Pâturage à Conflans

Les solognotes de la Ferme d'Ecancourt à Conflans © ville de Conflans

Les solognotes de la Ferme d’Ecancourt à Conflans © ville de Conflans

Mission accomplie pour les brebis de la Ferme d’Ecancourt à Conflans. Elles ont brouté les prairies du parc du Prieuré en juin et juillet et viennent d’arriver sur leur nouvelle pâture à Jouy-le-Moutier, à proximité des jardins familiaux.

A partir de mi-septembre et pour deux semaines, ce sont les chèvres des fossés qui débarqueront au rocher-cascade du parc du Prieuré pour un bon débroussaillage.

http://www.conflans-sainte-honorine.fr/actualite-et-evenements/toute-lactualite/actualite-detaillee/article/des-chevres-et-des-moutons-da/#.VbnaH2ccQ5g

Décolorée d'Antifer, chèvre des fossès © Gilles Carcassès

Décolorée d’Antifer, chèvre des fossès © Gilles Carcassès

Pesticides au jardin : du nouveau

Le « projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte » a été adopté le 22 juillet 2015 par l’Assemblée nationale.

Un beau potager en zéro phyto © Gilles Carcassès

Un beau potager en zéro phyto © Gilles Carcassès

Ce texte à la portée très large modifie les dispositions de la loi Labbé sur l’interdiction de l’usage des pesticides (sauf ceux de biocontrôle, de lutte obligatoire ou d’usage autorisé en agriculture biologique). Voici la nouvelle donne :

Pour les espaces publics, l’interdiction d’utilisation des pesticides est élargie aux voiries, mais avec de notables exceptions, à la formulation un tantinet alambiquée :  » l’utilisation des produits phytopharmaceutiques est autorisée pour l’entretien des voiries dans les zones étroites ou difficiles d’accès, telles que les bretelles, échangeurs, terre-plein centraux et ouvrages, dans la mesure où leur interdiction ne peut être envisagée pour des raisons de sécurité des personnels chargés de l’entretien et de l’exploitation ou des usagers de la route, ou entraîne des sujétions disproportionnées sur l’exploitation routière.”

Les dispositions applicables aux personnes publiques le sont au 1er janvier 2017, au lieu du 1er janvier 2020. En attendant, n’oubliez pas d’être en règle !

Pour les jardiniers amateurs, l’interdiction d’usage des pesticides est avancée au 1er janvier 2019. Ce sera vite là ! Il est urgent de découvrir tous les bons conseils de Jardiner Autrement.

Amateurs de pique-niques, cette loi va aussi changer vos habitudes. A compter du 1er janvier 2020, vous ne trouverez plus en magasin de gobelets, verres et assiettes jetables en plastique.

Ce texte annonce aussi la fin des sacs de caisse en plastique pour le 1er janvier 2016, et des sacs en plastiques non compostables pour l’emballage des marchandises au 1er janvier 2017.

Source : les articles 68, 73 et 75 du texte (édition provisoire) adopté le 22 juillet 2015

Je suis fan du Poussin

Tout le monde piaffait d’impatience. Sa Majesté le Poussin est revenu dormir pour l’été au Jardin des plantes de Nantes.

Le Poussin de Claude Ponti - jardin des Plantes de Nantes © Gilles Carcassès

Le Poussin endormi de Claude Ponti – Jardin des plantes de Nantes © Gilles Carcassès

© Gilles Carcassès

Et cette fois-ci avec sa valise, dûment étiquetée © Gilles Carcassès

Dans l’orangerie du jardin ont été installés 1200 couss’poussins confectionnés et brodés à son effigie par un millier de bénévoles enthousiastes. Chaque coussin aura nécessité dix heures de travail environ. L’enjeu était de taille : « pas de coussin, pas de poussin » avait prévenu le Poussin sur sa carte postale des Maldives…

Les couss'poussins sont prêts pour les plus folles batailles © Gilles Carcassès

Les couss’poussins se prêtent aux plus folles batailles et aux plus doux des câlins © Gilles Carcassès

La collaboration avec le dessinateur Claude Ponti est féconde : il n’y a pas que le Poussin pour faire rêver le visiteur.

