Gros chantier !

Le groupe francilien de l’association Hortis était invité vendredi 12 février 2016 à visiter l’un des plus gros chantiers privés d’aménagements paysagers en Europe : 10 marchés de travaux d’espaces verts mobilisant 26 contrats de culture, pour un total de plus de 50 millions d’euros. L’approvisionnement est en partie local puisque le GIE des Pépinières franciliennes fournira 82 000 végétaux, soit un quart des contrats de culture.

Rhododendron © Gilles Carcassès

Ce très gros rhododendron vient d’être planté dans les futurs « Jardins extraordinaires » © Gilles Carcassès

Né d’un rapprochement entre les groupes Euro Disney S.C.A et Pierre & Vacances – Center Parcs, « Villages nature Paris » se présente comme une future destination touristique durable et innovante, en courts et moyens séjours, sur un site de 259 hectares à proximité du Val d’Europe (dans l’Est parisien).

Une centrale géothermique de 10 mégawatts fournira la totalité de la chaleur nécessaire pour le chauffage et l’eau chaude des habitations et couvrira aussi les besoins du plus grand complexe aqualudique d’Europe, comprenant notamment un lagon extérieur de 2500 m² dont l’eau sera chauffée toute l’année à 30° C, et une zone de baignade naturelle.

Le projet, très végétalisé et bien pensé pour l’accueil de la biodiversité, fait largement appel aux capacités épuratrices des végétaux aquatiques. Avant le démarrage des travaux, les batraciens qui vivaient dans les mares forestières ont été capturés et déménagés dans de nouvelles mares spécialement conçues pour leur hébergement. Des kilomètres de barrières spéciales en bois ont été installées pour empêcher leur retour dans les zones de chantier.  Un secteur de la zone où prospère l’orchis négligé (Dactylorhiza majalis subps. praetermissa) restera interdit au public.

Vue partielle de la maquette de Villages nature Paris © Gilles Carcassès

Vue partielle de la maquette de Villages nature Paris © Gilles Carcassès

Une grande ferme pédagogique (en haut à droite de cette photo) est intégrée au projet.

© Gilles Carcassès

Grue utilisée pour les plantations © Gilles Carcassès

On ne lésine pas sur les moyens de levage pour ce chantier de plantations hors normes, car certains arbres pèsent plus de 10 tonnes.

© Gilles Carcassès

Futurs appartements et commerces © Gilles Carcassès

La végétalisation des murs et des terrasses de ce groupe d’immeubles au bord d’un lac artificiel est prévue pour un coût de 4,5 millions d’euros.

© Gilles Carcassès

Land art ? © Gilles Carcassès

Les cottages, construits en bois, sont livrés en kit par semi-remorque. Le clos et le couvert de chaque ensemble est assuré en trois jours. Tous les réseaux sont installés avant le montage, ce qui donne cet aspect insolite au chantier.

Au total, c’est l’équivalent d’une ville de 8 000 habitants qui se crée en trois ans seulement. L’ouverture est annoncée pour le 2ème trimestre 2017 : mais attention, pour visiter et profiter de tous les aménagements, il faudra louer un hébergement !

Les résultats de notre sondage

Vos réponses très nombreuses ont permis d’établir des statistiques tout à fait représentatives. Un grand merci aux 157 lecteurs qui ont participé !

Voici les résultats de ce sondage, avec nos commentaires :

sondage2bis
sondage9jpg
Ouh là, encore du travail pour percer chez les jeunes ! (mais peut-être que nos jeunes lecteurs n’aiment pas les sondages)

sondage 3

Cela nous ferait donc, au vu de la fréquentation actuelle, 1800 visites de « cergypontains » par mois.

sondage 4Une cible double, résultat conforme à notre objectif de sensibiliser à la fois les professionnels et le grand public.

sondage 5sondage
Nous avons affaire à un public très fidèle : merci !

Vous trouvez les articles du blog (réponses multiples sur 157 questionnaires renseignés)
sondage 7

Un encouragement à poursuivre et soutenir le rythme.

Vous appréciez les articles du blog (également en réponses multiples)sondage1bisDes intérêts en cohérence avec les classes d’âge et la répartition des publics professionnel et non professionnel.

