Les strepsiptères

Je suis allé aux 8èmes rencontres naturalistes franciliennes prendre des nouvelles de la biodiversité de notre région : l’arrivée du castor dans l’Essonne, la reproduction du circaète (un rapace qui ne se nourrit que de reptiles) à Fontainebleau, la découverte de plantes rares dans les mouillères du Gatinais, bref plein de nouvelles réjouissantes… Grégoire Loïs, le directeur de VigieNature, a stupéfié l’auditoire avec une communication sur les strepsiptères, les plus étranges des insectes. Figurez-vous, Alien est un agneau à côté du strepsisptère !

Cet insecte passe l’essentiel de sa vie dans le corps d’une guêpe ! Seule la tête dépasse entre deux segments abdominaux de l’infortunée guêpe parasitée. Les femelles strepsiptères n’ont pas d’yeux, ni de bouche, pas de pattes non plus, pas d’ailes, pas d’antennes. C’est juste un sac mou qui se nourrit de l’hémolymphe de son hôte par perméabilité cutanée.

Le mâle a des pattes, de belles antennes ramifiées et est doté d’une paire d’yeux à lentilles plus proches, paraît-il, de ceux des trilobites que des autres insectes. Il a une paire d’ailes et une paire de balanciers, mais à l’inverse des mouches, ce sont les ailes antérieures qui sont réduites à l’état de balanciers. Il vit à l’état adulte quelques heures, le temps de rencontrer une femelle. Celle-ci n’a pas de sexe et lors de la fécondation par le mâle, les spermatozoïdes pénètrent dans son corps par des pores. Elle se remplit d’embryons qui se nourrissent de la chair de leur mère. Les jeunes larves, minuscules et munies de pattes, sortent de la dépouille maternelle et sautent sur une autre guêpe de passage.

Les guêpes parasitées – on dit stylopisées en ce cas – vont toujours visiter leur nid mais ne travaillent plus pour leur colonie. Elles finissent même par changer de sexe. La présence des parasites les a rendu zombies. Et, c’est bien connu, les zombies ont tendance à former des groupes compacts, ce qui facilite grandement les rencontres entre adultes strepsiptères mâles et femelles.

Grégoire les a compté : une guêpe poliste sur 12 en France est parasitée par les strepsiptères ! Alors j’ai ressorti mes photos de polistes, et j’en ai trouvé une qui montre une déformation typique de ce parasitisme : un segment abdominal est nettement soulevé. Malheureusement l’angle de prise de vue ne permet d’apercevoir le strepsiptère.

Poliste stylopisée - Cergy © Gilles Carcassès

Poliste stylopisée – Cergy © Gilles Carcassès

Une autre poliste stylopisée par au moins trois strepsiptères © Catherine Reymonet

Une autre poliste stylopisée par au moins trois strepsiptères © Catherine Reymonet

Les strepsiptères, par Alain Fraval (source OPIE)

Les strepsiptères, une famille d’insectes trop « mimi », sur le blog de VigieNature, où l’on apprend comment Grégoire les a compté. Attention, cet article contient des vidéos impressionnantes.

Advertisements

4 réflexions sur “Les strepsiptères

  1. Bonjour,

    Je lis tous les jours vos articles publiés sur le blog de Nature en ville à Cergy-Pontoise, c’est vraiment une mine d’informations passionnantes, et les photos sont toujours très belles.

    Etant moi-même spipollienne, j’ai été particulièrement intéressée par le dernier article sur les strepsiptères, et j’ai tout de suite voulu regarder si j’avais photographié ce parasite sans le savoir … La réponse est oui ! En 2015 et 2014, dans mon jardin à Berville, dans le Vexin. ci-joint les photos, pas toujours très nettes, mais suffisantes pour bien voir la déformation.

    Bien cordialement Martine BAUDIN

  2. Bonjour,

    Le lierre, un bon plan pour le Spipoll : https://natureenvilleacergypontoise.wordpress.com/2014/11/07/le-meilleur-resto-des-sentes-de-pontoise/ !

    Merci pour les photos

    Bien cordialement

    Gilles

    ________________________________ De : martine.baudin@free.fr Envoyé : vendredi 9 décembre 2016 12:54:22 À : Nature en ville à Cergy-Pontoise; CARCASSES Gilles Objet : Re: [Nouvel article] Les strepsiptères

    Bonjour,

    Je lis tous les jours vos articles publiés sur le blog de Nature en ville à Cergy-Pontoise, c’est vraiment une mine d’informations passionnantes, et les photos sont toujours très belles.

    Etant moi-même spipollienne, j’ai été particulièrement intéressée par le dernier article sur les strepsiptères, et j’ai tout de suite voulu regarder si j’avais photographié ce parasite sans le savoir … La réponse est oui ! En 2015 et 2014, dans mon jardin à Berville, dans le Vexin. ci-joint les photos, pas toujours très nettes, mais suffisantes pour bien voir la déformation.

    Bien cordialement Martine BAUDIN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s