L'actualité de la Nature

Mouche tête de mort

Facile à observer, ce diptère commun se pose sur toutes sortes de fleurs nectarifères. Il est ici sur un aster au bord du grand bassin de l’Ile de loisirs à Cergy-Pontoise.

Myathropa florea - Cergy © Gilles Carcassès
Myathropa florea – Cergy © Gilles Carcassès

Le motif sur son thorax lui vaut son surnom de « syrphe tête de mort », ou pour certains « mouche batman ». Ses yeux écartés nous indiquent qu’il s’agit d’une femelle.

Myathropa florea mâle © Gilles Carcassès
Myathropa florea mâle © Gilles Carcassès

Et voici un mâle avec ses yeux jointifs.

Les larves de cette espèce de syrphe ne s’intéressent pas aux pucerons, elles vivent dans les cavités des vieux arbres remplies d’eau stagnante.

L'actualité des jardins, Non classé

Le jardin d’Eden

Au printemps 2015, après un hiver d’adaptation, Eden (5 ans ) et Hurricane (3 ans) sont parties en alternance à la fondation John Bost.

© Marion Poiret
Les prés de la fondation John Bost à Menucourt. Eden au premier plan et plus loin sur la droite, cachées par les touffes de cirses, les brebis solognotes. © Marion Poiret

Ces deux jeunes vaches, venues renforcer les rangs de la Ferme d’Ecancourt à l’automne 2014, sont des bretonnes pie noir, une race en péril qui bénéficie depuis 1976 d’un programme  de conservation. Chaque mois, l’une d’entre elles rejoint les copines solognotes restant à demeure dans les pâtures de la fondation John Bost afin d’entretenir le site, pendant que sa consœur retourne à la ferme.

Pourquoi tant d’allées et venues ? Pourquoi faire intervenir deux vaches sur une pâture à priori adaptée à l’hébergement d’un seul bovin ?

Florian, animateur et formateur à la ferme d’Ecancourt, nous explique que les changements réguliers de pâture permettent de multiplier les contacts, d’entretenir des liens constants  avec les animaux et de simplifier ainsi leur manipulation. Et en effet, Eden et Hurricane ont beau appartenir à la plus petite race bovine française et être fort sympathiques, elles pèsent tout de même près de 400kg et sont suffisamment toniques pour faire parfois tourner en bourrique les animateurs de la ferme…

© Marion Poiret
Florian mène Eden à la pâture. © Marion Poiret

Les vaches paissent à l’ouest du site, en bordure du massif de l’hautil sur une parcelle de 1,5 ha. Elles sont régulièrement aidées par les brebis. La parcelle est en effet gérée en pâturage mixte (ovin-bovin), une méthode intéressante à plusieurs titres. Cette technique permet de lutter efficacement contre les parasitoses des deux espèces mais aussi d’avoir une pression de compactage du sol variable et complémentaire, qui peut être propice à la biodiversité.

Saviez-vous que les sabots d’une vache fixent quatre fois plus de graines au sol que les onglons d’une brebis ?

© Marion Poiret
Avec les enclos montés par les résidents de la fondation John Bost, vaches et moutons passeront confortablement l’hiver sur place. © Marion Poiret

 Races de France

Intérêt du pâturage mixte entre ovins et bovins dans la gestion du parasitisme

Des moutons et des Hommes

Des moutons, des abeilles…et bientôt une vache à la Fondation John Bost

L'actualité des jardins

Au pays de Griffon et Crocodile

Chaque année, le concours Décoflo met en concurrence les équipes de jardiniers de la ville de Paris pour le fleurissement de leurs espaces verts. J’ai eu l’honneur de participer au grand jury 2015. Voici mes coups de cœur.

Begonia Griffon et Pelargonium Crocodile © Gilles Carcassès
Bégonia Griffon et pélargonium Crocodile © Gilles Carcassès

Au parc de Bagatelle, j’ai fait la connaissance de Griffon et Crocodile, deux compères rigolos au feuillage singulier qui jouent avec la lumière. Ils voisinent ici avec des Plectranthus argentés, des Bidens à fleurs blanches, des ipomées Blackie, du basilic pourpre et des cosmos.

