Piégés deux soirs de suite !

Arum maculatum - Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès

Arum maculatum – Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès

Vous avez sans doute déjà remarqué ces grandes spathes claires et leur curieuse massue violette dans les sous-bois humides ou dans les haies. Ces spadices sont les inflorescences du gouet (Arum maculatum). Sous la massue violette stérile, l’enroulement de la spathe cache une chambre florale. On y trouve de haut en bas : des fleurs stériles réduites à l’état de poils blancs, des fleurs mâles groupées d’aspect rougeâtre et un épi de fleurs femelles, blanches et globuleuses.

Fleur d'arum ouverte © Gilles Carcassès

Fleur d’arum ouverte (au premier jour de floraison) © Gilles Carcassès

La pollinisation de cet espèce est digne d’un roman. Le premier soir, à la tombée de la nuit, la massue chauffe par un processus chimique et émet une odeur d’excrément qui attire des moucherons de plusieurs espèces. Ceux-ci glissent à l’intérieur de la chambre et malgré leurs tentatives ne peuvent ressortir en raison de la présence des poils blancs qui obstruent le passage. Le lendemain en début d’après-midi, les étamines des fleurs mâles libèrent leur pollen puis les poils fanent laissant libre le passage aux insectes qui se sont couverts de pollen dans l’ascension vers la liberté. Le soir, ces mêmes insectes, attirés une seconde fois par l’inflorescence d’un autre arum en début de floraison, tombent à nouveau dans le piège. Ils fécondent alors les fleurs femelles de cet arum. On voit sur la photo ci-dessus un de ces petits diptères captifs posé sur une fleur femelle à la base de l’inflorescence.

Moucheron sur un arum © Gilles Carcassès

Libéré par mon intervention, ce moucheron s’aventure sur la spathe © Gilles Carcassès

Les étamines de cet arum sont mûres © Gilles Carcassès

Le lendemain, les étamines de cet arum sont mûres et libèrent leur pollen © Gilles Carcassès

© Gilles Carcassès

Les fleurs femelles ainsi fécondées donneront en été ces épis de baies toxiques © Gilles Carcassès

La pollinisation des Araceae, par l’OPIE

Un dossier pédagogique très complet sur l’Arum maculatum

 

Advertisements

2 réflexions sur “Piégés deux soirs de suite !

  1. Pour ajouter une anecdote, dans ma région natale (Vendée) on disait aux enfants que les baies toxiques étaient consommées par les vipères. Je suppose que c’était pour nous dissuader de leur consommation, voire de leur approche, ces baies étant plutôt en bordure des haies, très fréquentées par ces mêmes serpents….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s