La cabane du ver de terre

Cabane de lombric © Gilles Carcassès

Cabane de lombric © Gilles Carcassès

Au bord d’un chemin dans le parc de Grouchy à Osny, je remarque cette curieuse construction à base de feuilles mortes. Elles sont à moitié enfouies dans le sol et mêlées à de la terre. Et cette chose n’est pas seule, il y en a une tous les vingt centimètres environ.

Ce sont les cabanes des vers de terre anéciques. Vous les avez déjà rencontrés au jardin : ce sont ces grands vers dont la partie avant est plus sombre que l’arrière. La nuit, ils sortent leur tête au dehors, s’étirent et prospectent la surface du sol. Avec leur bouche, ils attrapent les feuilles mortes et les brindilles et les tirent à eux jusque dans les premiers centimètres du sol, comme le montre cette vidéo. Des bactéries et des champignons décomposent alors ces débris en une matière organique que consommera le lombric.

Cabanes © Gilles Carcassès

Trois cabanes © Gilles Carcassès

Les pluies d’hiver ont quelque peu raviné le chemin, emportant les feuilles et les branchettes tombées et dégageant ainsi à la vue les fameuses cabanes dont la densité montre que ce sol est très habité.

La cabane du lombric © Gilles Carcassès

Une autre cabane de lombric © Gilles Carcassès

Des chercheurs étudient les vers de terre et leurs actions dans les sols

Les goélands savent faire sortir les vers de terre pour les manger

Les vanneaux aussi !

Pour étudier les vers de terre : le protocole moutarde

Les vers de terre, un article de Jardins de Noé

 

 

Comptons les oiseaux

Pinson des arbres © Gilles Carcassès

Pinson des arbres © Gilles Carcassès

Samedi 30 et dimanche 31 janvier 2016, le Museum national d’Histoire naturelle et la Ligue pour la protection des oiseaux organisent pour la quatrième année consécutive une grande opération de comptage des oiseaux des jardins.

Tout le monde peut participer.

Il suffit de compter pendant un heure tous les oiseaux fréquentant un jardin (votre jardin, si vous en avez un) et de remplir en ligne la fiche d’observations sur le site Oiseaux des jardins.

Rouge-gorge © Gilles Carcassès

Rouge-gorge © Gilles Carcassès

En savoir plus le comptage annuel des oiseaux des jardins

La dent du ragondin

Dans l’axe vertical de cette photo, un œil averti voit la coulée des ragondins : les plantes aquatiques sont plus rares et le piétinement a aplati les plantes de berges.

La coulée des ragondins © Gilles Carcassès

La coulée des ragondins – parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Il reste deux ragondins, me dit Etienne, en charge de l’entretien des bassins du parc François-Mitterrand à Cergy. « Ils ont fait beaucoup de dégâts dans les iris d’eau, les pontédérias et les nymphéas. Il faudrait au printemps replanter un peu, avec des espèces dont ils ne sont pas gourmands. »

Petites massettes © Gilles Carcassès

Petites massettes – parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Ces Typha ne semblent pas avoir été consommées. C’est une petite espèce, élégante et pas trop envahissante : Typha minima, ou peut-être un hybride. On pourrait planter une autre tache de ces petites massettes dans un endroit dégarni.

Les massettes mûres libèrent leurs graines © Gilles Carcassès

Les massettes mûres libèrent leurs graines au vent d’hiver © Gilles Carcassès

Essai de protection contre les ragondins - parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Essai de protection contre les ragondins – parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Pour l’introduction d’autres plantes aquatiques au succès plus incertain, il faudra les cultiver dans des cages de protection, le temps de les laisser s’implanter et d’observer leur comportement. Le jardinage aquatique requiert du savoir-faire et de la patience…

Torchepot

Sitelle à la mangeoire © Jeanne-Flore Blomme-Leveneur

Sittelle torchepot à la mangeoire © Jeanne-Flore Blomme-Leveneur

La sittelle vient parfois aux mangeoires. Dans ce jardin de Marines (Val d’Oise), elle se régalait de graines de tournesol.

Quand on voit une sittelle, les arbres ne sont jamais loin, car c’est son terrain de prédilection. La sitelle est sédentaire, elle niche dans une cavité dont elle ajuste l’orifice avec un torchis de boue de sa confection, d’où son nom de torchepot. Elle passe ses journées à faire des acrobaties dans les branches des grands arbres à la recherche de nourriture. Ses griffes impressionnantes lui permettent de se tenir tête en bas ou de se déplacer à la face inférieure d’une branche.