Fleurissement au parc de Bercy © Gilles Carcassès
Fleurissement au parc de Bercy – évocation du printemps © Gilles Carcassès

Au parc de Bercy, j’ai aimé les belles courbes bien rythmées et les couleurs douces.

Et on nous a lu de charmants poèmes © Gilles Carcassès
Et on nous a lu de charmants poèmes © Gilles Carcassès

Et le plus beau :

Au square Pereire, un jardin blanc de folie © Gilles Carcassès
Au square Pereire, un jardin blanc de folie © Gilles Carcassès

Admirez l’opulence de la végétation, l’équilibre et la profondeur de la composition et la Suzanne blanche aux yeux noirs qui escalade le mur de bambous verts !

Mes coups de cœur Décoflo 2014

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Un parasite sur la pyrale du buis ?

Ca y est, elle sont arrivées dans mon jardin. Les pyrales du buis ont tissé leurs cocons sur les branches, cachés dans des feuilles collées avec des fils de soie. J’ouvre quelques loges pour vérifier leur présence. Et je tombe sur une chenille bizarrement décorée de deux perles blanches près de la tête.

Œufs de tachnaire sur une chenille de pyrale du buis © Gilles Carcassès
Œufs sur une chenille de pyrale du buis © Gilles Carcassès
© Gilles Carcassès
© Gilles Carcassès

Cela ressemble bien à des œufs de mouches tachinaires, connues pour parasiter les chenilles. Je referme doucement le couvercle de la loge en m’excusant du dérangement, et je place le tout dans un bocal fermé avec un morceau de voile, pour que tout ce petit monde puisse respirer. Il n’y a plus attendre et espérer des naissances.

Tachina grossa © Gilles Carcassès
Tachina grossa © Gilles Carcassès

Une tachinaire, ça ressemble à ça : une grosse mouche avec des poils raides sur le dos. La famille des Tachinidae compte environ 600 espèces en Europe.

L'actualité des jardins

Concours photos arbustes et plantes vivaces

concours SNHFJardiniers professionnels ou amateurs, ce concours, organisé par la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), est pour vous. Il récompense vos meilleures photographies de massifs d’arbustes ou de plantes vivaces ou les portraits de ces plantes. Ces photographies doivent avoir été prises en 2015 dans un jardin privé.

Le règlement du concours de la SNHF

 

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Sauvagine

Après la cantine, Marion et moi passons souvent par le parc François-Mitterrand, histoire de faire quelque observation naturaliste au bord du bassin. Les jardiniers ont tracé avec leurs tondeuses une nouvelle allée à travers la prairie : il nous faut l’essayer.

Les gens sont dégoutants, ils laissent leurs détritus au beau milieu du chemin.

Allée tondue dans la prairie du parc François-Mitterrand - Cergy © Gilles Carcassès
Allée tondue dans la prairie du parc François-Mitterrand – Cergy © Gilles Carcassès

En nous approchant, oh surprise, je réalise que cette chose blanche n’est pas un papier gras mais un oiseau ! Cela m’étonnait aussi, de la part des Cergypontains…

Ce ventre blanc, ce bec incroyable si pratique pour extirper les vers de la vase : c’est une bécassine des marais.

Bécassine des marais - Cergy Grand centre © Gilles Carcassès
Bécassine des marais – Cergy Grand centre © Gilles Carcassès

La pauvre est sans vie, elle a été sévèrement mâchouillée par un chien.

Quelques centaines de milliers de bécassines traversent notre pays chaque automne durant leurs migrations nocturnes. Celle-ci aura voulu sans doute se reposer dans la partie marécageuse du bassin du parc. Cette bécassine, partie peut-être d’Allemagne ou de Pologne, ne verra pas hélas les côtes espagnoles où elle aurait pu passer ses quartiers d’hiver.

