L’invasion de la perruche à collier

La perruche à collier n’est pas invasive qu’en France : dans la région de Londres, il y en aurait dix fois plus qu’en Ile-de-France !

Un grand merci à Philippine LAMBERT (ESSEC Global BBA) pour la traduction anglaise de cet article et à son professeur d’anglais, Christophe Brook, pour son aimable complicité.

Perruche à collier - Paris © Gilles Carcassès

Perruche à collier – Jardin des plantes à Paris © Gilles Carcassès

Nous vous rapportions au printemps 2015 l’arrivée de la perruche à collier à Cergy-Pontoise. Cette espèce exotique invasive ne cesse de progresser en France. Voici la carte des observations pour 2016 publiée sur le site Oiseaux des jardins :

Observations en France de la perruche à collier - 2016 (oiseauxdesjardins.fr)

La grosse tache rouge en Ile-de-France correspond aux descendantes des échappées de conteneurs, suite à des accidents dans les aéroports d’Orly et de Roissy, dans les années 1970 et 1990. Vous avez pu aussi croiser la perruche à collier sur certaines de vos destinations de vacances.

Un rapport très détaillé établi par les spécialistes du Muséum national d’Histoire naturelle pour les gestionnaires du parc de Sceaux montre la répartition de ces oiseaux dans 150 communes franciliennes :

observations de la perruche à collier dans 150 communes, dans la période 2010- 2014 (source MNHN)

Observations de la perruche à collier dans 150 communes en Ile-de-France, sur la période 2010 – 2014 (source MNHN)

Les chercheurs démontrent la croissance exponentielle de cette population d’Ile-de-France qui a dû aujourd’hui dépasser les 5000 individus, sur plus de 50 sites de reproduction. Ces oiseaux engendrent des dégâts dans certains vergers de particuliers en ville, car ils sont friands de cerises et de pommes. Ils occasionnent des nuisances surtout aux endroits où ils se rassemblent pour dormir en très grand nombre. A Massy, les riverains excédés par les fientes et le bruit ont réclamé l’élagage des arbres formant dortoir (3500 perruches !).

Les perruches concurrencent pour les nids d’autres oiseaux cavernicoles : les pigeons colombins, les étourneaux, les sittelles. On rapporte un comportement agressif envers l’écureuil roux. Mais notre adorable écureuil ne serait pas totalement innocent : les perruches ne font que se défendre en pourchassant un voleur d’œufs !

Où voir facilement des perruches à Cergy-Pontoise ? Les grands platanes du parc de l’abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen l’Aumône en accueillent plusieurs dizaines. Laissez-vous guider par leurs cris stridents…

Advertisements

5 réflexions sur “L’invasion de la perruche à collier

  1. J’avais posé la question concernant ces « perruches » à un ornithologue du 93 il y a déjà 5 ou 6 ans … il semblait être très préoccupé de ça et avait déjà interpellé qui de droit pour avertir des risques d’une expansion.. Il semble a priori que rien n’ait été fait en temps et en heure (?)

  2. « Les perruches concurrencent pour les nids d’autres oiseaux cavernicoles : les pigeons colombins, les étourneaux, les sittelles. »
    C’est contradictoire avec les travaux de chercheurs belges et anglais alors même que dans ces deux pays, les effectifs de perruches sont beaucoup plus importants. Si en 2007, Strubbe mentionnait avoir trouve un effet sur la seule Sitelle torchepot parmi toutes les espèces sur 44 sites « Of the two native hole-nesters considered to be the most vulnerable to competition (nuthatch and starling), we found a negative association with parakeet numbers for the nuthatch only. No relations were found with starlings or any of the other hole-nesting species examined » (sur les deux espèces cavernicoles natives et considérées comme étant les plus vulnérables à la compétition (la sitelle torchepot et l’étourneau sansonnet), nous avons trouvé une relation négative entre le nombre de perruche et l’abondance de ces oiseaux pour la sitelle seulement. Aucuen relation n’a été trouvée avec l’étourneau ou aucune autre des espèces cavernicoles étudiées), en 2010, il va plus loin dans son analyse et modère l’impact de l’énorme population belge (22000 couples de perruches pour ce pays 18 fois plus petit que la France continentale !!!) sur les sitelles « Our models indicate that throughout much of their range, and in a variety of habitats, parakeets and nuthatches will compete for nesting cavities, but as the competition strength is only moderate, the total impact of parakeets on nuthatch populations will be limited, with at most one-third of the population at risk » (Notre modélisation montre que dans la majeure partie de sa distribution et dans des habitats divers, les perruches et les sitelles concourent pour les cavités, mais comme l’intensité de cette compétition est modérée, la globalité de l’impact sur les populations de sitelle sera limitée avec au pire un tiers de la population concernée).
    Enfin, en 2011, Newson et ses collègues publiaient un papier concernant les populations anglaises : « Our analysis provides no evidence for a significant impact through competition on Nuthatch populations or those of any other cavity-nesting species within the Parakeet’s current range in the UK ». (notre analyse ne montre aucune évidence d’un impact significatif par compétition sur les populations de sitelles ou sur celles d’autres espèces cavernicoles dans l’aire d’occupation de la perruche au Royaume-uni).

    Du coup je me demande de quoi ces perruches sont-elles coupables, a part d’être introduites…

    A Amsterdam, devant deux arbres blancs de fientes accueillant à eux seuls environ 5000 individus, je me suis mêlé à un rassemblement de badauds pour jouir de ce spectacle bruyant et unique. A Massy, on demande l’élagage. Lorsque les arbres incriminés seront élagués, élaguera-t-on les suivants, et ce jusqu’à l’élagage de tout arbre dortoir potentiel ??? Dans ce cas, effectivement il y aura un impact sur la biodiversité francilienne.
    refs:
    – Strubbe, D. and Matthysen, E. (2007), Invasive ring-necked parakeets Psittacula krameri in Belgium: habitat selection and impact on native birds. Ecography, 30: 578–588. doi:10.1111/j.0906-7590.2007.05096.x
    – Strubbe, D., Matthysen, E. and Graham, C. H. (2010), Assessing the potential impact of invasive ring-necked parakeets Psittacula krameri on native nuthatches Sitta europeae in Belgium. Journal of Applied Ecology, 47: 549–557. doi:10.1111/j.1365-2664.2010.01808.x
    – NEWSON, S. E., JOHNSTON, A., PARROTT, D. and LEECH, D. I. (2011), Evaluating the population-level impact of an invasive species, Ring-necked Parakeet Psittacula krameri, on native avifauna. Ibis, 153: 509–516. doi:10.1111/j.1474-919X.2011.01121.x

  3. Nous en observons une dizaine aux jardins familiaux des coteaux. Elles se régalent des cerises et pommes de nos jardins ; nous avons noté une augmentation rapide de leur nombre entre début 2015 et fin 2016 ; on en observait 3 en 2015, et une petite dizaine durant l’été 2016…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s