L'actualité de la Nature

L’araignée-loup

Le beau regard de l'araignée-loup © Gilles Carcassès
Le beau regard de l’araignée-loup © Gilles Carcassès

Après les araignées-crabes, on monte en gamme, voici les araignées-loups.

Celle-ci a bien la disposition des yeux caractéristique de sa famille : en trois rangées, quatre petits devant, au-dessus, deux gros, plus haut encore et sur le côté de la tête, deux autres de taille moyenne. La famille des Lycosidae compte 95 espèces en France. Les pattes rayées et hérissées de poils raides de cette araignée-loup orientent vers le genre Pardosa et restreignent le choix : seulement 39 espèces…

Pardosa - Vauréal © Gilles Carcassès
Pardosa – Vauréal © Gilles Carcassès

Les araignées-loups ne tissent pas de toiles pour piéger leurs proies, elles les attrapent à la course.

De loin, posées sur la litière ou les plantes basses, on croit qu’elles ont un abdomen tout rond et gris clair. Mais ce n’est pas leur abdomen, il s’agit de leur cocon rempli d’œufs. A l’éclosion, les toutes jeunes araignées grimperont sur le dos de leur parent et se feront ainsi promener quelques jours. Puis elles confieront leur destinée au vent en émettant un long fil de soie qui les emportera au loin. Ces fils volants, vous pouvez les croiser dans la campagne, lorsqu’ils brillent au soleil. On les appelait autrefois les fils de la Vierge.

L'actualité de la Nature

Une égyptienne à Cergy

Ouette d'Egypte - Cergy © Michèle Camprasse
Ouette d’Egypte (Alopochen aegytiaca) – Cergy © Michèle Camprasse

Encore une belle trouvaille de notre amie photographe Michèle Camprasse : une oie d’Egypte à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise !

Comme la bernache à crinière et le cygne noir tous deux originaires d’Australie et déjà vus au bord du bassin de la base de loisirs, cet oiseau africain est un échappé d’élevage. Ca ne l’empêche pas d’être un bel animal.

L'actualité de la Nature

Déguisée en crotte d’oiseau

Chenille de Thyatira batis (Drepanidae) - Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès
Chenille de Thyatira batis – Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès

Pour passer inaperçu sur une feuille quand on est une chenille, on peut être de couleur verte, mais on peut aussi ressembler à une crotte d’oiseau ! C’est la stratégie de cette chenille d’un papillon de nuit qui consomme les ronces. Je l’ai vue au bord de l’Oise à Neuville sur sa plante hôte. Ce lépidoptère de la famille des Drepanidae est très commun, il est sans doute présent dans toute la France. Pour voir le papillon, il faut attendre le mois d’août.

Agenda, Non classé

Rencontre 2016 sur la gestion différenciée des espaces verts : inscrivez-vous !

Le Parc naturel régional (PNR) du Vexin français, le PNR Oise-Pays de France et la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise s’associent chaque année pour organiser une journée de rencontres techniques sur la gestion écologique des espaces verts et naturels, à destination des services espaces verts des collectivités des trois structures et de leurs élus.

Pour cette année, le comité d’organisation a concocté un très beau programme dans les jardins exceptionnels de l’école Du Breuil (bois de Vincennes). La date arrêtée est le mardi 27 septembre 2016.

Une impressionnante profusion d'espèces étiquetées et répertoriées sur un plan général © Gilles Carcassès
A l’école Du Breuil, une impressionnante profusion d’espèces étiquetées et répertoriées sur un plan général © Gilles Carcassès

L’objectif de cette journée 2016 est de présenter des plantes vivaces et annuelles en situation de massifs fleuris et de bénéficier du retour d’expérience et du savoir-faire des personnes qui suivent ces essais depuis de nombreuses années. Plus de 1000 espèces et variétés vous y attendent, plantes indigènes et exotiques, horticoles éprouvées et nouveaux cultivars, bulbes d’été et graminées… L’occasion immanquable de puiser de l’inspiration pour l’embellissement durable de nos territoires.

Programme:

  • 10h00 : Accueil des participants autour d’un café
  • 10h15 : Présentation de l’école Du Breuil
  • 10h30 : Séparation en deux groupes : un groupe sur les parcelles de fleurissement saisonnier, un autre sur les collections de plantes vivaces et la rocaille
  • 12h30 : Pique-nique tiré du sac
  • Accès pendant le temps du repas au potager pédagogique et à un jeu sur les 5 sens organisé dans le jardin de l’école
  • 14h00 : suite des visites – échange des groupes de la séance de 10 h 30
  • 16h00 : Visite du fruticetum (arbustes) et de la collection de plantes grimpantes.  Informations sur les expérimentations sur 8 types de paillage, leur efficacité et les conséquences de leur emploi sur la vie des sols
  • 17h00 : Fin de la journée

Modalités pratiques :

Le stationnement n’est pas commode à proximité, nous conseillons de privilégier les transports en commun. L’école est à 10 minutes à pied de la gare du RER A de Joinville-le-Pont.