Agenda, L'actualité des jardins

Journées d’automne à la Ferme d’Ecancourt

Comme chaque année, la Ferme d’Ecancourt organise ses Journées d’automne : l’occasion de faire la fête dans un cadre champêtre et de promouvoir les activités de l’association et celles de ses partenaires.

journées automne

L’accès est libre. Vous pourrez nous rencontrer sur notre stand et jouer avec nous sur le thème des orchidées sauvages.

Notre reportage sur les Journées d’automne 2014

L'actualité de la Nature

Du sable dans la poche

Parfois les apparences sont trompeuses. Cette mouche rayée n’est pas en train de pondre dans le sol. Elle met du sable dans sa poche !

Villa femelle © Gilles Carcassès
Villa femelle © Gilles Carcassès

Elle pondra ensuite ses œufs gluants dans cette poche spéciale située au bout de son abdomen afin de les enrober de sable fin. Ainsi lestés, elle pourra les lancer avec précision au fond des cavités où se trouvent les proies de sa future progéniture.

Ce diptère Bombyliidae vu dans une forêt de pins en Gironde est peut-être bien Villa brunnea, un des parasites les plus efficaces des chenilles processionnaires du pin. Elle expédie ses œufs dans toutes les anfractuosités du sol qu’elle trouve, à charge pour ses larves de trouver les nymphes de ce papillon enfouies dans le sol. L’insecte compense la difficulté de réaliser cette rencontre avec le grand nombre d’œufs pondus : plusieurs milliers, nous disent les chercheurs qui les ont comptés.

Une Villa qui se chauffe au soleil - Puiseux-Pontoise © Gilles Carcassès
Une Villa qui se chauffe au soleil à Puiseux-Pontoise © Gilles Carcassès

Cette autre Villa se tenait près d’un talus sablonneux à Puiseux-Pontoise. Les Villa que l’on rencontre en Ile-de-France parasitent plutôt des noctuelles. Mais peut-être que l’espèce inféodée aux chenilles processionnaires a suivi la progression vers le Nord de ses hôtes ?

Une vidéo sur les mœurs étonnantes des Bombyliidae

La progression vers le Nord de la chenille processionnaire du pin

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

On ne choisit pas sa famille

Les micro lépidoptères ont souvent de jolis motifs sur leurs ailes. J’ai trouvé celui-ci dans mon jardin sur une feuille de noisetier et il a piqué ma curiosité.

Je le cherche en galeries dans les forums d’entomologie. J’ai déjà rencontré ce regard étonné et je le verrais bien dans la famille des Tortricidae.

Olethreutes arcuella, vu sur un noisetier à Poissy © Gilles Carcassès
Olethreutes arcuella © Gilles Carcassès

Effectivement, c’est un Tortricidé. Il s’agit d’ Olethreutes arcuella, et j’apprends que c’est un sympathique brouteur de feuilles mortes. Plus exactement ce sont ses chenilles qui consomment des feuilles sèches ou fanées. (L’adulte, on ne sait pas ce qu’il mange, s’il mange quelque chose.) J’ai lu qu’il est possible de réussir l’élevage des chenilles de cette espèce avec de tout petits morceaux de feuilles mortes de bouleaux.

La famille des Tortricidae comprend beaucoup d’espèces nuisibles aux cultures, causant d’importants préjudices : la tordeuse de la vigne, le ver de la grappe, la tordeuse du pêcher, le carpocapse du prunier, celui du pommier et du poirier…

dégât de carpocapse sur pomme © Gilles Carcassès
dégât de carpocapse sur pomme © Gilles Carcassès

Ce petit tas de déjections noires est la signature du carpocapse : cette pomme est véreuse. La chenille, qui apprécie beaucoup les pépins, sortira de la pomme et ira se nymphoser dans la terre ou dans une crevasse d’écorce.

La fiche de Jardiner Autrement sur le carpocapse