L'actualité de la Nature

Belle-dame, étonnante migratrice

Vanessa cardui, la belle dame © Gilles Carcassès
Vanessa cardui, la belle-dame – photo prise à Poissy en 2009, une grande année à belles-dames © Gilles Carcassès

Cette belle-dame a du tempérament : c’est une migratrice hors pair. Chaque printemps, des millions de papillons de cette espèce quittent l’Afrique du Nord en troupes serrées et entament une remontée vers le nord de l’Europe, parfois même jusqu’en Islande. Si vous voyez une belle dame, levez le nez : il n’est pas rare d’en voir beaucoup d’autres dans le ciel.

Ce voyage se fait par étapes, généralement trois générations sont nécessaires pour atteindre l’Europe du Nord. Ce sont les papillons de cette troisième génération qui feront le voyage de retour vers l’Afrique en octobre. Il est très difficile cependant d’observer cette migration d’automne parce que les papillons volent à plus de 1000 mètres d’altitude. Ils arriveront au Sahel après la fin de la saison des pluies, pour fonder la quatrième et dernière génération de l’année.

La chenille de la belle dame © Gilles Carcassès
La chenille de la belle-dame © Gilles Carcassès

J’ai observé fin juin 2015 cette belle chenille en train de consommer une feuille de chardon des champs, au bassin des Pâtis, à Pontoise. Je l’ai déterminée comme une chenille de belle-dame, sans doute un individu de troisième génération.

On trouve les chenilles des belles-dames essentiellement sur les chardons, les orties et les mauves. Quant aux papillons, ils semblent avoir une prédilection pour les lavandes et les centranthus (valérianes rouges), souvent employés dans les espaces verts en raison de leur bonne résistance à la sécheresse.

Certaines années connaissent des migrations spectaculaires de ce papillon, en conséquence de conditions climatiques particulièrement favorables en Afrique. Si 1996 et 2009 sont restés dans les annales, 2015 ne semble pas une très bonne année pour la migration des belles-dames. Et la sécheresse qui s’installe cet été au Sahel n’annonce rien de bon pour nos vanesses des chardons en 2016.

Sources :

http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i128leveque.pdf

http://www.jardinsdenoe.org/la-biodiversite-des-jardins/la-belle-dame

http://www.baladesentomologiques.com/article-belle-dame-vanessa-cardui-une-autre-grande-migratrice-122468336.html

https://natornatex.wordpress.com/2015/06/16/larrivee-de-la-belle-dame/

L'actualité de la Nature

De belles gambettes

Platycnemis pennipes - Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès
Platycnemis pennipes sur un sureau yèble – Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès

Les Platycnemis sont des demoiselles reconnaissables à leurs tibias élargis aux pattes médianes et postérieures (cliquez sur la photo pour l’agrandir). A Cergy-Pontoise, on rencontre couramment l’espèce Platycnemis pennipes au bord du chemin de halage sur les rives de l’Oise, et à l’Ile de loisirs. Elle chasse les petits insectes attirés par les ombelles des berces, des panais ou des sureaux yèbles.

Les tibias sont un peu plus élargis chez les mâles. Il semble qu’ils participent à la communication. Lors de la parade nuptiale, ils seraient agités par le mâle pour séduire la femelle. Leur présentation serait aussi un signal de dissuasion lorsqu’un autre mâle s’approche d’un couple formé.

Il y a une vingtaine d’années on trouvait dans le sud de l’Ile-de-France une autre espèce plutôt méridionale, Platycnemis acutipennis, notamment dans les marais de Larchant. Elle semble éteinte dans la région.

Platycnemis acutipennis, facile à reconnaître avec ses yeux bleus et son abdomen orange. © Gilles Carcassès
Platycnemis acutipennis est facile à reconnaître avec ses yeux bleus et son abdomen orange. © Gilles Carcassès

La troisième espèce de la faune française dans ce genre, Platycnemis latipes, fréquente les berges des rivières dans la moitié sud de la France.

Platycnemis latipes - Drôme provençale © Gilles Carcassès
Platycnemis latipes – Drôme provençale © Gilles Carcassès
© Gilles Carcassès
Chez Platycnemis latipes les tibias élargis sont peu rayés © Gilles Carcassès

Les demoiselles de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise

L'actualité de la Nature

Miellat

Une abeille domestique lèche une feuille de chêne © Gilles Carcassès
Une abeille domestique lèche une feuille de chêne © Gilles Carcassès

En été, les feuilles de certains arbres sont aussi poisseuses que le pare-brise d’une voiture garée sous un tilleul. Et pour cause, l’origine en est la même : les pucerons sont les responsables. Ce sont leurs excréments liquides que l’on voit briller sur cette photo.  Ils sont très riches en sucres, et de nombreux insectes consomment cette substance nourrissante nommée miellat : des fourmis, des papillons forestiers comme le tircis, des mouches, ainsi que des abeilles, dont l’abeille domestique. Et elle a de quoi faire, la production annuelle de miellat en France se chiffrerait en milliers de tonnes ! L’abeille régurgite ce miellat qui est ensuite transformé en miel. Les miels de sapin et d’épicéa sont également issus de miellats.