N’oubliez-pas votre pique-nique pour le repas de midi !

Inscriptions :

Les inscriptions se font, pour l’agglomération et les communes de Cergy-Pontoise, par l’adresse de messagerie : biodiversite@cergypontoise.fr, en précisant bien les noms et coordonnées tel et mail de chaque participant. Pour les communes dans les deux PNR, il faut s’inscrire auprès des paysagistes de ces structures.

L’an dernier, la communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise avait accueilli l’évènement sur son territoire. Voici quelques images de cette journée qui avait été très appréciée.

A l’île de loisirs de Cergy-Pontoise…

© Marion Poiret
L’arrivée au chalet nature de l’ile de loisirs de Cergy-Pontoise © Marion Poiret
© Marion Poiret
Visite commentée de l’île de loisirs en train électrique © Marion Poiret

A la ferme d’Ecancourt…

© Gilles Carcassès
A la ferme d’Ecancourt, le groupe a pu assister à une démonstration de conduite de troupeau © Gilles Carcassès
© Marion Poiret
La ferme d’Ecancourt a conçu un rucher pédagogique pour la visite des classes © Marion Poiret
© Marion Poiret
Poulailler en location pour les cantines des écoles © Marion Poiret

Au parc du château de Menucourt…

Menucourt1
Au parc du château de Menucourt, mise en œuvre du pâturage mixte : vache et brebis dans le pré-verger pédagogique © Marion Poiret
© Marion Poiret
Les brebis contrôlent la pousse de la renouée du Japon © Marion Poiret
L'actualité de la Nature

La cigale bossue, inventeur de la roue dentée

Joël Tribhout, photographe et lecteur du blog, m’a envoyé ces photos prises dans son jardin à Herblay.

Larve d'Issidae © Joël Tribhout
Larve d’Issidae © Joël Tribhout

Voici l’occasion de découvrir une famille d’homoptères discrets : les Issidae. Cette larve, reconnaissable à ses ébauches alaires a un curieux pinceau de cire au derrière : peut-être un stabilisateur pour le saut ? Car ces bestioles excellent au saut, les muscles de leurs pattes postérieures produisant des bonds qui les propulsent jusqu’à un mètre. Pour une meilleure efficacité du saut, les mouvements de leurs hanches sont synchronisés par un étonnant dispositif mécanique en forme de roues dentées (voir le film !). Ces dents qui s’emboitent parfaitement mesurent seulement 20 microns ! Bizarrement, cette particularité anatomique n’est pas conservée chez l’adulte après la mue nymphale.

Issidae © Joël Tribhout
Issidae adulte  – Ne verrait-on pas sur ses ailes comme le dessin d’un visage grimaçant ? © Joël Tribhout

Il s’agit sans doute de l’espèce Issus coleoptratus. L’adulte est de la couleur des écorces et vraiment tout petit : 5 à 7 mm, ce qui explique qu’il passe souvent inaperçu. Il suce la sève de nombreux arbres et arbustes : le chêne, le hêtre, le bouleau, le houx, le lilas, le seringat… Il apprécierait beaucoup le lierre. Malgré ses ailes, il ne vole pas et se déplace en marchant et en sautant.

L'actualité de la Nature

La faune du bassin de la sente des prés à Eragny (2)

Un inventaire de biodiversité se fait en plusieurs passages pour compléter les observations avec l’arrivée de nouveaux habitants. Quoi de neuf par rapport à notre visite du 22 juin 2016 ?

Avec les chaleurs de l’été, de nouvelles espèces de papillons sont apparues : le paon de jour, le vulcain, l’azuré des nerpruns.

Aglais io, le paon de jour - Eragny © Gilles Carcassès
Aglais io, le paon du jour – Eragny © Gilles Carcassès

Ce paon du jour a une aile abîmée, il a du se faire attaquer par un oiseau. Les chenilles de cette espèce consomment les orties, omniprésentes sur le site.

