisé accueillant des adultes en situation de handicap mental. Cinq adultes viennent ainsi s’entraîner aux figures trois fois par mois dans la perspective d’un concours officiel d’équifeel ! Tous nos vœux de réussite les accompagnent !

Entrainement à l’équifeel à la ferme pédagogique de Pontoise © association Les Z’Herbes Folles
Tendre complicité avec Sophie, intervenante en médiation animale © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez nos articles :

Médiation animale

La Ferme pédagogique de Pontoise

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Avec Jardibiodiv, partez à la découverte de la faune du sol de votre jardin !

Le programme de science participative Jardibiodiv proposé par Ephytia (INRA) et l’Université de Lorraine vous invite à identifier les animaux du sol de votre jardin et à aider des scientifiques qui travaillent sur la biodiversité des sols en leur transmettant vos observations.

Dysdera sp., une araignée qui chasse les cloportes sous la litière – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Pour participer il faut s’inscrire sur le site Ephytia et suivre les protocoles proposés. Le programme comprend des outils de reconnaissance par l’image et des informations très intéressantes sur la biologie des grands groupes de la faune du sol. Vous y trouverez également des conseils de jardinage écologique propres à améliorer la vie du sol. Pensez à installer des « corridors pédologiques » et à pailler votre sol !

Phosphuga atrata, le petit sylphe noir- Boisemont © CACP – Gilles Carcassès

Le petit sylphe noir est un grand prédateur d’escargots.

Lithobie – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Les lithobies font partie de la classe des chilopodes. Ce sont aussi des prédateurs, ils capturent des cloportes, des araignées et d’autres « mille-pattes ».

Retrouvez nos articles :

Opération vers de terre au parc du château de Menucourt

Le petit sylphe noir, tueur d’escargots

Le carabe purpurin

Combien de pattes ont les mille-pattes ?

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Le doryphore

Leptinotarsa decemlineata, le doryphore, dans un carré de pommes de terre au Potager du roi à Versailles © CACP – Gilles Carcassès

Quand j’étais gamin, au jardin du grand-père, j’étais réquisitionné pour la chasse aux doryphores. Le ramassage manuel était assez efficace mais il fallait y revenir souvent. De nos jours, on ne vois plus guère de doryphores, sauf dans certains jardins bio comme le Potager du roi à Versailles.

Doryphore adulte © CACP – Gilles Carcassès

Cette chrysomèle d’origine mexicaine, inféodée aux plantes de la famille des Solanaceae, a été découverte en France en 1922 dans la région de Bordeaux pas très loin d’un important centre de transit de pommes de terre. Elle est probablement arrivée avec des livraisons pour l’armée américaine pendant la première guerre mondiale. A partir de là, l’insecte a envahi toute la France, puis l’Europe. En 1934, le front de sa progression passait par l’Ile-de-France.

Les adultes, mais surtout les larves, consomment les feuilles des pommes de terre et peuvent les défolier complètement, entraînant alors une perte importante de récolte.

Larve de doryphore © CACP – Gilles Carcassès

Parfois les doryphores peuvent attaquer le feuillage des aubergines et même celui des tomates. Il faut en tenir compte dans la rotation des cultures au potager ! Il convient aussi de ne pas laisser de morelles noires dans le potager après les pommes de terre car les doryphores peuvent aussi vivre sur cette Solanaceae adventice très commune dans les jardins.

Solanum nigrum, la morelle noire © CACP – Gilles Carcassès

Sources :

Le doryphore, par André Lequet

Pomme de terre et doryphore, par Jardiner Autrement

Etude géographique sur le doryphore en France et principalement dans la région lyonnaise, par Georges Castellan (1943)

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Les corneilles du château de Versailles

Au château de Versailles © CACP – Gilles Carcassès

Que fait-elle perchée sur le bras de Latone, cette corneille noire ? Guetterait-elle les miettes de gâteaux des visiteurs, étonnamment nombreux en cette fin novembre ? Mon guide me dit qu’elle digère, en profitant du point de vue.

Corvus corone, la corneille noire © CACP – Gilles Carcassès

Celle-ci se livre à un drôle de manège : elle cherche les bulbes de narcisses que les jardiniers ont planté dans ce massif et les arrache un à un avec son bec ! Le bulbe qu’elle vient d’extirper a roulé dans le caniveau en pavés de grès.

Bulbe de narcisse sorti de terre © CACP – Gilles Carcassès

Veut-elle en manger les jeunes racines, ou cherche-t-elle des insectes intéressés par ces bulbes ? Ce n’est peut-être qu’un jeu après tout… Je crois ces oiseaux suffisamment intelligents pour cela !

Ma promenade se poursuit au Potager du Roi où toutes les cultures maraîchères mais aussi fruitières sont conduites en bio. J’interroge le responsable du site : quels ravageurs impactent le plus vos cultures ? Les doryphores ? Les carpocapses ? Les pucerons ? Non non, ce sont des oiseaux.

