Agenda

Les espèces invasives ont-elles leur place dans notre environnement ?

Rendez-vous du développement durable du 12 mars 2019 – Hôtel d’agglomération de Cergy-Pontoise © CACP – Emilie Périé

Franc succès pour les espèces dites invasives ce mardi 12 mars 2019. Elles ont fait salle comble au Rendez-vous du développement durable « Les invasives ont-elles leur place dans notre environnement ? ».

Définitions, approche écologique ou économique, panorama, méthodes de maîtrise naturelles, espèces médiatiques, de nombreux aspects ont été balayés durant la soirée. En voici quelques extraits. Les supports de présentation des quatre intervenants sont disponibles dans la suite et sont des mines d’informations et de ressources !

Approche écologique

François Chiron, chercheur écologue à l’université Paris-Saclay, a ouvert le bal en présentant le cadre scientifique des « espèces invasives ». Qui sont-elles ? Que sait-on de leurs dynamiques, de leurs impacts ? Retrouvez ses réponses dans la présentation de François Chiron.

L’impact écologique des espèces invasives est un constat principalement insulaire © François Chiron

« Il est important de rappeler que les espèces vivantes sont en constante évolution et en constant déplacement à la surface du globe. Le terme « invasive » n’a donc de sens que lorsqu’il est rapporté aux sociétés humaines. […] Si une part infime de ces espèces en déplacement a un impact économique ou sanitaire avéré sur nos sociétés, une fraction encore moindre d’entre elles a un impact écologique négatif prouvé, hors situation insulaire. C’est d’autant plus vrai dans les milieux fortement perturbés qui constituent l’Île-de-France. Le champ lexical radical et guerrier que l’on emploie pour parler de l’ensemble de ces espèces n’est donc pas justifié. »

Panorama territorial

Dans la suite, Gilles Carcassès, chargé de mission biodiversité, a présenté un album des espèces considérées invasives que l’on trouve sur le territoire de Cergy-Pontoise. Il a rappelé que, bien qu’elles soient présentes, leurs impacts restent minimes : essentiellement paysager et esthétique. Elles peuvent même présenter des bénéfices non-négligeables ! Retrouvez l’album de Gilles Carcassès.

Album d’espèces cergypontaines © CACP – Gilles Carcassès

« L’Herbe à la ouate, une plante venue d’Amérique du Nord, a été trouvée dans une station à Neuville. La station grandit d’année en année et ce n’est pas pour déplaire aux chercheurs de l’université : elle aurait des propriétés physiques étonnantes pour l’utilisation en biomatériaux ! »

Maîtrise naturelle

Pablo Badin, animateur de la plateforme Jardiner Autrement, a présenté quelques méthodes naturelles de maîtrise des ravageurs invasifs. Certaines espèces ont des impacts économiques avérés en réduisant fortement la récolte des jardiniers et agriculteurs. Pour limiter les pertes, retrouvez le panel des techniques utilisables dans la présentation de Pablo Badin.

« Connaitre pour agir mieux » telle est la philosophie de Jardiner Autrement © Pablo Badin

« En utilisant l’exemple du doryphore de la pomme de terre on peut balayer une multitude de méthodes bien différentes. Pour être efficaces, ces méthodes doivent être combinées pour modifier suffisamment l’écosystème afin de perturber le ravageur sans pour autant nuire au reste du vivant. […] La panoplie présentée n’est pas exhaustive. Il existe sans doute bien d’autres techniques farfelues et inattendues susceptibles d’être efficaces. A vous de tester ! »

Le frelon asiatique, il va falloir vivre avec

Pour finir la soirée, Michel Amé, apiculteur et référent départemental « frelon asiatique », a présenté un focus sur cette espèce. Vespa velutina nigrithorax est une espèce invasive dont l’impact économique et sanitaire est encore peu documenté mais fortement médiatisé.

Différencier le frelon asiatique des autres guêpes © Michel Amé

« Le frelon asiatique est présent, il va falloir vivre avec. Son arrivée reste récente, aussi les méthodes efficaces (et non dangereuses) de lutte et de maîtrise sont encore peu connues. C’est pourquoi les apiculteurs travaillent de concert avec le Muséum national d’Histoire naturelle pour développer la connaissance sur l’écologie et les dynamiques de cette espèce. […] La lutte est l’affaire des professionnels mais la connaissance est l’affaire de tous. En cas de doute ou de questionnement contactez les référents « frelon asiatique » cités dans la présentation. » 
Voir aussi nos articles : Frelons asiatiques : luttons contre les mauvaises pratiques !  et Un nid de frelons asiatiques : que faire ?

Nous remercions les intervenants pour leurs présentations et Gérard Sandret, de Quelle terre demain? pour l’animation de la soirée.

Nous souhaitons aux présents que la soirée leur ait plu et aux absents que ce résumé satisfasse leur curiosité.

Nous vous donnons rendez-vous pour un prochain Rendez-vous du développement durable, sur le thème de « l’adaptation des territoires au changement climatique », le lundi 27 mai 2019.

En savoir plus :

Conférence de Jacques Tassin : « Ce que les invasives nous disent de notre regard sur le Monde », ARB Ile-de-France

Conférence de Claire Villemant : « Bilan des connaissances sur l’invasion du frelon asiatique », MnHn

Les plantes invasives, par Jardiner Autrement

Retrouvez nos articles :

Informations générales sur les espèces introduites et les espèces exotiques envahissantes

Informations sur le frelon asiatique

1 réflexion au sujet de “Les espèces invasives ont-elles leur place dans notre environnement ?”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.