L'actualité des jardins

Comment ne pas blesser le collet des arbres avec les outils de fauche

pied d'arbres, Parc de la Crapaudine à Nantes © Gilles Carcassès
Fleurissement de pied d’arbres, Parc de la Crapaudine à Nantes © CACP – Gilles Carcassès

On voit souvent dans les parcs publics le collet des arbres endommagé par les outils de fauche, notamment des meurtrissures de l’écorce par le passage répété des débrousailleuses et parfois des coups de carter de tondeuses. Ces arbres blessés sont mécaniquement plus fragiles et leur espérance de vie est réduite car ces blessures sont des portes d’entrée pour des champignons.

Des techniques peuvent aider les jardiniers à ne plus blesser le collet des arbres. Ce fleurissement de pied d’arbres (photo ci-dessus) aide à visualiser une zone rapprochée autour du tronc qui ne doit pas être tondue aussi souvent que le reste de la pelouse. L’espacement des passages d’entretien à proximité immédiate du tronc permet en effet de réduire significativement le risque de blessures. Cela peut s’obtenir aussi avec des paillages.

Jardin des merveilles à Vauréal © Gilles Carcassès
Paillage au pied des arbres, au Jardin des Merveilles à Vauréal rénové par le service Espaces verts de la ville en 2016 © CACP – Gilles Carcassès

Certains outils et équipements sont également très utiles dans ce type de situation, vous pouvez les découvrir dans ce document établi par le CAUE 77 : Le fauchage à proximité d’un arbre.

On peut retrouver ce document et beaucoup d’autres, très pertinents, sur le site http://www.arbres-caue77.org/ que je vous recommande particulièrement.

L'actualité de la Nature

Les deux mini fleurettes du printemps

Avez-vous remarqué ce printemps ces tapis de toutes petites fleurs blanches au bord des voies ?

Draba verna à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

La drave printanière ne mesure que quelques centimètres de haut. Cette brassicacée (de la famille des choux) discrète croît sur les sols très secs et les talus sableux. En ville, on peut la rencontrer sur les trottoirs en grave, dans les zones qui ne sont pas trop soumises au piétinement.

Cochlearia danica à Neuville devant l’Université de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Il ne faut pas la confondre avec le cranson du Danemark, à peine plus grand, qui se plaît sur les sols très salés des bords de routes.

Fleurs de Cochlearia danica – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

En observant de près, on remarque que les pétales des fleurs du cranson ne sont pas profondément découpés comme ceux de la drave, et que des feuilles sont présentes sur les tiges fleuries, ce qui n’est pas le cas chez la drave printanière dont toutes les feuilles sont en rosette au niveau du sol.

Retrouvez l’histoire du fabuleux voyage du cranson du Danemark

L'actualité des jardins

Transhumance 2017 : des brebis témoignent

Brebis solognotes et leurs agneaux © CACP – Gilles Carcassès

Samedi 25 mars 2017, c’est le grand jour, on va enfin aller voir ailleurs si l’herbe est meilleure qu’à la ferme d’Ecancourt. On nous avait pomponnés pour l’occasion, avec l’aimable collaboration des centres de loisirs de Courdimanche.

Dans la cour de la ferme d’Ecancourt © CACP – Gilles Carcassès

Au début, faux départ, on s’est trompé de côté ! Un photographe qui était en plein dans le passage a été malencontreusement piétiné. Ses jours ne seraient pas en danger.

En longeant le champ de colza © CACP – Gilles Carcassès

Trop tentant de sortir de rang pour aller renifler les colzas…

C’est quoi cette feuille de colza ? © CACP – Gilles Carcassès

On n’y a même pas touché…

Point de rassemblement © CACP – Gilles Carcassès

Il fallait tout le temps attendre les humains : dès que ça monte un tout petit peu, ils ralentissent !

Démonstration de conduite de troupeau © CACP – Gilles Carcassès

A Jouy-le-Moutier, on a bien fait courir les chiens : les bergers appellent ça « démonstration de conduite de troupeau ». Les humains nous ont beaucoup applaudis.

Au belvédère de Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Au belvédère de Vauréal, on a improvisé une démonstration de tonte rotative.

Un peu de repos à mi-parcours © CACP – Gilles Carcassès

Et puis on nous a permis une petite sieste, pendant que les humains se pressaient autour d’un « food-truck ».

Sur la coulée verte de Cergy-le-Haut © CACP – Gilles Carcassès

« Les moutons, les moutons ! » Notre arrivée sous les applaudissements de la foule au village éco-citoyen, promenade des deux bois à Cergy, fut un grand moment d’émotion.

Final gourmand à Courdimanche © CACP – Gilles Carcassès

Du miel, du jus de pomme, des tartines et du fromage de brebis, offerts par la ville de Courdimanche, et les humains ne s’intéressent plus du tout à nous.

Nous nous concentrons déjà sur notre noble mission : entretenir les belles prairies de Cergy-Pontoise pendant toute la belle saison.

Revivez la transhumance en images dans 13 comme une.

 

L'actualité de la Nature

Premières morilles

Jeunes morilles – 24 mars 2017 © Michel Cronier

Un lecteur de Nature en ville à Cergy-Pontoise m’a fait parvenir cette photo prise chez lui dans les Yvelines. Ces quatre morilles sont sorties d’une fissure entre un sol en enrobé et une bordure en béton. Décidément ces champignons sont bien imprévisibles !