Retour sur la formation « vers de terre »

Mardi 16 février 2016, la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise recevait une quarantaine de stagiaires conviés par Natureparif à une formation sur l’Observatoire participatif des vers de terre.
Il s’agissait de comprendre l’intérêt des protocoles d’évaluation des populations de vers de terre dans les jardins et surtout d’apprendre à les mettre en œuvre.

Mise en pratique au parc François-Mitterrand © Gilles Carcassès

Mise en pratique des protocoles de l’Observatoire participatif des vers de terre © Gilles Carcassès

ver de terre © Maxime Kayadjanian Natureparif OPVT IDF 2016

ver de terre © Maxime Kayadjanian Natureparif OPVT IDF 2016

Les protocoles test bêche et moutarde tri manuel sont mis en application par les stagiaires sur les pelouses du parc François-Mitterrand à Cergy.

La chasse aux vers de terre bat son plein. Les vers capturés sont placés dans des boites de transport en plastique avec un peu d’eau fraiche.

Le retour triomphal des stagiares à la salle de formation avec leur trophée © Gilles Carcassès

Le retour triomphal des stagiaires à l’amphithéâtre du Verger avec leurs trophées © Gilles Carcassès

Avec l’aide de Daniel Cluzeau, enseignant-chercheur à l’Université de Rennes, et de ses assistants, les vers de terre ont ensuite été triés par les stagiaires en catégories écologiques.

A  la fin de la formation, les stagiaires sont repartis vers leurs jardins ou leurs structures, bien décidés à appliquer les protocoles dans les semaines qui viennent. Ils enverront au laboratoire de l’Université de Rennes leurs récoltes triées et placées dans des flacons d’alcool. Les chercheurs fourniront en retour à chacun les résultats de leurs déterminations et leur interprétation. Toutes ces données permettront de faire grandement avancer la connaissance de la biologie du sol, si importante pour la fertilité et pourtant si mal connue.

L’idée de se retrouver à Cergy en automne 2016 pour les restitutions et pour débriefer sur les protocoles fait son chemin…

La cabane du ver de terre

La formation 2015 au protocole moutarde

Les vers de terre par Jardiner Autrement

Rencontres odonatologiques

Avec la création de CETTIA il y a 3 ans (portail de saisie en ligne des données naturalistes) et la mise en place de l’atlas des libellules d’Ile-de-France début 2015, les résultats de l’année écoulée sont intéressants : 127 observateurs ont fait remonter plus de 7000 données et sur les 60 espèces d’odonates d’Ile-de-France, 57 ont été observées.

Cette carte fait état des données de terrain recueillies sur CETTIA : les utilisateurs sont peu nombreux dans le Nord-Ouest de l’Ile-de-France.

L’après-midi, une grande partie du groupe s’est attelée à la détermination d’exuvies (mues rigides laissées par les larves lors de leur transformation en adultes). Ce fut l’occasion pour moi de déterminer enfin les petits squelettes récoltés en Août 2014 au bord du bassin du parc François-Mitterrand à Cergy.

détermination à la loupe binoculaire des exuvies précautionneusement conservées depuis 2 ans © Marion Poiret

Détermination à la loupe binoculaire des exuvies précautionneusement conservées depuis plus d’un an dans cette petite boîte © Marion Poiret

Un masque en cuillère sans sillon apparent, de beaux yeux globuleux, des épines dorsales sur l’abdomen… Alors qui est-ce ? Après une observation détaillée, il s’agit de Sympetrum fonscolombii que nous avions déjà identifié au stade adulte le 15 Juin 2014.

La recherche d’exuvies lors des prospections de terrain est très pertinente. Ces dernières permettent non seulement d’attester de la présence certaine de l’espèce sur le site car elles sont le signe indéniable de sa reproduction, mais aussi de vérifier la fiabilité de la détermination du taxon.

