L'actualité de la Nature

Inventaire botanique à Maurecourt : les bords de l’Oise

Friche ensoleillée au bord de l’Oise – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

L’école régionale de botanique recommande un protocole d’inventaire qui peut servir à alimenter la partie botanique d’un Atlas de biodiversité communale. Nous décidons de tester la chose sur la commune de Maurecourt. Il nous faut choisir au moins cinq milieux différents sur la commune.

Que diriez-vous pour commencer de cette belle friche alluviale ensoleillée dans la zone naturelle des berges de l’Oise ?

Platycnemis pennipes sur une feuille de tanaisie – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

La plante dominate semble bien être la tanaisie. En progressant dans la friche, nous faisons s’envoler des quantités de ces petites demoiselles aux tibias élargis : Platycnemis pennipes, bien sûr !

Couple de Platycnemis pennipes – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Et là, c’est un couple de cette espèce, en position de cœur copulatoire. C’est le mâle qui a les yeux bleus.

Ah oui, c’est un inventaire botanique…

Rubus caesius, la ronce bleuâtre – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Qui nous griffe les mollets ? C’est la ronce bleuâtre. Ses fruits pruineux sont déjà mûrs. Bouh, que c’est acide : pas bon !

Melilotus albus – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Le mélilot blanc bourdonne de toutes sortes d’insectes : des syrphes, des abeilles… C’est une excellente plante attractive pour les insectes pollinisateurs.

Stachys palustris, l’épiaire des marais – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Bien jolie plante que cet épiaire des marais, de la famille des Lamiaceae.

Quelques jeunes arbres tentent la conquête de l’espace : aubépine, saules… Si cette friche n’est pas débroussaillée une fois par an, elle va se boiser bien vite.

Retrouvez nos articles en relation :

L’épiaire des bois (un autre Stachys)

Une sortie nature sur les berges de l’Oise à Maurecourt

Les platycnemis

La tanaisie

L'actualité de la Nature

Naissance d’une libellule au parc de Grouchy

Fraîchement sortie de l’exuvie – Osny © CACP – Gilles Carcassès

Au bord de l’étang du parc de Grouchy, je connais un endroit calme très prisé des odonates. Et j’ai eu la chance d’assister à une émergence. Bien camouflée dans la verdure, cette libellule immature séchait ses ailes. Le matin même, elle était encore une larve au fond de l’eau, avant d’entreprendre l’ascension d’une graminée de la berge pour se nymphoser. On devine la dépouille de la nymphe (exuvie) derrière la feuille qui lui sert maintenant de support.

Orthetrum cancellatum – Osny © CACP – Mathilde Barbosa

En séchant, elle a pris quelques couleurs, et l’on peut avancer un nom : Orthetrum cancellatum femelle. Un geste un peu brusque de ma part : dommage, elle est partie se poser haut dans un arbre !

Orthetrum cancellatum femelle – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Pour comparer, voici une femelle mature de cette espèce vue dans une prairie à Cergy. J’observe souvent ces femelles chasser les insectes dans les hautes herbes assez loin de l’eau, et les mâles plutôt posés sur la berge, sans doute pour garder le territoire de ponte.

Retrouvez dans nos articles d’autres émergences :

Les demoiselles sont à la fête

L’aeschne bleue

Naissance d’une cigale

L'actualité de la Nature

Les galles de cécidomyies

Galle de Dasineura ericae scopariae sur la bruyère à balais © CACP – Gilles Carcassès

Qu’est-ce qu’une galle ?

Une galle est une excroissance d’un végétal produite par une bactérie, un nématode, un acarien, un champignon, ou, plus généralement, par l’effet de la piqure d’un insecte parasite. Parmi ces insectes, les Cecidomyiidae, très petits diptères, sont responsables de nombreuses galles sur une grande diversité de végétaux.

Les cécidomyies, ravageurs des cultures

Les cécidomyies causent souvent des dommages aux cultures. C’est le cas par exemple de la cécidomyie de l’hémérocalle qui fait avorter les boutons floraux et celle du robinier qui déforme ses folioles. On peut citer aussi la cécidomyie des siliques du colza et du chou et celle des pousses de la luzerne. D’autres espèces nuisent aux céréales, aux poiriers, aux oliviers, aux lavandes… Toutes ne sont pas nuisibles : les larves de certaines espèces de cécidomyies, prédatrices de pucerons, sont utilisées en lutte biologique.

Quelques exemples de galles de cécidomyies

Dasineura fraxini forme des galles caractéristiques sur les feuilles de frêne – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès
Dasineura rosae déforme les feuilles des églantiers – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès
La larve de Dasineura rosae dans sa feuille d’églantier © CACP – Gilles Carcassès
Kiefferia pericarpiicola déforme les graines de carotte © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez l’étrange beauté des galles dans nos articles :

L'actualité de la Nature

Atlas de Biodiversité Communale : c’est reparti !