Les ombelles des carottes sauvages sont bien épanouies et nous trouvons quantité d’insectes floricoles : Cteniopus sulphureus, Rhagonycha fulva, Trichius fasciatus, Arge cyanocroceaMyathropa florea, Graphomya maculata

Arge cyanocrocea - Eragny © Gilles Carcassès
Arge cyanocrocea – Eragny © Gilles Carcassès

Les larves de Arge cyanocrocea ont pour plante hôte la ronce, qui ne manque pas dans le secteur.

Trichius fasciatus - Eragny © Gilles Carcassès
Trichius fasciatus – Eragny © Gilles Carcassès

Les larves de la trichie fasciée se nourrissent de bois pourri. Au second plan, on aperçoit Cteniopus sulphureus, fréquent sur les fleurs de carottes. Ses larves consomment des matières végétales en décomposition.

Myathropa florea, la "mouche Batman" - Eragny © Gilles Carcassès
Myathropa florea – Eragny © Gilles Carcassès

Les larves de Myathropa florea affectionnent les eaux stagnantes. Le dessin sur son thorax lui vaut son surnom de « mouche tête de mort » ou encore « mouche Batman ».

La floraison des berces communes attire aussi de nombreux diptères.

Graphomya maculata - Eragny © Gilles Carcassès
Graphomya maculata – Eragny © Gilles Carcassès

La larve de Graphomya maculata se nourrit d’autres insectes dans l’humus des sols humides. C’est un insecte typique des bords de mares.

Gillmeria ochrodactyla © Gilles Carcassès
Gillmeria ochrodactyla (Pterophoridae) © Gilles Carcassès

En repartant, nous croisons ce drôle de papillon dans une friche où pousse la tanaisie, plante hôte de la chenille de cette espèce : Gillmeria ochrodactyla.

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

La mite à trois bandes

Les marronniers blancs, comme chaque été depuis le début des années 2000, montrent les symptômes disgracieux de l’attaque de la mineuse. Le responsable est un minuscule papillon invasif originaire des Balkans, reconnaissable aux trois bandes claires qui ornent ses ailes.

Cameraria ohridella, la mineuse des feuilles du marronnier © Gilles Carcassès
Cameraria ohridella, la mineuse du marronnier © Gilles Carcassès

Ce microlépidoptère est assez facile à observer aux premiers jours chauds d’avril. En nombre, les adultes émergent alors des chrysalides qui ont passé l’hiver dans les feuilles mortes, et se regroupent sur les troncs de marronniers au soleil pour s’accoupler. Les femelles pondent sur les feuilles des branches basses et les toutes jeunes chenilles vont rapidement pénétrer sous la cuticule pour former de petites mines qui vont s’étendre puis brunir à mesure de la croissance de ces larves. Dans le courant de l’été, les générations suivantes vont gagner les frondaisons les plus hautes.

Feuille de marronnier minée © Gilles Carcassès
Feuille de marronnier minée – bois de Cergy © Gilles Carcassès

Par transparence on distingue l’occupant (en fait ici la dépouille de la dernière mue larvaire). Les trainées sombres sont les excréments de la chenille.

Exuvie de Cameraria ohridella © Gilles Carcassès
Chrysalide de Cameraria ohridella © Gilles Carcassès

La nymphe s’extrait partiellement de la feuille pour donner naissance au papillon. Chaque mine produit ainsi un nouvel adulte.

Mines percées © Gilles Carcassès
Mines percées © Gilles Carcassès

Chaque mine, vraiment ? A l’évidence, quelques oiseaux prélèvent leur dîme, si j’en crois ces coups de bec, probablement l’œuvre de mésanges bleues ou charbonnières. Ces oiseaux régulent ainsi un peu les populations du ravageur. Le jardinier peut ainsi limiter les dégâts en offrant des nichoirs aux mésanges. Il peut aussi détruire les feuilles mortes des marronniers, dans lesquelles la dernière génération passe l’hiver sous forme de chrysalides.

En savoir plus sur la mineuse du marronnier

L'actualité des jardins

Les fleurs de mes hémérocalles avortent

Bouton d'hémérocalle déformé © Gilles Carcassès
Bouton d’hémérocalle déformé © Gilles Carcassès

Chaque année en juin, les premiers boutons de fleurs de mes hémérocalles sont boursouflés et ne s’épanouissent pas. Ce sont surtout les variétés jaunes et les brunes qui sont touchées. Un moucheron est le responsable de ces déformations : en ouvrant un bouton on peut voir les nombreux asticots, bien à l’abri des prédateurs derrière les pétales épaissis.

