Respounchous

© Gilles Carcassès

Les respounchous sont en fleurs – Vauréal © Gilles Carcassès

Les fruits du tamier sont toxiques © Gilles Carcassès

Les fruits du tamier sont toxiques © Gilles Carcassès

 

Cette jolie liane sauvage apprécie les fourrés arbustifs dans les sols riches et frais. On la trouve souvent en lisière de bois.

La plante est dioïque, et les pieds mâles ont des inflorescences plus allongées que les femelles.

 

 

 

 

Les jeunes pousses de cette plante vivace à racine charnue, semblables à de fines asperges, pointent dès le début du printemps. Les Tarnais en sont friands. C’est une tradition : tous les ans, le Tarnais « va aux respounchous » dans ses coins gardés secrets. Les non-Tarnais trouvent ce légume sauvage très amer (les pôvres, ils ne savent pas le cuisiner).

On raconte sur ses vertus aphrodisiaques prétendues de gentilles balivernes. « Vous croyez que pour terminer un tour de France, on ne prend que de la vitamine C … Non ! Je mange aussi des respounchous ! » aurait un jour déclaré le champion cycliste Laurent Jalabert.

La passion des respounchous fait chaque année les bonnes feuilles de la presse méridionale : perdu dans la forêt en allant aux respounchous, un coup d’épaule pour des respounchous, le concours de la meilleure recette de respounchous…Et à Cergy-Pontoise, il y en a des chercheurs de respounchous ? J’en connais au moins deux, ils se reconnaîtront.

Sur le marché, un vendeur de racines de tamier © Gilles Carcassès

Sur le marché, un camelot et sa caisse de racines de tamier © Gilles Carcassès

Le tamier, car c’est son nom, est bien une plante médicinale et il ne faut pas consommer ses fruits et sa racine qui sont toxiques. J’ai vu sur un marché d’Ile-de-France ces jours-ci un pittoresque vendeur de racines de tamier qui faisait autour de lui un bel attroupement. Selon lui, le suc de la racine grattée au couteau est souverain pour soulager toutes les douleurs. « Eh ! ça brûle la peau ! « se plaignait un badaud cobaye soufflant sur son poignet. « Vous verrez, quand ça ne pique plus, ça fait beaucoup de bien ! » Comme les coups de marteau ?

La plante s’appelle aussi « herbe aux femmes battues », car on utilisait la racine, malgré ses propriétés vésicantes et rubéfiantes, pour soigner les contusions.

Les jolies feuilles en cœur du tamier, Dioscorea communis © Gilles Carcassès

Les jolies feuilles en cœur du tamier, Dioscorea communis © Gilles Carcassès

Les respounchous : reportage sur TF1

La pensée iconoclaste d’un opposant aux respounchous

Advertisements

6 réflexions sur “Respounchous

  1. Complètement inattendue cette chronique sur les respounchous! Bien que n’étant pas Tarnaise, je ramasse et consomme les respounchous de mon jardin et ceux que je peux trouver ailleurs!
    J’en profite pour vous remercier pour votre blog dont je me régale avec assiduité.

    Michèle Fekir Jouy le Moutier

  2. Bonjour Gilles ,
    Ca Alors!!Je savais que tu connaissais beaucoup de chose mais de là à connaitre les repounchous ,il faut être érudit ou Albigeois,encore que certains Albigeois exilés les ceuillent aussi dans les départements limitrophes .Ne crains tu pas maintenant qu’une ceuillette abondante ne réduise la diversité de cette fameuse plante?
    En tous cas ,merci de réchauffer le coeur de la fille d’un Albigeois!
    Yvette

  3. attention le suc des racines peut provoquer des brûlures et les pousses, les pointes doivent être consommées très jeunes blanchir d’abord avec une pincée de bicarbonate. délicieux en omelette (liana du tarn)

  4. Pingback: Les hellébores | Nature en ville à Cergy-Pontoise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s