L'actualité de la Nature

L’émergence des hyponomeutes

L’énigme du fil de pêche en forêt…

Lors d’une sortie à Vauréal, nous avons découvert un long fil suspendu à une branche de fusain d’Europe. Il était tellement résistant que l’on en a déduit, un peu vite, que ça devait être un fil de pêche.

Etrange, tout de même, un fil de pêche à la lisière d’un bois, sans point d’eau aux alentours… Regardons cela de plus près.

Après quelques recherches, nous découvrons dans le secteur de nombreux cocons suspendus au revers de feuilles de lierre. La mise en élevage de quelques-uns de ces cocons dans un bocal aéré a permis rapidement de déterminer l’insecte : il s’agit de cocons d’Yponomeuta cagnagella, le grand hyponomeute du fusain.

Yponomeuta cagnagella à l’émergence dans son bocal d’élevage © CACP – Gilles Carcassès
Le grand hyponomeute du fusain © CACP – Gilles Carcassès

Les chenilles de ce papillon de nuit sont d’excellentes tisseuses. Et le fil que nous avions trouvé était en fait un solide assemblage de soies produites par les chenilles pour descendre de l’arbre en groupe à la recherche d’un lieu propice pour se nymphoser.

Toiles d’hyponomeutes et fils de de descente – bois de Cergy © François Lelièvre

A l’automne, la femelle pond sur les rameaux des fusains d’Europe des œufs très petits et recouverts d’une substance collante, imitant l’écorce. Les jeunes chenilles vont hiberner sous un bouclier brunâtre. Au printemps, elles se regroupent sur une branche pour tisser leur toile et commencer à consommer les feuilles.

Chenilles d’hyponomeutes au mois de mai – parc du château de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

Des chenilles grégaires et voraces

Après avoir presque entièrement défolié l’arbre, elles tissent leur cocon et finalement se métamorphosent pour perpétuer l’espèce. Bien que ces chenilles fassent disparaitre toutes les feuilles de leur plante hôte et la recouvrent de toiles disgracieuses, l’arbuste survit facilement et se regarnit en été.

Surtout, ne pas traiter !

Les chenilles d’hyponomeutes ne sont pas dangereuses pour les fusains, elles ne sont pas non plus urticantes ni toxiques pour les humains. Les laisser vivre favorise la biodiversité : les papillons de nuit font le bonheur des chauves-souris ! Traiter chimiquement les chenilles d’hyponomeutes serait donc une bien mauvaise idée, un geste à la fois inutile, coûteux et néfaste !

Evitons toute de même les haies monospécifiques de fusains d’Europe

Pour éviter les catastrophes esthétiques, les jardiniers avisés éviteront cependant de planter en grandes masses cette espèce. Mais en tant que plante indigène, le fusain utilisé avec parcimonie a toute sa place dans les haies champêtres en mélange.

L'actualité de la Nature

Les beaux papillons de Cergy-Pontoise

La carte géographique en juillet – parc de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

La carte géographique est ainsi nommée en raison des fins réseaux clairs qui ornent le dessous de ses ailes. C’et l’un des mes papillons préférés !

Araschnia levana, la carte géographique, vue de dessus – parc des noirs marais à Osny © CACP – Gilles Carcassès

Les individus de la génération d’été ont le dessus des ailes très sombre avec des marques blanches bien visibles.

Araschnia levana au printemps – parc de Grouchy à Osny © Gilles Carcassès

La tonalité générale de la première génération, que l’on voit en avril et mai, est beaucoup plus claire.

Retrouvez beaucoup d’autres espèces dans notre diaporama publié sur 13 comme une :

L'actualité des jardins

Les bassins et les prairies du Parc François Mitterrand, des refuges de biodiversité

Les travaux de rénovation du parc François Mitterrand en 2012 et 2013 ont été l’occasion de renaturer les bassins existants et de créer des prairies, fauchées une à deux fois l’an. Ces écosystèmes particuliers contribuent au maintien de la biodiversité en milieu urbain.

Les zones humides humides abritent un écosystème propre, riche et précieux et représentent un intérêt réel pour la biodiversité notamment lorsqu’ils forment un réseau de continuités écologiques à l’échelle du territoire.

Les nouveaux bassins du parc François Mitterrand ont vite été colonisés par une faune et une flore spécifique des milieux humides. Plusieurs espèces de libellules pionnières (agrions, naïades, anax et sympetrums) sont venues s’y installer et même s’y reproduire peu après l’inauguration des nouveaux aménagements. Certaines espèces végétales, représentatives des milieux humides, sont venues naturellement s’implanter (reine de prés, chanvre d’eau, salicaire, mysosotis des marais…).

