L'actualité de la Nature

Ca gratouille, ou ça chatouille ?

Comment conquérir de nouveaux territoires et perpétrer la vie lorsque l’on est, à priori, figé en terre ?

Pour transmettre leur patrimoine génétique et se propager les plantes ont déployé tout un arsenal de dispositifs et de stratégies, ajustant au fur et à mesure de la sélection naturelle, les caractéristiques de leurs fleurs et de leurs fruits (taille, forme, texture, couleur, odeur, saveur…). Le transport des graines plus ou moins loin de la plante mère, constitue la fin de l’odyssée.

© Marion Poiret
Un merle se nourrit sur un cotonéaster en ville. Les animaux, participent beaucoup à la dissémination des graines. Leurs excréments peuvent contenir les graines des fruits ingérés (gui, lierre, merisier, mûres…). La constitution de réserves de nourriture qui ne seront pas toutes utilisées ou germeront avant consommation (noisettes, glands, faînes) est un autre moyen de dissémination. © Marion Poiret

La dispersion des semences (graines libres ou contenues dans un fruit) prend diverses formes. Certaines plantes ont développé un mécanisme propre d’expulsion (on parle d’autochorie). Les autres utilisent des agents de transport comme le vent (anémochorie), l’eau (hydrocorie), les animaux (zoochorie) ou encore la pesanteur (barochorie). Les attributs de la graine et les singularités des fruits, sont autant d’indices sur le mode de dissémination.

Un petit pot de miel de Cergy-Pontoise est offert pour le premier qui se prendra au jeu et trouvera le mode principal de dispersion des graines des plantes suivantes ; un autre pot de miel pour celui qui identifiera le genre de chaque plante (toutes ont été photographiées à la base de loisirs de Cergy-Pontoise et au parc François-Mitterrand à Cergy) :

© Marion Poiret
Associer à chaque photo, un mode de dissémination (anémochorie, zoochorie…) et le nom du genre; Attention, tous les modes de dispersion ne sont pas forcément représentés.  © Marion Poiret

Les réponses peuvent-être envoyées à  : biodiversite@cergypontoise.fr

Parmi les références ci-dessous, nous vous proposons des documents qui peuvent servir de supports d’animation auprès des enfants sur la reproduction et la dissémination des plantes :

à quoi servent les fleurs et comment se reproduisent-elles (association des petits débrouillards)

unegraineuneplante – enseigner les sciences à l’école, ministère de l’éducation nationale

graines et fruits

l’exposition des Quatre saisons du Musée de la Nature de Sherbrooke

L'actualité de la Nature

Conception écologique d’un espace public paysager

guideEncore une excellente publication de Plante et Cité.

Un ouvrage très complet, pragmatique et clair. On peut y lire des phrases pleines de bon sens telles que celles-ci :

Les plantes ont besoin de temps pour se développer. On ne peut pas demander à un projet de paysage d’offrir l’image d’une végétation « adulte », installée, dès sa réception. Planter « jeune », c’est offrir à la végétation les meilleures chances de s’adapter aux conditions existantes (sol, climat) et de vivre longtemps en bonne santé. Un projet d’espace public paysager est en cela très différent d’une construction et l’intégration de la notion du temps long en fait partie intégrante.

L’ouvrage est en téléchargement libre sur le site de Plante de Cité.

http://www.plante-et-cite.fr/data/fichiers_ressources/pdf_fiches/synthese/2014_10_15_guide_conception_ecologique_BR.pdf

L'actualité des jardins

Nouveaux pensionnaires à la ferme d’Ecancourt

La panoplie de solutions pour le pâturage urbain s’élargit à Cergy-Pontoise : en plus des brebis solognotes que l’on a pris l’habitude de voir sur les espaces verts cergypontains, voici venir des chèvres et des vaches.

décolorée
La bonne bouille de Décolorée d’Antifer. © Gilles Carcassès

Gamine, Gloria, Décolorée sont les trois chèvres des fossés qui ont intégré cet été les effectifs de la Ferme d’Ecancourt. Les chèvres des fossés, d’un naturel docile, et gourmandes de plantes ligneuses, sont particulièrement adaptées pour le débroussaillage des friches et la lutte contre la renouée du Japon.

jazz
Jazz, jeune bouc de cette race, aurait déjà fait le nécessaire pour de belles naissances espérées au printemps prochain. © Gilles Carcassès
© Gilles Carcassès
Eden et Hurricane sont de la race Bretonne pie noire. Ces vaches de petit gabarit rendront de grands services dans nos petites parcelles urbaines. © Gilles Carcassès

Elles seront bientôt inséminées pour assurer le renouvellement et la croissance du troupeau en fonction des besoins.