Apis mellifera © Gilles Carcassès
Apis mellifera © Gilles Carcassès

Vu de plus près, on voit que cette abeille, qui nous tire la langue, a les yeux poilus. C’est l’un des critères d’identification d’Apis mellifera, l’abeille domestique.

Les pucerons ne sont pas les seuls producteurs de miellat, c’est le cas aussi des aleurodes, des psylles, des cigales, des cochenilles, des cicadelles, des thrips…

Source :

http://www.apiculture.net/livres-apiculture/281-l-homme-l-abeille-et-le-miel.html

L'actualité de la Nature

Sus aux fourmis

Il est venu tout droit au pied de la porte fenêtre du salon. Ses parents lui ont enseigné le coin, c’est là qu’on trouve les meilleures fourmis du quartier.

pic vert juvénile © Gilles Carcassès
Pic vert juvénile © Gilles Carcassès

Il jette un coup d’œil par la vitre et apprécie la situation avant de se mettre à table. La femme joue avec son ordinateur : aucun danger.

Accroupi derrière le fauteuil, je fais le sous-marin et je monte tout doucement mon appareil photo, comme un périscope, par dessus le dossier. C’est dans ce genre de circonstance qu’on apprécie d’avoir un écran orientable vers le bas.

Le pic vert pioche dans la fourmilière © Gilles Carcassès
Le pic vert pioche dans la fourmilière et aspire les fourmis avec sa longue langue collante © Gilles Carcassès

C’est un jeune de l’année reconnaissable à son plumage moucheté. On voit sur ces photos la conformation particulière des pattes. Les pics n’ont pas trois doigts en avant et un en arrière comme les autres oiseaux. Leurs deux doigts tournés vers l’arrière et les deux autres vers l’avant leur donnent une meilleure stabilité lorsqu’ils escaladent les troncs. On aperçoit aussi la structure épaisse des plumes de la queue. Cette rigidité leur est utile pour prendre appui en station verticale.

Il a laissé de beaux trous dans l’herbe. Je mets un coup de bêche à cet endroit, pour voir : effectivement, je dérange des fourmis. La loi des séries, doivent-elles penser…

L'actualité des jardins

Les meilleures plantes pour les massifs d’été

Ecole Du Breuil 2014 © Gilles Carcassès
Ecole Du Breuil 2014 © Gilles Carcassès

Jardiniers des collectivités franciliennes, l’école Du Breuil vous invite à venir voter pour désigner parmi une sélection de leurs collections les meilleures plantes pour la décoration estivale des jardins, selon des critères d’ordre esthétique, pratique et écologique.

1000 espèces et variétés de plantes annuelles, bisannuelles et vivaces vous sont présentées en situation de massifs fleuris pour renouveler vos inspirations !

On peut facilement accéder au jardin de l’école depuis la gare de Joinville-le-Pont sur la ligne A du RER.

Ecole Du Breuil saisonnières invitation 2015

En savoir plus sur l’école Du Breuil :

Accès et carte interactive du jardin

Les collections saisonnières

Notre visite en septembre 2013

Non classé

Deux ans déjà

deux ans

Cette parution porte à 400 le nombre des articles de « Nature en ville à Cergy-Pontoise », tous consultables par notre colonne d’archives mensuelles ou le moteur de recherche du blog.

Merci aux 534 abonnés et à tous les autres visiteurs occasionnels ou réguliers qui ont permis le bon référencement du site après un peu plus de deux années d’existence :

  • 60 000 visites
  • des lecteurs dans 78 pays
  • 3500 arrivées sur le blog par les réseaux sociaux

Les 5 articles que vous avez le plus appréciés sont :

  1. l’année des hannetons
  2. les orchidées sauvages de Cergy-Pontoise et du Vexin français
  3. un démonstrateur d’agriculture urbaine
  4. bientôt la transhumance 2015
  5. les plantes favorables aux insectes auxiliaires

 

L'actualité de la Nature

Les libellules pour les nuls

A qui son ces beaux yeux ? © Gilles Carcassès
A qui sont ces beaux yeux ? © Gilles Carcassès

La forme et la disposition des taches à la base des ailes ne permettent ici aucun doute. C’est facile quand on sait quoi observer.

Découvrez la répartition et l’écologie de cette espèce dans l’Atlas des libellules d’Ile-de-France

Mais comment différencier toutes ces espèces ? Pour vous, la Société Nationale de Protection de la Nature a mis en ligne un guide de reconnaissance des odonates. Ses fiches illustrées permettent d’éviter les confusions entre espèces en mettant en lumière les caractères distinctifs faciles à repérer. Leur langage simple les rend accessibles à tout public intéressé par ces insectes.

Les fiches odonates de la SNPN
Les fiches odonates de la SNPN

Bonne chasse (photographique) aux libellules, c’est la pleine saison !

