L'actualité de la Nature

Les deux perches

Je n’y connaissais rien en poissons. Jacques, animateur nature à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise et fin pêcheur, a fait mon initiation. Maintenant, je sais reconnaître les deux espèces de perches qui peuplent les bassins de l’Ile de loisirs.

La perche commune

Perca fluviatilis, la perche commune – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Toute zébrée, voici la perche commune. C’est un poisson carnassier qui peut mesurer jusqu’à 50 cm pour un poids de 3 kg. La perche commune apprécie les eaux calmes des étangs et aime se cacher sous les pontons ou parmi les rochers. Sa chair est réputée. Les pêcheurs savent qu’il faut faire attention en la manipulant car sa nageoire dorsale épineuse est très piquante. C’est un animal grégaire qui se regroupe en bancs et chasse à plusieurs les petits poissons. Cette espèce consomme aussi des crustacés, des vers, des larves d’insectes…

La perche soleil

Lepomis gibbosus, la perche soleil © CACP – Gilles Carcassès

Introduite en France en 1877, la perche soleil est une espèce invasive originaire d’Amérique du Nord. On la reconnaît aisément à ses vives couleurs. Chez cette espèce au comportement territorial, la ponte s’effectue dans un nid préparé par le mâle à très faible profondeur. Les œufs des autres poissons semblent sa nourriture préférée, aussi la perche soleil est-elle réputée nuisible. Elle peut atteindre une vingtaine de centimètres de long et n’a aucun intérêt culinaire (ce qui aggrave sérieusement son cas !).

Jeune perche soleil – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Comme chez la perche commune, la nageoire dorsale déployée de la perche soleil est impressionnante, et piquante !

Leurre pour la pêche au brochet © CACP – Gilles Carcassès

Toutes carnivores qu’elles soient, les perches sont elles-mêmes des proies de choix pour le brochet, comme l’atteste ce leurre articulé arborant les rayures de la perche commune.

6 réflexions au sujet de “Les deux perches”

  1. Bonjour Gille.
    Je serai étonné qu’un troisième percidée ne soit pas présent dans les vastes étendue d’eau de votre coin. Il s’agit de la grémille (Gymnocephalus cernua) appelée parfois perche goujonnée ou gouine selon les régions. Elle est fréquente dans l’est parisien, dans les canaux et étangs du Nivernais …

  2. Que ça fait du bien de parler un peu des poissons ! … Je pense que Cergy et sa région mériteraient en effet qu’on s’intéresse de plus près à ces hôtes discrets, d’autant que rivières et pièces d’eau ne manquent pas autour de l’agglomération.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.