L'actualité de la Nature

La campanule improbable

Le concours national  « Mon paysage au quotidien » lancé par le Ministère de l’Ecologie a connu un énorme succès : 8400 photos ont été envoyées !

La campanule improbable. Des jardinières de la dalle, une graine de campanule est tombée et a germé dans une fissure de béton. Symbole de la nature en ville ?
La campanule improbable. Des jardinières de la dalle de Cergy Grand centre, une graine de campanule est tombée et a germé dans une fissure de béton. Symbole de la nature en ville ?

Découvrez les photos des lauréats

L'actualité de la Nature

Cui-cui

Bonne affluence hier soir à l’hôtel d’agglomération de Cergy-Pontoise pour le rendez-vous du développement durable consacré aux sciences participatives et plus particulièrement à l’étude des oiseaux.

mésange bleue à la mangeoire © Gilles Carcasses
mésange bleue à la mangeoire © Gilles Carcasses

Devant le feu nourri des questions, il est apparu utile de faire connaitre par cet article un certain nombre d’outils utiles aux ornithologues grands débutants.

Reconnaitre les oiseaux du jardin

Un guide très simple, et pas cher, pour débuter en ornithologie

Le B A BA de la mangeoire

Apprendre à reconnaître les chants des oiseaux

Des mangeoires faciles à construire

Quelles graines pour quels oiseaux

Partager mes observations d’oiseaux

Savoir construire un nichoir

J’ai trouvé un oiseau en difficulté

L'actualité de la Nature

Espèce de gros canard !

temps idéal pour la sortie Oiseaux à la base de loisirs : pas gênés par les promeneurs...
On ne dit pas « espèce de gros canard », on dit harle bièvre femelle, elle pourrait mal le prendre…

Temps idéal pour la sortie Oiseaux à la base de loisirs de Cergy-Pontoise : nous n’avons pas été dérangés par les promeneurs. Et vérification fut faite que la pluie du matin glisse sur l’aile des canards. Tout le groupe, dans la bonne humeur, a pu faire de belles observations, à l’œil nu (le vol d’oies sauvages, le pic vert, les fuligules morillons…), ou dans la lunette sur pied (le grand cormoran qui baille aux corneilles, l’accenteur mouchet qui chante dans l’érable, le grèbe huppé qui fait sa toilette…).

le canard chipeau gourmand et la foulque complaisante © Gilles Carcasses
le canard chipeau gourmand et la foulque complaisante © Gilles Carcasses

Manifestement la foulque plonge mieux et plus profondément que le canard chipeau. A chaque remontée d’herbes aquatiques arrachées du fond par la foulque, le canard chipeau se précipite et fait le pique-assiette. La foulque semble partageuse mais râle un peu quand le canard et sa femelle lui tirent les herbes du bec.

 canard chipeau mâle  © Gilles Carcasses
canard chipeau mâle : voyez son bec sombre et les scapulaires claires sur son dos © Gilles Carcasses
Agenda, L'actualité de la Nature

Juste sous nos yeux

L’exposition « Juste sous nos yeux », réalisée en partenariat avec la cellule Biodiversité de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, est toujours visible à l’Office du Tourisme de Cergy-Pontoise Porte du Vexin jusqu’au 30 mars 2014. Elle s’adresse à un public familial, mais elle est également fréquentée par des groupes de patients d’un hôpital de jour, des classes avec leurs enseignants, des naturalistes amateurs. Cette exposition raconte les petits secrets de la faune et de la flore sauvage de notre territoire cergypontain.

42 panneaux pour s'émouvoir et pour s'instruire - photographies de Lionel Pagès
42 panneaux pour s’émouvoir et pour s’instruire – photographies de Lionel Pages

http://www.ot-cergypontoise.fr/Pratique/Nous-situer

Agenda

A la decouverte des oiseaux et des sciences participatives

Dans le cadre des rendez vous du développement durable, l’agglomération propose une rencontre spécifique sur la participation à l’étude de la nature, à travers l’observation des oiseaux.

chardonneret élégant © Gilles Carcassès
chardonneret élégant © Gilles Carcassès

Lundi 24 février, de 18h à 20h

          Hôtel d’agglomération,                

salle Hubert Renaud    

(gare RER A cergy-prefecture)

                                                       programme

Les sciences participatives sont une façon d’observer utilement la nature. Le but est de mieux connaître et donc, de mieux protéger la biodiversité. Les sciences participatives recoupent des programmes d’étude ou de recherche associant des scientifiques et dont la mise en œuvre sur le terrain repose sur la participation de citoyens bénévoles et amateurs. Il s’agit de recueillir des données d’observation sur une thématique précise et sur la base d’un protocole scientifiquement établi.
Un point sera notamment fait sur le programme Oiseaux des jardins et le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC), qui sont des programmes nationaux pilotés par le MNHN et portés au niveau francilien par Natureparif et le CORIF.

Interventions :
Laure TURCATI, Chargé de mission Flore et Vigie-Nature École NATUREPARIF, fera une présentation axée sur la biodiversité et les connaissances accumulées sur son érosion grâce aux sciences participatives, avec notamment un panaché de résultats sur différents groupes avec un zoom sur les oiseaux qui sont les mieux connus.