Si vous avez un projet d’Atlas de Biodiversité Communale, c’est le moment d’être réactif !

L’Agence française pour la biodiversité a lancé le 20 juillet 2017 un appel à manifestations d’intérêt. Il s’adresse à toute commune, intercommunalité ou Parc naturel régional intéressé par la démarche Atlas de Biodiversité Communale (ABC).

Annulez vos vacances et remplissez votre dossier de candidature : il doit être envoyé avant le 15 septembre 2017 !

La subvention peut couvrir jusqu’à 80 % du montant de votre projet d’ABC, soit 10 000 à 30 000 euros. L’Agence française pour la biodiversité prévoit de soutenir ainsi 500 projets d’ABC qui seront réalisés dans les trois ans.

Colias sp. en identification © CACP – Gilles Carcassès

Qu’est qu’un Atlas de Biodiversité Communale ?

Un Atlas de la Biodiversité Communale vise à améliorer la connaissance de la biodiversité d’un territoire communal. Il permet de lancer une dynamique de sensibilisation à la biodiversité avec l’ensemble des acteurs communaux (élus, techniciens, associations, population…). La démarche s’appuie notamment sur les sciences participatives.

Apprendre à reconnaître les oiseaux © CACP – Gilles Carcassès
Mise en oeuvre du protocole d’observation des prairies urbaines à Eragny-sur-Oise par le service des espaces verts de la commune. © CACP – Marion Poiret

Un ABC constitue aussi un outil d’aide à la décision en matière d’urbanisme et d’aménagement, mais aussi pour le choix des modes de gestion.

L’appel à manifestations d’intérêt de l’AFB

Quelques exemples de communication de communes ayant réalisé un ABC :

Crépy-en-Valois

Villebon-sur-Yvette

Haussimont

L'actualité de la Nature

Belles écailles

Callimorpha dominula (l’écaille marbrée) – Osny © CACP – Gilles Carcassès

L’écaille marbrée

Ce gracieux papillon volait d’arbre en arbre dans le parc de Grouchy à Osny, laissant entrevoir ses ailes postérieures rouges. En zoomant très fort, j’ai pris cette photo qui m’a permis de le déterminer. L’écaille marbrée est une espèce protégée en Ile-de-France. Elle affectionne les boisements plutôt humides et sa chenille consomme des orties, des rumex, des ronces, des consoudes, divers arbustes. Elle n’a qu’une génération par an.

Voici sa chenille, rencontrée dans le Jura :

Chenille de Callimorpha dominula © CACP – Gilles Carcassès

Comme le papillon, elle est très colorée et contrastée.

L’écaille chinée

On peut rencontrer à Cergy-Pontoise une autre grande écaille, c’est l’écaille chinée, nettement plus commune.

Euplagia quadripunctaria vue au Verger à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

On voit souvent cette espèce butiner des fleurs de couleur mauve notamment celles des eupatoires.

Ecaille chinée sur une menthe en fleurs © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez notre article sur une autre écaille :

La goutte de sang

L'actualité de la Nature

La courte vie du papillon

Lymantria dispar © Sylvain Daguenet
Lymantria dispar, la chrysalide, l’adulte et la plaque de ponte © Sylvain Daguenet

Un papillon qui ne se nourrit pas

Une chenille de bombyx disparate, repue de feuilles de chênes, s’est nymphosée sur une ardoise en une ravissante chrysalide noire à touffes de poils bruns. A peine éclos, le papillon femelle a commencé à émettre des phéromones pour attirer les mâles de son espèce. Fécondée sur place, elle a pondu plusieurs centaines d’œufs dans un feutrage constitué des poils de son abdomen. Epuisée, elle va mourir, son devoir de reproduction accompli. Comme les autres espèces de la famille des Lymantriidae, ces papillons ne se nourrissent pas. Au total, ce papillon de nuit aura vécu quelques heures et parcouru à pattes dix centimètres depuis son émergence. Bien la peine d’avoir des ailes !

Le bombyx disparate, par insectes-net.fr

Retrouvez notre article sur l’Etoilée, un autre représentant de la famille des Lymantridae

L'actualité de la Nature

Le cordulégastre annelé

Une grande libellule noire et jaune

Cordulegaster boltonii – Jouy-le-Moutier © Marie-Dominique Delcayre

Une jardinière des jardins des Hauts de Jouy m’a fait parvenir cette photo prise avec son téléphone portable.

Je n’ai encore jamais observé cet odonate à Cergy-Pontoise. Cordulegaster boltonii affectionne les ruisselets d’eau claire en forêt. C’est une espèce protégée en Ile-de-France.

Ici, c’est une femelle car les ailes postérieures sont arrondies.

Cordulegaster boltonii © CACP – Gilles Carcassès

Celui-ci est un mâle car le bord postérieur des ailes postérieures forme un angle droit près de l’abdomen.