Ces bretonnes ont la corne fière et le sabot leste.
Ces bretonnes ont du caractère ! © Gilles Carcassès

Fidèle à son engagement écologique, l’équipe de la Ferme d’Ecancourt a choisi de travailler avec des races locales adaptées à notre terroir. Ces races à faible effectif font l’objet comme les brebis Solognotes de programmes de sauvegarde et de conservation auxquels participe notre partenaire.

http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/La_chevre_-_Races_locales_de_La_Chevre_303_MarsAvril_2011_cle01b3b1.pdf

http://www.agroparistech.fr/svs/genere/especes/bovins/bretonpn.htm

https://natureenvilleacergypontoise.wordpress.com/2014/08/31/accros-a-la-renouee/

L'actualité de la Nature

La roquette et les deux punaises

La roquette sauvage, Diplotaxis tenuifolia © Gilles Carcassès
La roquette sauvage, Diplotaxis tenuifolia, sur un talus, chemin de la sente Saint-Denis à Pontoise. © Gilles Carcassès

Cette plante vivace fleurit jusqu’en novembre et c’est une aubaine pour les abeilles et les syrphes qui visitent ses fleurs.

Comme la roquette cultivée, elle a une saveur piquante. Malgré son goût prononcé, plusieurs punaises s’en régalent ; sur les sentes de Pontoise, nous en avons observé deux espèces.

Eurydema ornata © Gilles Carcassès
Voici Eurydema ornata, la punaise ornée. On peut la croiser dans les potagers, car elle apprécie aussi les choux. Sa couleur rouge semble indiquer aux oiseaux qu’elle n’a pas bon goût. © Gilles Carcassès
La larve de Nezara viridula © Gilles Carcassès
Une larve de Nezara viridula, la punaise verte. © Gilles Carcassès
gin
Sur la même plante, voici un juvénile du 5ème et dernier stade avant la mue imaginale. L’adulte sera tout vert. © Gilles Carcassès

La punaise verte est très polyphage. Sous abri, elle peut faire des dégâts sur les haricots, les tomates, les aubergines, les poivrons, les concombres. Cette africaine devenue cosmopolite ne cesse de gagner du terrain vers le Nord : vue en Angleterre en 2004, en Alsace en 2012. Les étés caniculaires favoriseraient sa progression.

Un représentant de la famille des Tephritidae © Gilles Carcassès
Ce Tephritis est venu en voisin : ses larves consomment des Asteraceae © Gilles Carcassès

http://www.jardiner-autrement.fr/partageons-nos-bonnes-pratiques/reponses-aux-questions/details-fiche/7-punaise-verte-nezara-viridula

http://draaf.midi-pyrenees.agriculture.gouv.fr/Punaise-verte

L'actualité de la Nature

Un accouchement sous anesthésie générale

Sarcophagidae sous la morsure d'une araignée © Gilles Carcassès
Sarcophagidae sous la morsure d’une araignée. Photographie prise au bassin des Pâtis à Pontoise. © Gilles Carcassès

C’est l’histoire d’une mouche. Une Sarcophaga (d’après sa forme et ses couleurs), le genre à débarrasser la planète des viandes avariées.

Elle n’a pas vu la toile de l’araignée, et la voilà promptement capturée et paralysée. Mais que se passe-t-il ? Il pleut des asticots ! De son fondement sortent quantité de larves.

Renseignement pris, il s’agit bien de ses enfants. Certaines espèces de Sarcophaga sont en effet ovovivipares, elles ne pondent pas d’œufs comme la plupart des autres mouches mais engendrent directement des asticots. Un détail confirme l’hypothèse : les yeux de cette mouche. Ils sont largement écartés, c’est donc bien une femelle.

http://www.insecte.org/forum/viewtopic.php?f=11&t=134486

L'actualité des jardins

La coupe de saison

© Gilles Carcassès
Un travail à la main respectueux de la biodiversité © Gilles Carcassès