Voici quelques images de ce parc et de ses habitants :

Touffe de salicaire au bord du bassin © CACP – Gilles Carcassès
Jeune héron cendré © CACP – Gilles Carcassès
Une des prairies du parc © CACP – Marion Poiret
Aglais urticae, la vanesse de l’ortie se régale des fleurs du butome © CACP – Gilles Carcassès
Couple de cygnes au nid © CACP – Gilles Carcassès
Le sympetrum de Fonscolombe, un odonate migrateur occasionnel © CACP – Marion Poiret
la gallinule poule d’eau se reproduit tous les ans dans le bassin © CACP – Marion Poiret
Anax imperator, ici une femelle en ponte © CACP – Gilles Carcassès
Les massettes mûres libèrent leurs graines © CACP – Gilles Carcassès
Ce sympetrum striolé profite du soleil levant © CACP – Gilles Carcassès
Au bord de l’allée principale du parc © CACP – Gilles Carcassès
Couple d’agrions élégants en cœur copulatoire © CACP – Marion Poiret
En hiver, le parc François-Mitterrand accueille en permanence une trentaine de mouettes © CACP – Gilles Carcassès
Un sympetrum adulte émerge de la nymphe sortie de l’eau © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez quelques-uns de nos articles sur la biodiversité de ce parc :

La nature en hiver au parc François-Mitterrand

Les demoiselles sont à la fête

Sous le soleil exactement

Histoire belge

L'actualité de la Nature

Les pyrales de la menthe

Pyrausta purpuralis – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Pyrausta purpuralis est un petit papillon de nuit discret que l’on peut voir voleter le jour parmi les herbes des prairies. De près, il est vraiment très beau. Sa chenille consomme les feuilles de plantes de la famille des Lamiaceae, comme les menthes et le origans.

Pyrausta aurata © CACP – Gilles Carcassès

Pyrausta aurata et une espèce très proche. Pour les différentier, il faut observer les taches jaunes sur l’aile antérieure : elles sont plus massives chez Pyrausta purpuralis.

Pyrausta purpuralis – parc du belvédère à Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Ces deux espèces sont communes en Ile-de-France et de biologie très semblable. On voit voler une première génération en mai, et la deuxième en août, souvent dès juillet pour Pyrausta purpuralis.

Ces papillons ne sont pas vifs et se laissent facilement approcher, ce sont de bons sujets pour le photographe de nature !

Retrouvez notre article sur les pyrales :

Pyrales

L'actualité de la Nature

Concours capitale de la biodiversité 2018 : Vauréal est dans la course !

Cent vingt-sept collectivités, dont vingt-quatre en Île-de-France ont candidaté au concours national  « Capitale française de la Biodiversité 2018 ».
Après sélection des dossiers par le Comité Scientifique et Technique du concours, quatre collectivités franciliennes font partie des finalistes et seront visitées cet été : Bonnelles (78), Vauréal (95), Saint-Prix (95) et Paris (75).

Nous, on croit aux chances de la ville de Vauréal et on la soutient !

Car cette commune a de bien beaux atouts, notamment :

• Une structure dédiée à l’éducation à l’environnement et la sensibilisation à la biodiversité, qui participe chaque année à la Fête de la nature

La Maison de la nature de Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

• Des espaces naturels de qualité

Animation nature dans la prairie du parc du Belvédère © CACP – Gilles Carcassès

• Un tout nouveau jardin école, créé en partenariat avec la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise

Cours de jardinage écologique au jardin école de la rue de la goutte d’eau © CACP – Gilles Carcassès

• Une gestion différenciée des espaces verts attentive aux enjeux de biodiversité

Les prairies de la coulée verte © CACP – Gilles Carcassès

Rendez-vous début octobre pour découvrir les lauréats !

L'actualité de la Nature

L’étoile bleue

Une plante vivace sympa et facile

Amsonia, avenue de l’Hautil à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Amsonia tabernaemontana forme au fil des ans une belle touffe. Cette vivace bien rustique d’origine américaine se plait dans les sols frais à mi-ombre, mais elle sait résister au plein soleil et aux situations sèches.

Fleurs d’Amsonia – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Comme chez le laurier-rose, autre représentant de la famille des Apocynaceae, les pétales des boutons floraux sont disposés en spirale. Les fleurs épanouies en été forment de fines étoiles bleu clair.

Amsonia dans un jardin arrosé à Rueil-Malmaison © CACP – Gilles Carcassès

Amis jardiniers, Amsonia tabernaemontana a beaucoup d’atouts : un port élégant, une floraison délicate, une solidité à toute épreuve ! L’entretien se limite à la coupe des tiges fanées à la sortie de l’hiver. Attention cependant, la plante contient un latex toxique.

Retrouvez d’autres articles sur des Apocynaceae :

L’asclépiade, une belle qui sait se défendre

Pervenches en variétés

L'actualité de la Nature

La cordulie bronzée

Cordulia aenea, la cordulie bronzée – Cergy © CACP – Mathilde Vassenet

Une jolie dame aux yeux verts et aux reflets bronzés !

