L'actualité de la Nature

Retenir les chants des oiseaux

Loriot mâle - dessin de José Keravis
Loriot mâle – dessin de José Keravis

J’ai cru entendre un loriot sur les hauteurs de Vauréal. Ca m’a rappelé ma jeunesse. La cousine de mon grand-père me racontait qu’autrefois tout le monde à la campagne comprenait le chant des oiseaux et que ceux-ci chantaient en occitan.

Ecoutons la cousine :

Le paysan, à la vigne depuis le lever du soleil, ouvre son panier pour sortir sa collation de 10 heures. Sa femme lui a préparé un bon morceau d’omelette. Le loriot, jamais avare de remarques sur la nourriture, siffle : « Biro l’iou. Biro l’iou. Se l’avio, lou biraio ! » (Retourne l’œuf. Retourne l’œuf. Si je l’avais, je le retournerais ! »). Et s’il n’y a pas d’omelette, le gourmand entonne : « Son maduras las cerièsas ? Se n’aviai, ne manjariai ! » (Elles sont mûres les cerises ? S’il y en avait, j’en mangerais ! »).

Les paysans modernes, avec le bruit des tracteurs, ont perdu ce contact intime avec les oiseaux dont le chant rythmait les journées de labeur de leurs aïeux. Leurs conversations leur faisaient une compagnie. Et ils écoutaient leurs sages conseils : « Paie tes dettes, paie tes dettes ! » disait la caille des blés.

Aujourd’hui, il n’y a plus guère que les ornithologues pour s’intéresser à ces mimologismes. Moi qui les fréquente, je peux vous assurer qu’à Cergy-Pontoise, les oiseaux sédentaires chantent en français. Perché sur son grand arbre, le pigeon ramier assoiffé ne répète-t-il pas inlassablement « Paye ton coup, tonton !… » ? Il n’est pas le seul à avoir soif, le pic vert appelle la pluie : « Pleut ! Pleut! Pleut! Pleut ! ».

Bruant jaune - Emberiza citrinella © Gilles Carcassès
Bruant jaune – Emberiza citrinella © Gilles Carcassès

Pour le bruant jaune, un peu bellâtre, rien de plus facile, il chante : « Je suis le bruant jooooone ». Et l’insouciante fauvette à tête noire : « Allons donc, il fait beau, faut sortir ! ». Quant au pinson, qu’est-ce qu’il fringote mille fois par jour ? « Dis, dis, veux-tu que je t’estropie, mon p’tiot ? ». D’accord, ça n’a pas beaucoup de sens, mais on ne va pas exiger un discours d’académicien d’une si petite cervelle…

Cet article a été publié le 9 avril 2016 dans le numéro Hein??? du journal « Dur de la feuille », créé dans le cadre de la manifestation Traits bruyants à Cergy-Pontoise.

La vidéo de l’inauguration de Traits bruyants par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise

3 thoughts on “Retenir les chants des oiseaux”

  1. et en Bretagne (pays gallo) le pigeon dit « paies tu un coup?Tonton! » quant au petit béruchot lui c’est: « un petit bois gros comme ma cuisse coupée en 4 mes amis, que feu que feu » …
    Personnellement je n’ai jamais entendu le petit béruchot (troglodyte mignon) et je ne peux affirmer que la transcription soit exacte …mais je fais confiance à ma source d’information ! par contre je confirme pour le pigeon qui quémande un coup (à boire!) et pas que les pigeons bretons!

  2. En Argentine, dans la Pampa, les pigeons chantent en mode inversée : « Tonton… paye ton coup » comme si l’émisphère Sud leur mettait la tête à l’envers (à moins que ce soit ceux du Sud qui aient la tête à l’endroit et les nôtres la tête à l’envers ?)…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s