Non classé

La grive draine

Bien vu Philippe et Laurent ! Il s’agissait de deux grives draines ; plus faciles à reconnaître quand elles se tournent vers nous. La voici de profil.

Turdus viscivorus, grive draine – Cergy © CACP – Matthieu Delagnes

Des quatre grives que l’on peut croiser en Île-de-France c’est, avec la grive musicienne la plus commune. C’est aussi la plus grande.

Turdus viscivorus, grive draine – Cergy © CACP – Emilie Périé

On la différencie de la grive musicienne grâce à plusieurs éléments. Son chant d’une part est le critère le plus facile à utiliser. Alors que la grive musicienne répète des séries de trois motifs, la grive draine a une phrase plus mélancolique, comme un merle un peu déprimé. Ses motifs d’autres part, les taches de la grive musicienne sont en forme d’as de pique alors que celles de notre grive draine sont plus rondes. Et sa tête est plus grise.

Comme les autres turdidés (grives et merles) elle se nourrit d’insectes à la belle saison et de baies l’hiver venu.

Retrouvez ici d’autres grives :

La grive musicienne

La grive mauvis

Un aperçu de la grive litorne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.