Qui d’autre en a trouvé ?

En savoir plus sur les morilles et les champignons de printemps avec nos articles :

Avez-vous vu la belle blonde ?

Morilles ou pas morilles ?

La belle oreille de cochon

L'actualité de la Nature

La punaise de l’aubépine

La photo mystère de mars 2017 n’était pas une tortue ninja, ni une langue au chat. Rien à voir non plus avec Hulk. Merci à tous ceux qui ont joué et bravo à Siegried qui, le premier, a su identifier la bête !

Acanthosoma haemorrhoidale – Courdimanche © CACP – Gilles Carcassès

Ici photographiée sur le revers d’une feuille de cotonéaster, cette grande punaise verte et rouge a une préférence pour les fruits des aubépines, mais on peut la trouver sur d’autres arbres ou arbustes. C’est l’une des punaises les plus communes dans les haies. Les adultes passent l’hiver dans les feuilles mortes. Comme beaucoup d’autres punaises, elle sécrète un liquide malodorant si on l’importune.

Agenda

Dialogues à la ferme

Paysage agricole du Vexin : coquelicots à Osny © Gilles Carcassès

Une initiative très intéressante de nos voisins du Parc naturel régional du Vexin français : une projection-débat « Balade à travers champs », le samedi 1er avril 2017 à 14h30 à la Mairie de Grisy-les-Plâtres (95)

Ils invitent à venir partager un moment d’échanges sur les questions agricoles : cultures et production, agronomie et innovation, débouchés et économie, environnement et santé, territoire et paysage.

Guillaume Vanthuyne (Grisy-les-Plâtres) et Denis Fumery (Sagy), agriculteurs céréaliers dans le Vexin, parleront de leurs exploitations et discuteront avec les participants, en lien avec la projection des films « Les plantes » et « Les champs », de la série « Villages en herbe » réalisée par le Parc.

L’après-midi se poursuivra par une balade commentée à travers des parcelles agricoles. Un goûter-apéritif sera offert à 17 h.

Accès : la mairie de Grisy-les-Plâtres est au 10 rue Robert Machy.

Inscriptions et informations : 01 34 48 66 00

Plus d’informations sur le site de la commune de Grisy-les-Plâtres

Agenda

Notre exposition sur les papillons

Voici notre dernière production : 14 panneaux A3 sur les papillons de jour que l’on peut facilement observer à Cergy-Pontoise. Douze espèces sont illustrées, parmi celles-ci, la belle-dame, le vulcain, le moro-sphinx, l’aurore, la carte géographique,  le brun du pélargonium, le paon du jour, qui ont chacune déjà fait l’objet d’un article dans notre blog.

Pour tous renseignements et pour réserver cette exposition, écrivez-nous à biodiversite@cacp.fr

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

La viorne de Bodnant

Viburnum X bodnantense - Eragny-sur-OIse © CACP - Gilles Carcassès
Viburnum X bodnantense – Eragny-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Quelle est cette somptueuse floraison dans la haie du cimetière ancien d’Eragny ? C’est celle de la viorne de Bodnant. Ce bel arbuste est le résultat d’un croisement entre deux viornes, Viburnum farreri et Viburnum grandiflorum, obtenu à Bodnant, dans l’un des jardins les plus réputés du Pays de Galle. La floraison hivernale de cet arbuste est délicieusement parfumée.

Fleurs de la viorne de Bodnant © CACP - Gilles Carcassès
Boutons floraux de la viorne de Bodnant © CACP – Gilles Carcassès

En Ile-de-France, deux espèces de viornes sont indigènes: la viorne lantane (Viburnum lantana) et la viorne obier (Viburnum opulus). On rencontre la première en compagnie du troène, du cornouiller sanguin et du cornouiller mâle en lisière des boisements sur sol calcaire et plutôt sec. La viorne obier est souvent associée à l’aulne, au sureau noir et au houblon dans les boisements humides.

Viburnum opulus - Jouy-le-Moutier © CACP - Gilles Carcassès
Viburnum opulus, la viorne obier – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès
L'actualité des jardins

Ca y est, c’est le printemps

Au pied de l’immeuble où je travaille refleurissent chaque printemps les gros buissons épineux de cognassier du Japon. A ses fleurs écarlates succéderont à l’automne des fruits jaunes semblables à de petites pommes un peu allongées et au parfum puissant. En mélange avec des pommes, j’en fait une très bonne gelée.

Chaenomeles speciosa, le cognassier du Japon – au Verger à Cergy © CACP – Gilles Carcassès
Vinca minor, la petite pervenche © CACP – Gilles Carcassès

La petite pervenche s’étale en un tapis dense et fleurit abondamment. C’est une forestière mais elle n’est pas difficile et prospère dans les jardins dans toutes sortes de conditions de sol et d’exposition. Dans les bois en zone urbaine, il est bien difficile de savoir si  elle est spontanée ou échappée des jardins où elle souvent cultivée.

Viola odorata, la violette – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Au pied des robiniers bordant le boulevard de l’Oise, fleurit la violette au parfum délicat.

Quand ces trois-là sont en fleurs, alors je sais que le printemps est là.