L'actualité de la Nature

L’héliotrope d’Europe

Une plante très rare

Heliotropium europaeum – Osny © CACP – Gilles Carcassès

Heliotropium europaeum est une plante annuelle herbacée. Dans le Val d’Oise, la base de données du Conservatoire botanique national du Bassin parisien (Flora) n’indique que deux données de localisation : une à Vétheuil et l’autre à Asnières-sur-Oise. L’héliotrope d’Europe est une plante classée « très rare » dans la base de données régionale, elle est aussi une espèce déterminante pour l’inventaire ZNIEFF. Gilles et Emilie en ont découvert une station à Osny en septembre dernier, sur un talus ensoleillé dans le secteur du moulin de Busagny.

Heliotropium europaeum – Osny © CACP – Gilles Carcassès

On peut la trouver dans les jachères, les friches urbaines et les pelouses piétinées. En effet, elle a la particularité d’arriver à pousser spontanément dans les espaces modifiés par l’activité de l’Homme. La plante est thermophile, elle affectionne les sols chauds et secs. Ce talus a toutes les qualités requises pour son développement.

Attention, l’héliotrope est toxique.

Son nom de genre, Heliotropium, fait référence au fait qu’elle tourne ses feuilles en fonction de la position du soleil dans le ciel. En réalité, cette particularité n’est pas réservée à l’héliotrope seule puisque c’est aussi le cas de nombreuses autres plantes.

Heliotropium europaeum – Osny © CACP – Gilles Carcassès

Une inflorescence en queue de scorpion

L’héliotrope, tout comme le myosotis des marais (Myosotis scorpioides), présente une inflorescence dite « scorpioïde » : son extrémité se replie sur elle-même telle la queue d’un scorpion. Jusque récemment, les deux plantes faisaient partie de la famille des Boraginacées. Pour des raisons génétiques l’héliotrope a maintenant sa propre famille, celle des Heliotropiacées.

Inflorescence scorpioïde d’Heliotropium europaeum – Osny © CACP – Emilie Périé
Inflorescence scorpioïde de Myosotis scorpioides – Osny © CACP – Gilles Carcassès

Sa cousine horticole

L’héliotrope du Pérou (Heliotropium arborescens) est utilisée en horticulture pour sa floraison colorée et parfumée. L’arbrisseau est cultivé comme plante annuelle pour garnir les massifs, mais attention aux gelées qui lui seraient fatales !

Heliotropium arborescens utilisé en massif fleuri © CACP – Gilles Carcassès

Source :

L’héliotrope d’Europe, par Sauvages du Poitou

L’héliotrope d’Europe, par Jardin ! L’Encyclopédie

Base de données naturalistes régionale CETTIA

Retrouvez d’autres plantes de la famille des Boraginacées :

La buglosse des champs

La vipérine commune

3 réflexions au sujet de “L’héliotrope d’Europe”

  1. bonjour
    Pour l’exhaustivité de la répartition ne pas oublier de citer la bdd Cettia qui s’ajoute a celle du CBNBP.
    merci pour le partage de votre passion.

    1. Bonjour,

      Merci pour la remarque, effectivement nous citons régulièrement CETTIA dans nos articles, c’est un outil que nous utilisons et que nous valorisons ! Je le rajoute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.