L'actualité de la Nature

Un rosier chevelu ?

Bravo à Jean-Louis, Patrick, Marie-Louise, Judith et Florent qui  ont reconnu les premiers la galle du rosier appelée bédégar. Cette galle est causée par Diplolepis rosae, un petit hyménoptère de la famille des Cynipidae.

Galle du rosier, Diplolepis rosae – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès

Au printemps la femelle de Diplolepis rosae pont ses œufs dans les cellules végétales des futures feuilles des rosiers (sauvages ou domestiques). La plante réagit à cette intrusion par le développement d’une coiffe visant à contenir l’invasion. Les larves sont séquestrées dans des petites loges dans lesquelles elles se développeront et d’où elles émergeront sans avoir impacté le reste de la plante.

Que se passe-t-il sous les cheveux ?

Galle du rosier, bédégar © CACP – Gilles Carcassès

Si cette touffe chevelue est l’œuvre d’un seul insecte (Diplolepis rosae), elle bénéficie à beaucoup d’autres espèces.

Les oiseaux, et notamment les mésanges, se délectent des petites larves du cynipidae se développant dans la galle.

Bédégar dévoré par les mésanges © CACP – Gilles Carcassès

Et on les comprend, les larves ont l’air appétissantes. Il paraît même que certains leur trouvent un goût de noisette… Je leur laisse le bénéfice du doute !

Larve de Diplolepis rosae dans sa loge © CACP – Gilles Carcassès

Si tôt les loges vidées par les mésanges ou par l’éclosion des larves, d’autres insectes viennent s’installer dans les abris libérés.

L’an dernier, Gilles avait mis en élevage une galle trouvée sur l’île de loisirs de Cergy. Voici ce qui en est sorti :

Hyménoptère sorti d’une galle de Diplolepis rosae © CACP – Emilie Périé

Et ce n’est pas l’adulte de Diplolepis rosae (voir des images dans la galerie de Insecte.org). Des hyménoptères parasitoïdes profitent donc de ces galles pour se développer.

Les « cheveux » peuvent aussi abriter de nombreuses petites bêtes. Comme ce Peritelus sphaeroides, petit charançon forestier qui s’était caché dans une galle de rosier sauvage.

Peritelus sphaeroides caché dans une galle de bédégar © CACP – Gilles Carcassès

Quant au rosier lui-même, outre l’aspect esthétique et un peu de dépense énergétique pour la croissance de la galle, les pompons roses ne causent pas de dégâts.

Galles de bédégar dans un rosier des chiens (Rosa canina) © CACP – Gilles Carcassès

Sources :

Diplolepis rosae, par l’INPN

Bédégar, tête en pétard! par la Salamandre

Retrouvez d’autres galles dans nos articles :

Galles de cécidomyies

Galles en choux-fleurs

Galles du chêne

Galle de l’érable

1 réflexion au sujet de “Un rosier chevelu ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.