Irène ANGLADE, chargée d’études au Centre ornithologique Île-de-France (CORIF), présentera le STOC-EPS et Faune Île-de-France,

Gilles Carcassès, responsable de la cellule biodiversité de la CACP, présentera les actions de la CACP en matière de sensibilisation et animation pour le territoire.

Nicolas COOK, directeur général de la Base de Loisirs de Cergy-Pontoise, présentera l’évolution de son offre d’animation vers la nature et notamment dans le domaine du handicap.

L'actualité de la Nature

Il pleut, il mouille…

Les migrations nocturnes des amphibiens ont commencé !!!  Des grenouilles agiles en grande quantité ont déjà été observées en fin de semaine dernière en Seine-et-Marne.

Au mois de février, les amphibiens sortent de leur phase de repos hivernal et quittent leur cachette pour se reproduire là ou ils sont nés. Lors de cette migration nuptiale, ils traversent les routes au péril de leur vie pour rejoindre les zones humides (mares,étangs, bords de rivières…), de plus en plus menacées.

Cette année, Natureparif renouvelle son enquête participative  sur les routes d’Île-de-France traversées par les amphibiens.  Pour cartographier ces sites à l’échelle régionale, vos informations sont précieuses !  Il vous suffit de cliquer sur le lien suivant, de vous inscrire et de renseigner votre observation :  http://amphibiens.natureparif.fr/

 grenouillegrenouille

C’est donc pour vous  l’occasion d’assister aux premiers grands mouvements migratoires.  Si vous avez le courage, quelques prospections ciblées en février et mars (qui consistent à parcourir doucement en voiture ou en vélo les routes en début de nuit) permettront de compléter la cartographie, et qui sait, d’observer d’autres animaux à l’occasion !

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Insignifiantes ?

Modestes, les fleurs femelles du noisetier le sont assurément ! Presque invisibles comparées aux chatons mâles, d’un bel ocre doré, se balançant négligemment dans la lumière du soleil.

Et pourtant sans elles pas de noisettes !

chatons mâles de noisetier © Gilles Carcasses
chatons mâles de noisetier © Gilles Carcassès

Le noisetier, encore nommé coudrier, est autostérile bien que possédant à la fois fleurs mâles et femelles sur le même pied. Les fleurs mâles sont présentes dès l’automne et parviennent à maturité en Janvier-Février, toujours avant les fleurs femelles afin d’éviter toute autofécondation entre les fleurs d’un même pied.

Les grains de pollen produits sont donc transportés vers les fleurs femelles d’un pied de noisetier plus précoce. Cette pollinisation croisée permet d’assurer la diversité génétique au sein de la population.

fleur femelle du noisetier © Gilles Carcasses
fleur femelle du noisetier © Gilles Carcassès

Le pollen abondant produit par le noisetier au cœur de l’hiver constitue l’une des premières sources de nourriture pour les abeilles, une denrée rare et d’autant plus appréciée, tout comme le nectar et le pollen peu abondants des perce-neige.

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Promesse de printemps

Le perce-neige n’est pas rare sur notre territoire. Pourtant cette plante bulbeuse n’est pas indigène ; c’est une méditerranéenne que l’on rencontre des rives de la Mer-Noire aux Pyrénées. Nos peuplements locaux ont tous pour origine d’anciens jardins où le perce-neige a été planté pour ses qualités ornementales. Il s’est alors naturalisé, prospérant dans des bois clairs de robiniers et dans des sols enrichis par les activités humaines.

Il existe 500 variétés horticoles de cette espèce, aux fleurs doubles ou semi-doubles, aux pétales plus ou moins larges ou rayés de verts… et même en Angleterre et en Hollande des collectionneurs de perce-neige ! C’est une plante facile pour jardins ombragés : elle mériterait d’être plus employée.

promesse de  printemps... © Gilles Carcasses
galanthus nivalis en sous-bois à la base de loisirs de Cergy-Pontoise © Gilles Carcasses

http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-75144

voir aussi les belles photos de perce-neige dans le blog « Ca se passe au jardin »

L'actualité de la Nature

Rencontre au fil de l’eau

Une belle rencontre de terrain était organisée lundi matin entre les animateurs de la base de loisirs de Cergy-Pontoise et leurs collègues de la Ferme d’Ecancourt. Il s’agissait pour certains d’exercer leur expertise en ornithologie, pour d’autres plus novices de découvrir la richesse pédagogique du sujet et pour tous de passer un moment convivial et enrichissant. Deux grands canoës avaient été affrétés pour l’occasion.

a la découverte des oiseaux d'eau dans la bonne humeur © Gilles Carcasses
a la découverte des oiseaux d’eau dans la bonne humeur © Gilles Carcasses

Le tour du grand bassin a permis d’observer la floraison des aulnes, la digestion des grands cormorans, le vol des vanneaux, le miroir blanc des canards chipeaux de passage sur le site. Deux belles surprises nous attendaient : le repas d’un martin-pêcheur qui semblait bien en peine d’avaler un poisson plus gros que son gosier, et un épervier d’Europe au repos dans un grand saule.

le repas du martin-pêcheur © Gilles Carcasses
le repas du martin-pêcheur © Gilles Carcasses

pas facile de cadrer l'épervier : en canoë, ça bouge ! © Gilles Carcasses
pas facile de cadrer l’épervier : en canoë, ça bouge ! © Gilles Carcasses
le retour aux vestiaires © Gilles Carcasses
le retour aux vestiaires © Gilles Carcasses