Un jardinier en cuissardes s’affaire sur les berges du bassin du parc François-Mitterrand à Cergy. La Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise a choisi ce prestataire spécialisé qui travaille seul pour l’entretien sélectif de la végétation aquatique. Il arrache les semis naturels de saules, limite l’expansion des phragmites (plantes rhizomateuses particulièrement envahissantes), dégage les plantes les plus rares ou fragiles. Armé d’une cisaille, il coupe les tiges et les feuilles des massettes (1) au-dessus de l’eau. Son but : évacuer une bonne partie de cette matière organique qui, sans son intervention, irait pourrir au fond du bassin et accélèrerait l’envasement. « C’est que de la matière organique, m’explique-t-il, il y en a pléthore avec tout ce pain distribué en grande quantité aux oiseaux. L’excès de pain et la surpopulation de canards qui résulte du nourrissage engendrent une pollution de l’eau qui dépasse les capacités d’épuration naturelle du bassin. »

© Gilles Carcassès
Pas d’inquiétude : au printemps prochain, la végétation reprendra de plus belle. © Gilles Carcassès

(1) Ca ressemble à quoi des massettes ?

Trois bonnes raisons pour arrêter de nourrir les canards et les cygnes : https://natureenvilleacergypontoise.wordpress.com/2014/10/28/ca-ne-mange-pas-de-pain/

L'actualité de la Nature

Le glouton des profondeurs

l'un des silures glanes de l'étang de la base de loisirs de Cergy-Pontoise.  © André Mahé
L’un des silures glanes de l’étang de la base de loisirs de Cergy-Pontoise. © André Mahé

Le silure glane est le plus gros poisson d’eau douce d’Europe. Il peut dépasser en France les 2,50 mètres de long et peser plus de 100 kilos. Originaire d’Europe de l’Est et introduit en France en 1857, il est présent maintenant dans tous les bassins hydrographiques de notre pays. C’est un carnivore qui consomme beaucoup d’écrevisses invasives et de coquillages. Les tortues de Floride et les poissons sont aussi à son menu. Lorsqu’il est de belle taille, il peut aussi consommer des oiseaux : des canards et même des pigeons comme le montre cette vidéo étonnante : http://www.francetvinfo.fr/decouverte/video-les-silures-d-albi-ont-trouve-de-nouvelles-proies-des-pigeons_184607.html

Des cas de captures de cormorans ont été aussi rapportés.

Ce grand cormoran a attrapé un jeune silure au lac de Créteil  © Michel Noël
La vengeance du cormoran : celui-ci a attrapé un jeune silure au lac de Créteil et compte bien le consommer © Michel Noël
Après une lutte vigoureuse, le poisson va finalement être englouti.  © Michel Noël
Après une lutte vigoureuse, le poisson va finalement être englouti. © Michel Noël

L’introduction contrôlée du silure en 1988 dans les lacs du bois de Boulogne a permis de juguler la prolifération des brèmes et d’améliorer la biodiversité, le nombre d’espèces de poissons présents étant passé de 3 à 10 en quelques années.

http://www.liberation.fr/libe-3-metro/1996/08/08/le-silure-poisson-tueur-du-boisbb-denonce-l-introduction-du-monstre-dans-le-lac-inferieur_180102

Nos sources pour cet article :

http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=364

http://www.onema.fr/BFPP/bfpp/Article/357_360/357p533.pdf

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/05/16/Le-silure-merite-t-il-sa-reputation-de-glouton-1466625

http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/67585/tab/fiche

L'actualité de la Nature

La liste rouge des libellules

liste2

La liste rouge régionale des libellules d’Ile-de-France est parue. Cette mine d’informations sur les odonates et leur protection est aussi un bien bel ouvrage avec des illustrations de qualité sur les espèces rares.  Vous pouvez la télécharger sur le site de Natureparif : http://www.natureparif.fr/attachments/observatoire/ListesRouges/odonates/Natureparif%20-%20LR%20Odonates%20WEB.pdf

Un bon résumé sur le site lac de Créteil

L'actualité de la Nature

A la poursuite du conocéphale bigarré

Quatre étudiants en DUT « génie de l’environnement » à l’IUT de Cergy-Pontoise ont choisi de s’intéresser à la biodiversité de l’île astronomique de l’Axe majeur de Cergy. Mais pour cela il faut déjà s’y rendre…

Embarquement de l'expédition sous les encouragements des cygnes © Gilles Carcassès
Embarquement de l’expédition sous l’oeil des cygnes moqueurs © Gilles Carcassès
© Gilles Carcassès
Cap sur l’Ile astronomique. Notons au passage que pagaie et pagaille auraient la même éthymologie. Heureusement, on avait vent arrière. © Gilles Carcassès

Sur l’île, toutes les observations sont notées, repérées sur un plan et photographiées.