© Gilles Carcassès

Une belle colonie de Daucus porticae et leurs Pot-à-Portes mutins © Gilles Carcassès

Les totems-oiseaux © Gilles Carcassès

Les Totémimiques (vue partielle) © Gilles Carcassès

La Dormenron © Gilles Carcassès

La Dormenron des îles Aldébarannes m’a donné le frisson. Elle serait née du rêve intense d’une tortue marine © Gilles Carcassès

Et je ne vous parle pas des bancs processionnaires des plateaux du Sythéhotudominafon, ni des étranges habitants de la Polymorphiae exactisantae qui font des farces aux enfants, ni des mormettes bluvées…

Ce merveilleux jardin public draine plus de deux millions de visiteurs par an (excusez du peu !). Si vous ne le connaissez pas, courez-y !

Le jardin des plantes de Nantes

La ville de Nantes est classée 4 fleurs au label des villes et villages fleuris.

Tu es sûr de la couleur ?

La larve de Nezara viridula © Gilles Carcassès

Jeune larve de la punaise verte, Nezara viridula – Pontoise © Gilles Carcassès

On me demande souvent le nom de cette bestiole noire à points blancs. Et ma réponse « la punaise verte » laisse dubitatif. C’est qu’avant d’atteindre sa forme adulte uniformément verte, les larves de cette espèce arborent d’autres couleurs et n’intègrent le vert qu’à la fin de leur croissance.

Nezara viridula sur une feuille de bryone © Gilles Carcassès

Nezara viridula au dernier stade larvaire sur une feuille de bryone © Gilles Carcassès

Nezara viridula, originaire d’Afrique orientale, a des mœurs sexuelles intéressantes. Les deux sexes communiquent jusqu’à deux mètres de distance par des vibrations, transmises par les plantes. La femelle est aussi sensible à des phéromones émises par le mâle. C’est le cas inverse des papillons nocturnes dont les mâles sont équipés d’antennes pectinées pour localiser les femelles.

L’expansion de la punaise verte est liée au changement climatique. Il a été prouvé que cette progression est favorisée par les hivers doux.

Sources :

Une thèse (INRA) sur le changement climatique et la biodiversité

Les scientifiques étudient le chant de la punaise verte

Belles planches de larves

Le biocontrôle des frelons asiatiques

Sarracenia au jardin des plantes de Nantes © Gilles Carcassès

La collection de sarracenias au Jardin des plantes de Nantes © Gilles Carcassès

Ces plantes carnivores des tourbières américaines mangeraient les frelons asiatiques ! Ce sont les jardiniers de Nantes qui le disent. Il fallait en avoir le cœur net.

Alors, Romaric, qu’est-ce que c’est que cette histoire de frelons ? (Romaric Perrocheau est le directeur du Jardin des plantes de Nantes). Regarde, Gilles : au fond du tube de cette feuille de sarracenia, on distingue trois cadavres de frelon asiatique et quelques restes de mouches, totalement digérés par la plante.

Restes de repas de Sarracenia © Gilles Carcassès

Restes de repas de sarracenia © Gilles Carcassès

On a découvert cette particularité en observant ces plantes lors d’une séance d’animation. Et l’étude conduite avec le Muséum d’histoire naturelle nous le confirme : sur 200 feuilles disséquées, nous avons compté 600 frelons asiatiques et 600 mouches, et pas une abeille !

Le frelon est attiré par l’odeur spéciale de la plante, il tente de récupérer un peu de nectar à l’entrée du pavillon et glisse irrémédiablement jusqu’au fond du tube qui est trop étroit pour qu’il puisse en réussir l’escalade. Sa digestion par les sucs de la plante fournit à celle-ci les éléments nutritifs qu’elle ne peut tirer du sol.