Cette grosse libellule rouge postée sur un bouton floral de butome est un sympetrom foscolombii mâle. Outre, sa couleur sanguine, il est reconnaissable au dessous gris bleu de ses yeux, à ses pattes noires rayées de jaune, à la nervation rouge à la base des ailes et à son front rouge vif, au ptérostigma jaune entouré de noir, au nombre de nervures transversales antenodales, aux tâches noires présentent à la fin de son abdomen (segments 7 et 8) © Marion Poiret

Sympetrum fonscolombii mâle, posé sur une inflorescence de butome au bord du bassin du parc François-Mitterrand à Cergy © Marion Poiret

Si vous souhaitez contribuer, vous trouverez sur le site de l’observatoire des odonates franciliens un guide vidéo d’utilisation de Cettia pour saisir une donnée ainsi que des conseils de prospection (comment organiser sa journée, où chercher les exuvies).

Nos autres articles sur le sujet :

Lecteurs du blog, qui êtes-vous ?

visuel blog« Nature en ville à Cergy-Pontoise » a été créé en avril 2013 au départ pour un public professionnel de la nature et du jardin sur le territoire de Cergy-Pontoise, puis il a été ouvert au grand public. Notre fréquentation est en constante progression et nous atteignons maintenant plus de 5 000 visites par mois.

Afin de mieux cibler nos publications, il nous serait utile de connaître votre ressenti et vos attentes. Aussi nous vous proposons de répondre à un questionnaire qui ne vous prendra pas plus d’une minute :

Lecteurs du blog Nature en ville à Cergy-Pontoise, aidez-nous à vous connaître

Nous vous restituerons dans un prochain article les statistiques de vos réponses que nous espérons nombreuses !

Toison d’or

© Gilles Carcassès

Sur les euphorbes du parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Les grosses touffes d’Euphorbia characias du parc François-Mitterrand sont en pleine floraison. Plusieurs grosses mouches jaunes postées sur les inflorescences semblent attendre quelque chose.

Scatophaga © Gilles Carcassès

Scatophaga stercoraria et sa belle toison d’or. (Cette mouche qui régurgite est en pleine digestion) © Gilles Carcassès

Scatophaga stercoraria est un diptère qui fréquente ordinairement les excréments du bétail. Au Grand centre, les bouses et les crottins sont rares, mais les crottes de chien font sans doute leur bonheur. Des chercheurs ont calculé l’incroyable rapidité de cette espèce à repérer les excréments. Il ne faut que quelques secondes après l’atterrissage pour qu’une de ces mouches arrive et se pose sur sa cible. Après l’accouplement, les femelles enfoncent leurs œufs dans le matériau encore frais. On dit que les larves qui vont sortir de ces œufs ont des mœurs carnassières et qu’elles consomment des larves d’autres insectes coprophages. A la vérité, il est bien difficile de les observer à l’intérieur du dit matériau. Bien malin qui peut savoir ce qu’elles mangent vraiment.

Les adultes capturent et consomment d’autres mouches, mais elles fréquentent aussi les fleurs et ne dédaignent peut-être pas leur nectar.

Plusieurs générations vont se succéder dans l’année. La dernière passera l’hiver sous forme de pupe. Les émergences ont lieu souvent dès le mois de mars. Nos belles mouches dorées sont un peu en avance cette année.

 

Zdzmouette ?

Zdzieszowice est le village natal de notre jeune polonaise vue le 30 décembre 2015 au parc François-Mitterrand à Cergy. Le CRBPO me signale qu’elle a été baguée au nid le 28 mai 2015.

Jeune polonaise à la toilette © Gilles Carcassès

Jeune polonaise à la toilette © Gilles Carcassès

Comment est-elle arrivée jusqu’à Cergy-Pontoise ?

Zdzieszowice - la gare (Street view)

Zdzieszowice – la gare (Street view)

J’imagine qu’au début de son voyage, elle a rencontré notre mouette tchèque native d’Olomouc qui lui a enseigné le chemin jusqu’à Cergy et la bonne adresse du parc François-Mitterrand. Cet hiver, je les vois souvent ensemble.

Zdzieszowice est une bourgade ouvrière de 13 000 habitants située au sud de la Pologne, près de la frontière tchèque.

Zdzieszowice - son usine (Street view)

Zdzieszowice – son usine (Street view)

Zdzieszowice - son parc public (Street view)

Zdzieszowice – son parc public (Street view)

L’article de VigieNature sur les migrations des mouettes rieuses