DSC04495
Une belle galle du diptère Urophora cardui sur un tige de chardon des champs (Cirsium arvense) © Gilles Carcassès
Plus loin, nous découvrons un diplopode, peut-être caché sous une pelote de réjection de rapace. Il parît s'intéresser à un fémur d'orthoptère mal digéré... © Gilles Carcassès
Plus loin, nous découvrons un diplopode, peut-être Polydesmus angustus caché sous une pelote de réjection de rapace. Il paraît s’intéresser à un fémur d’orthoptère mal digéré… © Gilles Carcassès
vol de hérons cendrés sous un ciel de novembre © Gilles Carcassès
Vol de hérons cendrés sous un ciel de novembre © Gilles Carcassès
Enfin, nous l'avons trouvé ! Le conocéphale bigarré (Conocephalus fuscus). Il fréquente les rives des étangs. Avec son oviscapte, cette femelle ira pondre dans les tiges des cypéracées. © Gilles Carcassès
Enfin, nous l’avons trouvé ! Le conocéphale bigarré (Conocephalus fuscus). Il fréquente les rives des étangs. Avec son oviscapte, cette femelle ira peut-être pondre dans les tiges des carex ou dans les joncs. © Gilles Carcassès

L’île astronomique était à sa naissance un tas de cailloux sans végétation. Elle est maintenant couverte d’une friche de plantes pionnières : cardères, onagres, aristoloches, cynoglosses, épilobes, carex, milleperthuis, cirses, picrides, tanaisies… Cette friche est en train de s’embroussailler de ligneux épineux, notamment des ronces, des églantiers, des robiniers, des aubépines. On y trouve aussi des sureaux, des cornouillers sanguins, des saules, des aulnes, des frênes, des érables. C’est son évolution naturelle vers la forêt. L’étape suivant est déjà enclenchée : nous avons repéré le premier chêne, né d’un gland abandonné là par une corneille ou un geai sans doute.

Or, cette friche ouverte est particulièrement propice à l’expression d’une biodiversité rare, notamment en qui concerne les oiseaux, et sans doute aussi les criquets et les papillons. Sans gestion, cet espace perdra sa richesse singulière. Un pâturage serait sans doute une très bonne option pour freiner la fermeture de l’espace et avec elle la banalisation de la flore et de la faune.

En savoir plus :

http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i80coutin-seyot.pdf

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbiodiv/index.php?pid=decouv_chapC_p5&zoom_id=zoom_c1_1

http://ephytia.inra.fr/fr/C/11175/hypp-Myriapodes-Myriapoda

http://tela-orthoptera.org/wakka.php?wiki=ConocephalusFuscus

Sur les vertus écologiques du pâturage :

http://www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_2013_cle07b943.pdf

 

L'actualité des jardins

Champions de la race

solognotes
Les Solognotes de la Ferme d’Ecancourt © Marion Poiret

Ces brebis Solognotes paissent dans le parc du château de Menucourt. Leur propriétaire participe à un programme national de sauvegarde et d’amélioration de cette race remarquablement rustique et très bien adaptée aux terroirs pauvres et humides, mais menacée en raison de ses faibles effectifs.

On comptait en 1850 en France 300 000 Solognotes, il en reste aujourd’hui moins de 3000 !

Pour maintenir les caractéristiques de la race dans une bonne variabilité génétique, les différents élevages sont répartis en 10 familles accouplées entre elles selon un plan précis de rotation. Dans le cadre de ce dispositif, les meilleurs jeunes béliers nés à Cergy-Pontoise ont été envoyés dans le centre de sélection national pour cette race. Quelques-uns ont accédé au statut enviable de reproducteurs agréés : ils partiront en 2015 vers d’autres élevages choisis pour leur compatibilité génétique. Toutes nos félicitations au personnel d’élevage de la Ferme d’Ecancourt !

Le reportage dans le blog de la Ferme d’Ecancourt

http://www.agroparistech.fr/svs/genere/especes/ovins/sologno.htm