Larves de Contarinia quinquenotata © Gilles Carcassès
Larves de Contarinia quinquenotata, la cécidomyie de l’hémérocalle © Gilles Carcassès

Le petit insecte que l’on voir en silhouette devant mon index sur cette photo est un hyménoptère parasitoïde, une micro-guêpe qui pond dans les œufs ou les larves d’autres insectes. Il n’est sans doute pas là par hasard. Ces parasitoïdes limitent de façon naturelle la propagation des ravageurs. La main du jardinier peut aussi agir efficacement en retirant et en détruisant les boutons contaminés à mesure de leur apparition.

Passé le début du mois de juillet, les boutons floraux ne sont plus attaqués, les larves de la cécidomyie sont déjà tombées au sol, elles s’y nymphoseront et donneront la nouvelle génération d’adultes au printemps suivant.

Dans mon jardin, la cécidomyie fait de gros dégâts certaines années sur cette variété jaune précoce. © Gilles Carcassès
Dans mon jardin, la cécidomyie fait de gros dégâts certaines années sur cette variété jaune précoce. © Gilles Carcassès
Les variétés tardives d'hémérocalles sont très peu attaquées par la cécidomyie. à la main les boutons contaminés et les détruire
Les variétés tardives d’hémérocalles sont très peu attaquées par la cécidomyie. © Gilles Carcassès
Les hémérocalles, plantes spectaculaires de culture très facile, sont précieuses au jardin © Gilles Carcassès
Les hémérocalles, plantes spectaculaires de culture très facile, sont précieuses au jardin © Gilles Carcassès
L'actualité de la Nature

Le jour où le diable est venu toquer à ma fenêtre

Quel est cet étrange insecte qui est venu toquer à ma fenêtre un soir de finale de football ?

C’est un homoptère peu fréquent, surnommé « le grand diable ». Ses cornes sur le thorax et sa tête large et plate lui donnent une allure peu engageante.

Ledra aurita (le grand diable) © Gilles Carcassès
Ledra aurita (le grand diable) © Gilles Carcassès

La plus grande de nos cicadelles (de l’ordre de 15 mm) est rare et protégée en Ile-de-France. Lorsqu’elle se plaque sur l’écorce d’un arbre, elle est presque invisible. Sa biologie est mal connue, on sait qu’elle fréquente les chênes, mais peut-être aussi d’autres végétaux.

Ledra aurita - Poissy © Gilles Carcassès
Ledra aurita – Poissy © Gilles Carcassès

Je remarque sur la face interne de ses tibias postérieurs comme une scie finement dentée, peut-être que c’est avec ça qu’elle stridule ? Elle vient parfois, en juillet, à la lumière : surveillez vos fenêtres la nuit tombée !

Centrotus cornutus - Cergy © Gilles Carcassès
Centrotus cornutus, le « demi-diable » – Cergy © Gilles Carcassès

Le demi-diable est nettement plus petit. Il possède non pas deux mais trois cornes sur son thorax : deux latérales et une troisième tournée vers l’arrière, longue et ondulée. C’est aussi un homoptère, un représentant de la famille des Membracidae. J’ai observé celui-ci sur les branches basses d’un orme près de l’Axe majeur à Cergy.

L'actualité des jardins

Les beaux trottoirs de Maurecourt

© Gilles Carcassès
Végétalisation de trottoirs – Maurecourt © Gilles Carcassès

En septembre 2014, nous vous montrions de jeunes plantations en pied d’arbres sans arrosage sur l’avenue de l’ancienne gare à Maurecourt. Une jolie façon d’améliorer la biodiversité en ville en offrant des floraisons aux insectes pollinisateurs, tout en évitant l’emploi des désherbants.

La sècheresse de l’été 2015 aura-t-elle eu raison de ces plantations ? Pour le savoir, nous y sommes retournés. Globalement, la palette végétale d’origine a parfaitement tenu ses promesses. Les touffes ont bien grossi, et leur visibilité leur assure maintenant une assez bonne protection contre les manœuvres des conducteurs maladroits.

© Gilles Carcassès
Helichrysum italicum, Perovskia atriplicifolia et Santolina rosmarinifolia ont pris un beau volume. © Gilles Carcassès
Tradescantia - Maurecourt © Gilles Carcassès
Tradescantia andersoniana et Stipa tenuissima – Maurecourt © Gilles Carcassès

Les éphémères de Virginie (ici une variété à fleurs blanches), pourtant réputées adaptées pour les situations fraiches, se comportent ici très bien.

Armoise naine et géranium sanguin - Maurecourt © Gilles Carcassès
Artemisia schmidtiana nana et Geranium sanguineum – Maurecourt © Gilles Carcassès

Artemisia schmidtiana nana s’est développée mais a un peu de mal à couvrir le sol.

Rendez-vous dans deux ans, pour la suite de ce suivi…