L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Hold-up à la mangeoire

Mangeoire au Jardin des plantes de Paris © Gilles Carcassès
Perruche à la mangeoire des mésanges, au Jardin des plantes de Paris © Gilles Carcassès

Ce bel oiseau qui vole les graines de tournesol distribuées aux mésanges est une perruche à collier. Ces oiseaux tropicaux arrivés accidentellement en Ile-de-France dans les années 1970 se multiplient à vitesse grand V et leur population francilienne est passée ces deux dernières années de 3000 à 5000 individus.

En quarante ans, la température moyenne a augmenté de 1° à Paris. Cela donne plus de chances à ces oiseaux pour survivre en hiver. Ils y sont aidés par le nourrissage des passereaux dans les jardins ; les graines et la graisse proposée leur permettent de faire le plein calories ! Mais gare aux cerises et aux pommes l’été venu, ces oiseaux sont de grands frugivores. Les Londoniens envahis par 50 000 de ces perruches en savent quelque chose.

Perruche - jardin des plantes © Gilles Carcassès
Perruche – jardin des plantes © Gilles Carcassès

La gourmandise fait faire des acrobaties.

 

L'actualité de la Nature

Carnet de galle

Cynips et sa galle © Gilles Carcassès
Cynips devant sa galle © Gilles Carcassès

A la force de ses pattes et de ses petites mandibules, la femelle Cynips quercusfolii, trompée par la douceur de ce début d’hiver, vient de sortir de la galle d’une feuille de chêne.

Pas plus grosse qu’une fourmi, cette espèce est responsable de ces grosses billes jaunes et rouges que l’on trouve fréquemment au revers des feuilles de chêne.

Cynips quercusfolii © Gilles Carcassès
Cynips quercusfolii © Gilles Carcassès

La petite femelle a déployé ses ailes et s’est envolée à la recherche d’un chêne où elle déposera ses œufs dans les bourgeons prêts à éclore. Pas besoin d’un mâle, ses œufs non fécondés sont parfaitement viables, ils donneront des larves puis des adultes très petits, mâles et femelles. Après accouplement, les femelles de cette génération iront pondre sous les feuilles, provoquant alors ces galles caractéristiques. Dans chaque galle, une larve unique donnera naissance au printemps suivant à une femelle, et la boucle sera bouclée. Ainsi va la vie du cynips des feuilles de chênes.

Il paraît qu’il existe au moins une centaine d’espèces d’hyménoptères gallicoles vivant aux dépens des chênes, toutes responsables de galles différentes. Cynips quercusfolii est l’une des plus communes.

La galle de Cynips quercusfolii et le trou de sortie de l'insecte © Gilles Carcassès
La galle de Cynips quercusfolii et le trou de sortie de l’insecte © Gilles Carcassès

En savoir plus sur Cynips quercusfolii, un article de photo nature Fontainebleau

 

L'actualité de la Nature

On nous aurait volé l’hiver ?

Jonquilles à Cergy © Gilles Carcassès
Jonquilles à Cergy © Gilles Carcassès

Des jonquilles en fleurs à Noël ? L’exceptionnelle douceur de ce mois de décembre 2015 avance de plus deux mois certaines floraisons. Ces bulbes naturalisés près de l’entrée de l’Ile de loisirs sont peut-être des Narcissus tazetta ‘Grand soleil d’or’, une variété ordinairement en fleurs au mois de mars.

Noisetier en fleurs - Cergy © Gilles Carcassès
Noisetier en fleurs – Cergy © Gilles Carcassès

A l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, quelques fleurs de noisetier sont écloses. Ce bouquet rouge est une fleur femelle qui donnera la noisette. Les fleurs mâles sont les chatons pendants. Les plus ouverts commencent à libérer leurs étamines chargées de pollen. Les relevés du réseau national de surveillance aérobiologique montrent que le début de floraison du noisetier à Paris s’est établi ces dix dernières années entre le 10 et le 20 février. Cet hiver est bien hors norme pour l’instant.

Alors, c’est le réchaufffement climatique ? Non, même s’il est avéré scientifiquement, ce serait faire un raccourci abusif. Nous assistons là à un aléa de la météo. Les tendances du climat se mesurent en décennies, voire en siècles.

La floraison du noisetier le 14 février 2014

Non classé

Agent 003

Encore une innovation au Jardin des plantes à Paris : les jardiniers emploient des corneilles pour les travaux de jardinage.

Groupe de corneilles noires au jardin des Plantes © Gilles Carcassès
Groupe de corneilles noires au jardin des Plantes © Gilles Carcassès

Une troupe de corneilles arrache consciencieusement un carré de pelouse, à la recherche de larves d’insectes.

Corneille noire baguée © Gilles Carcassès
Corneille noire baguée © Gilles Carcassès

L’agent 003, repérable à ses bagues aux pattes, semble se spécialiser dans l’entretien des massifs de fleurs.

Corneille dans un massif de pavots d'Islande © Gilles Carcassès
Corneille dans un massif de pavots d’Islande © Gilles Carcassès

D’un coup de bec rapide et précis elle retourne toutes les feuilles mortes de platane, parfois les déplace et les entasse, et picore les limaces qui se cachent dessous.

Comme il est expliqué dans l’article de l’excellent blog parisien « Ca se passe au jardin », j’ai envoyé mon signalement de corneille baguée à corneilles@mnhn.fr. Les scientifiques du Muséum qui ont bagué ces oiseaux veulent étudier leurs déplacements et leur comportement dans les espaces verts parisiens.