Dommage que cette plante américaine nécessite des conditions de culture très particulières : elle ne vit que dans les tourbières. Mais peut-être que sur son modèle, on saura bientôt réaliser des pièges synthétiques aussi parfaits que nature ?

Carte de répartition du frelon asiatique - INPN avril 2015

Carte de répartition du frelon asiatique – INPN avril 2015

Le frelon asiatique est arrivé en Val d’Oise, c’est officiel depuis ce printemps.

Le reportage de France3 Pays de la Loire

Romaric Perrocheau est aussi un fabuleux conteur

 

 

Les pinces de la mort

Mante religieuse - Menucourt © Gilles Carcassès

Mante religieuse – Menucourt © Gilles Carcassès

Phymata crassipes en plein casse-croûte sur une ombelle© Gilles Carcassès

Phymata crassipes, la punaise guitare, surprise en plein casse-croûte sur une ombelle © Gilles Carcassès

Phymata crassipes paralyse ses proies et aspire leur contenu liquéfié avec son rostre.

Mantispa styriaca sur un prunier © Gilles Carcassès

Mantispa styriaca sur un prunier © Gilles Carcassès

Cette crotte d’oiseau n’en est pas une, c’est une mantispe à l’affut. Elle se nourrit des mouches inconscientes qui passent à la portée de ses pattes. Sa larve ne survit que si elle croise, sans se faire dévorer, le chemin d’une araignée-loup qui transporte son cocon. Subrepticement, elle s’introduit dans le cocon et dévore la future progéniture de l’araignée. Elle se nymphosera à l’intérieur même du cocon de l’araignée. On comprend mieux pourquoi la mantispe femelle pond 8000 œufs pour assurer sa descendance.

Ces trois insectes ont pour point commun leurs pattes antérieures crochues et ravisseuses. Ils s’en servent pour capturer leurs proies. Pourtant, ces espèces ne sont pas proches dans la classification : la mante est un dictyoptère, la mantispe un névroptère et la punaise guitare appartient à l’ordre des hémiptères. Au cours de l’évolution, ils ont tous trois développé une adaptation anatomique semblable pour la même technique de chasse : on parle de convergence.

De bien belles photos de Phymata crassipes

La vie étonnante de la mantispe

La grande tipule

Tipula maxima - Saint-Ouen l'Aumône © Gilles Carcassès

Tipula maxima – Saint-Ouen l’Aumône © Gilles Carcassès

Vous les avez sans doute déjà rencontrés dans l’herbe humide, ces « cousins » qui s’envolent maladroitement sous nos pas. On dirait des moustiques géants, mais, pas de panique, dans cette famille, on ne pique pas.

Celle-ci, avec son envergure exceptionnelle (65 mm) et ses grandes taches caractéristiques sur les ailes, est facile à identifier : c’est Tipula maxima. Il s’agit de la plus grande des 150 espèces de Tipulidae de France.

A son abdomen qui se termine en pointe, on reconnaît une femelle. Elle ira pondre dans la vase des berges du ru de Liesse où vivent ses larves grassouillettes et longues de 5 centimètres. Un délice pour de nombreux oiseaux.

On aperçoit à l’arrière de ses ailes ses deux balanciers en forme de haltères, vestiges de la deuxième paire d’ailes chez les diptères. Ils servent à garder l’équilibre en vol.

Tipula sp - Les tipules ont un drôle de "museau". © Gilles Carcassès

Tipula sp – Les tipules ont un drôle de « museau ». © Gilles Carcassès

Un dizaine d’espèces de tipules dont les larves consomment des racines peuvent causer des dégâts aux cultures. Les larves de tipules sont des ravageurs fréquents des gazons humides.

http://ephytia.inra.fr/fr/C/11341/hypp-Tipulidae

http://www.jardiner-autrement.fr/component/raq/details-fiche/963-tipules-dans-le-gazon-que-faire