L'actualité de la Nature

Opération vers de terre au parc du château de Menucourt

A la mi-avril, nous avons appliqué le protocole de l’Observatoire participatif des vers de terre dans le parc du château de Menucourt, en creusant nos six trous de 20 cm par 20 cm sur 25 cm de profondeur. Nous les avons placé dans des milieux volontairement différents afin d’apprécier les variations d’abondance et de diversité des espèces.

Dans la prairie © Gilles Carcassès
Dans la prairie © Gilles Carcassès
Dans la pelouse © Gilles Carcassès
Dans la pelouse © Gilles Carcassès

Les mottes soigneusement émiettées à la main ont livré leurs vers de terre. Et voilà le classement : champion toutes catégories, la prairie. Les vers de terre sont en grand nombre et toutes les catégories sont représentées.

En seconde position vient la lisère forestière, puis le boisement et la prairie humide.

La pelouse arrive assez loin derrière.

Bon dernier, le massif de renouées du Japon : deux vers de terre seulement !

Voilà qui nous conforte dans nos préférences de gestion : la prairie héberge beaucoup plus de faune, y compris souterraine, que la pelouse régulièrement tondue.

Stenolophus teutonus © Gilles Carcassès
Stenolophus teutonus © Gilles Carcassès

En fouillant la terre d’un de nos trous creusé dans une prairie humide, nous avons vu courir ce carabe rouge et noir. Il s’agit très probablement de cette petite espèce fréquente dans les marais : Stenolophus teutonus.

Les carabes, alliés de la biodiversité et de l’agriculture, par l’INRA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s