Les corneilles parisiennes n’ont qu’à bien se tenir : le film, par NatureTV

L'actualité de la Nature

Le (petit) copain des fourmis

Platyathrus hoffmannseggi © Gilles Carcassès
Platyathrus hoffmannseggi © Gilles Carcassès

En voulant planter un arbuste dans mon jardin, j’ai pioché malencontreusement dans une fourmilière. Pendant que les fourmis rousses s’activaient à mettre à l’abri leurs larves, quelques minuscules cloportes tout blancs, désemparés, semblaient errer au hasard.

Ces cloportes dépigmentés et aveugles ne voient jamais le jour. Ils vivent le plus souvent en commensalisme avec des fourmis, se nourrissant de leurs excréments. En creusant le sujet, j’ai vu qu’ils appartiennent à une famille particulière de crustacés terrestres : les Platyarthridae. Il en existe dix espèces en France, pour la plupart méditerranéennes ou littorales. Platyarthrus hoffmannseggi est la plus répandue et la seule qui soit connue en Ile-de-France.

De meilleures photos de Platyarthrus hoffmannseggi

Le commensalisme

L'actualité des jardins

L’iris d’Alger

Un jardiner d’Anthony m’a envoyé cette photo d’un bel iris, en fleurs tous les hivers dans son jardin. La touffe, parfois ratatinée par les fortes gelées, est toujours bien repartie.

Iris inguicularis © Jean-Daniel Arnaud
Iris unguicularis ou iris d’Alger © Jean-Daniel Arnaud

L’iris d’Alger apprécie les sols secs et les situations chaudes. Cet iris méditerranéen de petite taille fleurit longtemps, de décembre à mars. Les fleurs, solitaires sur leur tige courte, sont nombreuses et légèrement parfumées. Il en existe plusieurs cultivars dans les tons de blanc à violet. Sa touffe dense au feuillage persistant croît lentement.

La bonne rusticité et l’excellente résistance à la sécheresse de cet iris font de lui une bonne plante pour les jardins sans arrosage. On pourrait l’utiliser plus souvent, même sous le climat de l’Ile-de-France, à condition de lui trouver un endroit abrité et un sol bien drainant. La plantation du rhizome de l’iris d’Alger s’effectue en été.

L’iris d’Alger du Jardin des plantes de Paris

L'actualité de la Nature

Araignées crabes

Araignée crabe © Gilles Carcassès
Araignée crabe cachée sous une feuille d’ortie © Gilles Carcassès

Les araignées crabes sont ainsi nommées en raison de la longueur de leurs deux premières paires de pattes et de la posture qu’elles prennent en chasse. On les rencontre souvent sur les plantes herbacées, cachées dans les fleurs. Il en existe 126 espèces en France mais les genres les plus communs sont assez faciles à reconnaître.

Misumena, forme jaune © Gilles Carcassès
Misumena femelle, forme jaune © Gilles Carcassès

Les Misumena femelles ont les pattes claires, l’abdomen globuleux souvent marqué de taches latérales rouges. Elles sont généralement blanches, mais elles peuvent prendre la couleur des fleurs sur lesquelles elles chassent.

Misumena mâle © Gilles Carcassès
Misumena mâle sur une fleur d’iris © Gilles Carcassès

Les mâles Misumena ont les pattes sombres annelées d’orange.

Ebrechtella © Gilles Carcassès
Ebrechtella femelle sur une feuille de rosier © Gilles Carcassès

Ebrechtella a le thorax vert et son abdomen présente trois taches rouges.

Heriaeus © Gilles Carcassès
Heriaeus © Gilles Carcassès

Les Heriaeus sont très poilus et généralement verts.

Thomisus © Gilles Carcassès
Thomisus sur une inflorescence d’Eryngium © Gilles Carcassès

Les Thomisus ont l’abdomen « cornu ».

Araignée crabe sur un coquelicot © Gilles Carcassès
Araignée crabe sur un coquelicot – Pontoise © Gilles Carcassès

Les araignées crabes à dominante brune ou sombre sont plus difficiles à identifier, à part l’araignée Napoléon qui a une tache noire caractéristique en forme de bicorne sur l’abdomen. Sur ce coquelicot, c’est peut-être un Xysticus.

Guide simple et illustré pour l’identification des araignées crabes

L'actualité de la Nature

Milouins dans la brume

Fuligule milouin © Gilles Carcassès
Fuligules milouins (Aythya ferina) © Gilles Carcassès

Tous les hivers, quelques fuligules milouins reviennent à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise. Parfois, on peut les apercevoir dans la brume du matin quand tout est calme, depuis la passerelle qui mène au centre balnéaire.

A l'île de loisirs. © Gilles Carcassès
Depuis la passerelle, à l’Ile de loisirs. © Gilles Carcassès

Ce matin-là, on n’a pas vu les milouins, mais il y avait trois grues.

L’ile-de-France accueille chaque hiver plus de 3000 milouins nicheurs d’Europe du Nord, selon les relevés effectués par les ornithologues, dans le cadre des « comptages Wetland ».

Quelques fuligules milouins nichent en Ile-de-France mais ils sont très rares : moins d’une dizaine de couples. L’espèce est globalement en danger, elle vient d’être classée « vulnérable » sur la liste rouge mondiale pour les oiseaux.