Je crois deviner : ces intrépides corneilles ? Les pigeons ramiers ? Les étourneaux ? Non, ce sont les perruches à collier : elles arrivent par centaines et dévorent absolument tout. Aucun fruit mûr ne leur échappe, ces oiseaux sont une catastrophe pour notre verger !

Retrouvez nos articles :

Agent 003

Maître corbeau

Elevée à la baguette

L’invasion de la perruche à collier

Non classé

Aux Rencontres naturalistes d’Ile-de-France

Tous les naturalistes franciliens convergent en ce 1er décembre 2018 à la Halle Pajol, à l’invitation de l’Agence régionale de la biodiversité d’Ile-de-France. C’est l’incontournable journée des Rencontres naturalistes !

J’ai l’honneur d’y être invité à présenter quelques-unes de mes observations sur mes mouches préférées, les Tephritidae.

Urophora solsticialis femelle © CACP – Gilles Carcassès
La mouche de la bardane, Tephritis bardanae, sur sa plante hôte à Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez dans cet article le résumé de mon intervention :

Passionnantes Tephritidae

L'actualité de la Nature

2018 : les petits nouveaux

A Cergy-Pontoise, 2018 aura été une bonne année pour les observations d’insectes rares ou remarquables ! Voici le résumé de nos découvertes :

Premières observations pour l’Ile-de-France

Larve d’Aproceros leucopoda © CACP – Gilles Carcassès

Aproceros leucopoda est un hyménoptère symphyte invasif d’origine asiatique. Il nous arrive de Belgique. Nous avons observé ce nouveau ravageur de l’orme au bord de l’Oise à Vauréal en juin 2018.

Une galle de Rhopalomyia tanaceticola  sur une fleur de tanaisie © CACP – Gilles Carcassès

Rhopalomyia tanaceticola est une cécidomyie dont les larves se développent dans des galles sur les fleurs de tanaisie. Nous avons noté la présence de cet insecte dans le potager de la Ferme d’Ecancourt à Jouy-le-Moutier en juillet 2018.

En fait cette rareté n’en est pas vraiment une, il s’agit plutôt d’une espèce qui n’intéresse pas grand monde. Elle n’a aucun impact économique connu, et comme toutes les espèces qui n’ont pas fait l’objet d’études, elle ne peut pas servir pas d’indicateurs de la qualité des milieux. Alors à quoi bon l’observer ? Il faut reconnaître aussi que pour illustrer des atlas ou des études de biodiversité, les jolis oiseaux, libellules et papillons sont bien plus vendeurs que les moucherons !

Rhopalomya tanaceticola adulte au creux de ma main © CACP – Gilles Carcasses

J’avais conservé certaines de ces galles dans un bocal et quelques semaines plus tard des adultes en sont sortis. Ils n’ont pas réussi à se dégager complètement de leur pupe. Peut-être que l’atmosphère de mon élevage était trop sèche… On voit sur cette photo que ce minuscule insecte est bien un diptère, on distingue l’un des balanciers (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Premières données pour le Val d’Oise

Saperda perforata, la saperde perforée © CACP – Gilles Carcassès

Saperda perforata est un longicorne dont les larves consomment le bois mort des peupliers. Nous l’avons observé au parc de Grouchy à Osny en mai 2018.

Stephanitis takeyai , le tigre de l’andromède © CACP – Gilles Carcassès

Stephanitis takeyai est un ravageur asiatique invasif qui s’attaque aux Pieris. C’est un organisme suivi par la Fredon Ile-de-France. Nous l’avons découvert dans le patio de nos bureaux à Cergy.

Il faut ajouter à ce tableau de chasse un syrphe rare qui ressemble à s’y méprendre à certaines espèces de guêpes :

Sphiximorpha subsellis © CACP – Gilles Carcassès

Sphiximorpha subsesilis pond dans les suintements des vieux arbres pourris, dans les zones humides. Nous avons eu la chance de tomber dessus. Ce diptère a été observé dans le parc du château de Marcouville à Pontoise en mai 2018.

Retrouvez plus d’informations sur ces espèces dans nos reportages :

La tenthrède zigzag de l’orme

La galle des fleurs de tanaisie

La saperde perforée

Le tigre du Pieris

Fausse guêpe

L'actualité de la Nature

Chouette sortie

Hibou moyen-duc © Morgane Lecoq

La Maison de la nature de Vauréal organise une sortie en soirée à la découverte des rapaces nocturnes, dans le bois de Lieux. L’animation en sera assurée par un ornithologue de la LPO. Pour tous renseignements et pour s’inscrire, cliquez sur l’image ci-dessous :

Les observations faites ce soir-là seront l’occasion d’enrichir l’atlas participatif de la biodiversité de Vauréal !

Retrouvez notre article :

Vauréal lance un atlas participatif de biodiversité !