Depuis quelques jours, la plage de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise est ouverte : un endroit parfait pour faire bronzette ! Pourtant, cette cordulie bronzée semble préfèrer les autres étangs de l’île.

Cette libellule (anisoptère) fait partie de la famille des Corduliidae. Après avoir été l’une des plus grandes prédatrices du fond de l’étang, cette libellule a émergé de l’eau pour se transformer en adulte. C’est l’un des premiers anisoptères à sortir au printemps. Elle affectionne les mares et les étangs avec des berges plutôt boisées. On l’observe souvent posée sur les branches des arbres.

L’éclosion des œufs se fait deux à trois semaines après la ponte, et les larves aquatiques passeront par douze stades en deux à trois ans avant d’émerger.

Pendant sa vie d’adulte, elle ira se nourrir dans les prairies et au-dessus de la mare ou de l’étang. Dotée de bonnes capacités de vol, elle pourra s’éloigner d’un à dix kilomètres de son lieu de naissance.

Retrouvez d’autres articles sur les odonates de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise :

L’anax empereur

Les jolies demoiselles de l’île de loisirs

Pris dans la toile

De belles gambettes

L’aeschne mixte

Le caloptéryx éclatant

L'actualité de la Nature

La belladone : aussi rare que toxique !

Bravo à Jean et à Marie-Louise pour avoir su deviner l’identité de cette plante !

Atropa belladonna © CACP – Gilles Carcassès

La belladone est une plante vivace indigène très rare en Ile-de-France. Elle subsiste dans quelques clairières et lisières forestières notamment dans le Val d’Oise dans le bassin de l’Oise et  l’Ouest du Vexin. Bien que la Flore d’Ile-de-France de Jauzein l’indique éteinte dans les Yvelines, j’ai croisé cette plante à Chambourcy en lisière de forêt près du désert de Retz, un pied unique semble-t-il.

Fleur de la belladone © CACP – Gilles Carcassès

Ses fleurs mauves, grosses comme un dé de couturière, sont cachées sous les feuilles. Leur succèderont des baies noires sucrées, de la taille d’une cerise, et mortelles en cas d’ingestion (à partir de deux baies pour un petit enfant). Toute la plante est toxique et les alcaloïdes qu’elle contient peuvent traverser la peau. Il est donc prudent de ne pas y toucher. On cite le cas de vacanciers en Alsace intoxiqués par la consommation d’une tarte dont ils avaient eux-même cueillies les « myrtilles ». Hospitalisés à temps, ceux-là s’en sont sortis.

Si vous avez la chance de croiser cette plante en famille, profitez-en pour informer les enfants sur les dangers des plantes sauvages : on ne mange jamais ce que l’on ne connaît pas !

La belladone est une Solanaceae, comme la tomate, la pomme de terre, le tabac, la jusquiame, le datura.

Le nom belladone viendrait de l’italien « bella donna » en raison de l’usage cosmétique de la plante par les coquettes pour dilater les pupilles et donner un regard envoutant !…

Sources :

Belladone, par Toxiplante

Risque d’intoxication par les plantes et pratique officinale, thèse de Stéphane Rodallec – Université de Nantes (2013)

L'actualité de la Nature

Les bronzés à la plage

Vanneau huppé – Neuville-sur-Oise © CACP – Mathilde Vassenet

Un plumage aux reflets bronze

Neuville-sur-Oise et Jouy-le-Moutier, communes au bord de l’Oise, ont subi il y a quelques mois des inondations. Contraignantes pour les humains, ces inondations sont au contraire très bénéfiques pour la biodiversité, créant des micro-habitats riches en espèces. Depuis quelques semaines, nous observons un petit groupe de vanneaux huppés, au plumage mordoré et à la coiffure extravagante, dans le champ au bord de l’Oise le long du boulevard de l’Hautil. Une mare temporaire est apparue suite aux inondations permettant aux vanneaux de venir s’y nourrir.

Vanneaux © CACP – Mathilde Vassenet

Le vanneau huppé est un limicole, c’est-a-dire qu’il se nourrit de petits crustacés et invertébrés présents dans la vase.  Ces couples nichent très probablement sur le territoire de l’agglomération de Cergy-Pontoise. La nidification se fait au sol, et le nid édifié par le mâle est légèrement en hauteur afin que la femelle puisse voir les alentours. Elle y pond environ quatre œufs. Sur la photographie ci-dessus on aperçoit en premier plan Monsieur punk et sa grand huppe. Derrière, Madame, plus discrète, possède une huppe courte et sa tête est moins contrastée.

Retrouvez notre article sur cette espèce :

Vanneaux