© Gilles Carcassès

Forge sur un tronc – parc du château de Menucourt © Gilles Carcassès

Comme les pics, les sittelles utilisent les crevasses des écorces pour coincer des graines afin de les décortiquer à leur aise. On voit ici la marque d’un coup de bec sur ce gland. J’ai peut-être dérangé l’oiseau pendant son repas, ou bien il s’agit d’une provision.

La sittelle par le Jardin des plantes de Paris

L’Observatoire participatif des vers de terre

Savez-vous qu’il existe en France 150 espèces de vers de terre, aux modes de vie très différents ? Que dans le sol d’un hectare de prairie, ils pèsent autant que trois vaches ? Qu’ils sont essentiels à la fertilité des sols ?

Natureparif propose des demi-journées de formation pour connaitre les vers de terre. La première de ces formations, le 15 février 2016, se déroulera à Cergy. Ces formations sont ouvertes aux personnes désireuses de mieux connaitre les vers de terre et leurs rôles dans les sols : gestionnaires d’espaces verts ou naturels, membres d’associations de jardins partagés ou familiaux, agriculteurs, jardiniers amateurs.

© Gilles Carcassès

Lombrics © Gilles Carcassès

Venez vous initier aux joies du fameux protocole moutarde !

L’agenda des formations et le formulaire d’inscription

Tout savoir sur l’Observatoire participatif des vers de terre

Portrait d’acteur de la biodiversité : Etienne

 Etienne Wambergue au parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Etienne Wambergue au parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Etienne, spécialiste de la biodiversité des étangs et ancien forestier, a monté sa micro-entreprise. Aux beaux jours, il est employé par un bureau d’études en hydrobiologie pour des diagnostics de fonctionnement de milieux aquatiques. L’autre moitié de l’année, il travaille à son compte et entretient des mares et des bassins pour des particuliers et des collectivités.

Pour Etienne, « un plan d’eau, c’est comme un jardin et tout est question d’équilibre ». Et il a fort à faire au bassin du parc François-Mitterrand à Cergy. Il faut retirer les déchets que le vent a apportés, limiter les plantes les plus envahissantes, tailler les tiges sèches de la végétation aquatique, supprimer les semis des arbres sur les berges, corriger les déséquilibres avec des solutions biologiques…

Le dada d’Etienne : le respect des sols. Il déplore l’artificialisation galopante des terres agricoles et milite pour le développement d’une agriculture urbaine respectueuse de l’environnement.

Un message à faire passer ? « J’aimerais bien que les usagers du parc jettent moins de pain dans l’eau : c’est mauvais pour la santé des canards et cela engendre une importante pollution de l’eau. »

 

Petit mais costaud

Le chant du troglodyte mignon peut atteindre 90 décibels : imaginez vous à un mètre d’une débrousailleuse ou peut-être pire, dans un restaurant scolaire. Pour seulement 10 grammes, il a un sacré coffre !

C’est avec ses vocalises tapageuses et facilement identifiables (une phrase unique répétée comprenant des trilles rapides) que notre Don Juan miniature attire au début du printemps les femelles sur son territoire. Pourtant cela ne suffit point à charmer ces dames…

Troglodyte mignon © Marion Poiret

L’appel du troglodyte mignon © Marion Poiret

Cas assez rare chez les oiseaux, le mâle polygame commence seul l’élaboration de plusieurs nids. La femelle qui s’est déplacée inspecte alors l’ébauche de construction. Et si la qualité du gros œuvre lui convient, elle accepte l’accouplement et s’emploie ensuite à finaliser l’aménagement intérieur. Si pendant ce temps le mâle parvient à séduire d’autres compagnes par son génie bâtisseur, il pourra conduire plusieurs nichées en parallèle.

Troglodyte mignon © Marion Poiret

Troglodyte mignon, bois de Cergy © Marion Poiret

La silhouette du troglodyte mignon est tout aussi caractéristique que son chant : une petite boule de plume brune au sourcil clair avec une queue très courte et souvent dressée. Mâles et femelles se ressemblent.

Troglodyte mignon © Marion Poiret

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), île de loisirs de Cergy-Pontoise © Marion Poiret

Ce passereau est très courant jusqu’au cœur des villes. 200 000 à 400 000 couples nicheurs sont présents en Ile-de-France dont 200 à 300 couples sur Paris intra-muros (Le troglodyte mignon au Jardin des plantes de Paris).

Pour apprendre à reconnaitre le chant du troglodyte (et d’autres) ou suivre l’évolution des populations :

Reconnaissance des chants d’oiseaux INPN

(Oizo)lympique

vigienature – évolution des populations

troglodyte mignon et changement climatique ?