L'actualité de la Nature

Plaie d’argent n’est pas mortelle

Pyropteron chrysidiformis, la sésie de l'oseille © Gilles Carcassès
La sésie de l’oseille est bien inoffensive – Rochefort-en-Terre © Gilles Carcassès

Les sésies, avec leurs petites ailes en partie transparentes ne ressemblent pas vraiment à des papillons. Pourtant, ce sont bien des lépidoptères, et même de la famille des Sesiidae, figurez-vous. Cette famille compte 56 espèces en France.

Bembecia sur une tige de plantain - Maurecourt © Gilles Carcassès
Bembecia sur une tige de plantain – Maurecourt © Gilles Carcassès

Si la larve de la sésie de l’oseille (Pyropteron chrysidiformis) consomme les rumex, celles des Bembecia se régalent des racines de diverses fabacées, comme les lotiers, les ononis ou les sainfoins. D’autres saisies sont des ravageurs des arbres, comme la grande saisie, appelée aussi saisie apiforme en raison de sa ressemblance avec une abeille.

 

L'actualité des jardins

Vous avez dit busard ?

Busard Saint-Martin © François Lelièvre
Busard Saint-Martin © François Lelièvre

Le busard Saint-Martin est ce beau rapace aux ailes effilées que l’on peut voir planer au ras des champs dans le Vexin français. Cette espèce protégée se nourrit majoritairement de campagnols, en cela c’est un auxiliaire des cultures très efficace. Il établit son nid à terre au beau milieu des blés.

Arrive le temps de la moisson. Si les jeunes ont déjà pris leur envol, pas de drame. Mais les couvées les plus tardives risquent de ne pas survivre au passage de la moissonneuse. Heureusement un groupe de bénévoles dévoués veille au grain, surveille discrètement, localise les nichées, évalue les risques et alerte les propriétaires. Les agriculteurs compréhensifs acceptent de mettre en défens l’emplacement du nid pour permettre aux parents d’achever leur élevage.

Jeunes busards Saint-Martin - Vexin français © Gilles Bourrioux
Jeunes busards Saint-Martin – juillet 2015, Vexin français © Gilles Bourrioux

Un lièvre est caché dans cette photo : le voyez-vous ? Il n’a rien à craindre, il est beaucoup trop gros pour un busard. C’est même son arrivée qui a fait peur aux oiseaux.

Grâce aux mesures de protection, ce rapace s’est réinstallé en Ile-de-France, d’où il avait disparu  à la fin des années 1970. Ses effectifs atteignent maintenant environ 80 couples. Sur 16 couples suivis cette année dans le Vexin français, 12 ont donné au total 33 jeunes volants. Bravo les busards, et un grand merci aux bénévoles !

Busard Saint-Martin mâle © Gilles Bourrioux
Busard Saint-Martin mâle adulte © Gilles Bourrioux

Le busard Saint-Martin effectue aussi des migrations : régulièrement nous recevons la visite d’oiseaux hivernants ou de passage, en provenance de diverses régions, quelques-uns venant du Nord de l’Europe.

Découvrez les trois espèces de busards qui nichent en Ile-de-France

La fiche du busard Saint-Martin par le CORIF

 

L'actualité de la Nature

Ma mouche apprivoisée

Je vous présente Hétéropogon, ma mouche apprivoisée.

Heteropogon sp © Gilles Carcassès
Heteropogon sp © Gilles Carcassès

Pour apprivoiser une mouche, il faut développer une forte affinité pour la petite gent ailée. Et il faut savoir faire un beau perchoir, stable, confortable, bien situé, par exemple avec une vue imprenable sur les Alpilles.

Hétéropogon n’a pas été bien acceptée dans la famille : « Tu ne vas tout de même pas faire toute la randonnée avec le doigt en l’air ? ». Pourtant, je nous voyais déjà, ma mouche et moi, faire une entrée triomphale au village.

Heteropogon - tentative d'accouplement © Gilles Carcassès
Heteropogon – tentative d’accouplement © Gilles Carcassès

Hétéropogon m’a quitté pour une branche de cyprès. Un petit mâle de son espèce a tenté de la séduire en lui caressant les yeux avec ses pattes. Elle lui a décoché un violent coup de tibia postérieur par balayage latéral qui ne laissait aucun doute sur sa disponibilité.

Hétéropogon fait partie de la famille des Asilidae qui compte environ 200 espèces en France, dont 49 en Ile-de-France. Ce sont toutes des prédatrices des milieux secs, elles capturent des insectes plus ou moins gros selon leur taille, des papillons aux pucerons. Leur rostre sert à percer la carapace de leurs proies, à leur injecter un venin puissant, et à en aspirer les sucs. La « moustache » qui orne leur face protège leurs yeux des mouvements de défense des insectes capturés.

Un Asilidae rencontré à Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès
Un Asilidae rencontré à Neuville-sur-Oise. On voit bien son rostre et sa « moustache » © Gilles Carcassès

Les Asilidae ne s’attaquent pas aux humains.

Le cas étonnant d’une mouche tueuse dressée !

Les Asilidae, article dans Insectes