Les beaux yeux verts de Cordulegaster boltonii © CACP – Gilles Carcassès

Chez ces grandes libellules, les yeux sont composés de plusieurs dizaines de milliers d’ommatidies.

Retrouvez nos articles :

Un jardin innovant à Jouy-le-Moutier (le lieu de cette observation)

Comment observer les libellules

Sources :

Cordulegaster boltonii par Cettia Ile-de-France (Atlas des libellules)

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Cet arbre est-il un tueur en série ?

Bourdons trouvés morts au pied d’un tilleul argenté © CACP – Gilles Carcassès

Le mystère des bourdons morts

Sur un parking à Courdimanche, j’ai ramassé au pied d’un tilleul argenté une poignée de bourdons morts, de plusieurs espèces. Je connais le ferme engagement de cette ville à ne pas utiliser de pesticides, il faut donc chercher ailleurs la cause de ces décès.

Tilleul argenté – Courdimanche © CACP – Gilles Carcassès

J’ai cherché sous des arbres d’autres espèces dans la rue : point de cadavres. Sous le tilleul argenté suivant : même hécatombe ! Le tilleul argenté serait-il toxique pour les bourdons ? Les études rapportées sur internet apportent plus d’interrogations que de certitudes.

Côté certitudes, le fait est bien connu et observé depuis au moins quarante ans. Des bourdons sont trouvés morts en bien plus grande quantité sous les tilleuls argentés (Tilia tomentosa, originaire de Crimée) que sous les tilleuls indigènes (Tilia cordata et Tilia platyphyllos). Les abeilles sont touchées aussi mais dans une bien moindre mesure.

Il semble que le phénomène soit plus souvent observé en période de canicule et de sècheresse. Ces conditions modifieraient-elles la composition du nectar, ou la physiologie des bourdons, ou les deux ?

Le parfum de cette espèce de tilleul est particulièrement entêtant (pour notre nez humain). Peut-être que ces effluves attirent un très grand nombre de bourdons, et que la mortalité que nous observons n’est pas anormale au regard de la quantité de visiteurs ? Une autre hypothèse serait que les bourdons meurent d’épuisement, ne trouvant dans ces fleurs à l’odeur si attirante que trop peu de nectar, ou un nectar pas assez nourrissant…

Préférons les tilleuls indigènes

Quoi qu’il en soit, souvenons-nous qu’il existe de très belles variétés de nos tilleuls indigènes, aux avantages intéressants pour nos plantations urbaines : encombrement plus ou moins réduit, résistance à la sècheresse, faible sensibilité aux pucerons… Et que jusqu’à preuve du contraire, les bourdons ne meurent pas en masse sous leurs ombrages.

Source : Note de synthèse par Pierre Rasmont de l’Université de Mons (Belgique)

L'actualité de la Nature

Le Petit mars changeant

Brève rencontre au parc de Grouchy

Apatura ilia, le Petit mars changeant © CACP – Gilles Carcassès

Il est descendu de la cime des arbres, a longé d’un vol rapide une allée ombragée du parc de Grouchy et s’est brièvement posé à terre pour chercher à boire. Clic-clac : deux photos réflexes, et le voilà reparti tout en haut d’un frêne.

Un bleu incroyable

Son reflet bleu métallisé est aussi spectaculaire que fugace. Il faut juste la bonne incidence pour l’apercevoir. Dés qu’il se tourne un peu ou relève les ailes, la magie disparaît. Ce reflet bleu violet est le fait d’irisations dues au microrelief des écailles qui recouvrent ses ailes. Les femelles ne présentent pas ces irisations.

Le Petit mars changeant – Osny © CACP – Gilles Carcassès

On voit que ce papillon a sorti sa trompe jaune et s’intéresse à une tache d’humidité pas plus grosse qu’une tête d’épingle, peut-être une gouttelette d’urine d’un insecte, qu’il aura repéré à l’odeur. Il n’est pas rare qu’il se pose sur la peau humaine pour en pomper la sueur.

Sur les peupliers « sauvages »

La chenille du Petit mars changeant consomme des feuilles de peupliers mais on la trouve aussi sur les saules. L’adulte se nourrit du miellat des pucerons dans les arbres. L’espèce est un bonne indicatrice de la richesse de biodiversité des boisements humides ; elle s’adapte mal aux peupleraies modernes à l’ambience trop sèche.

Un autre papillon indigène aux ailes fortement irisées

L'actualité de la Nature

Les dents du ragondin

crâne de ragondin © CACP – Gilles Carcassès

Ce crâne de ragondin a été trouvé à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise. Les incisives orange de ce gros rongeur invasif originaire d’Amérique du Sud sont vraiment impressionnantes. Sur l’animal vivant, on les aperçoit parfois quand il mange des plantes aquatiques ou lorsqu’il prend la pause en souriant pour le photographe, comme ci-dessous.

Ragondin à l’heure de la toilette, au bord de la Viosne à Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Prenons connaissance des explications du Professeur Guego de l’Université de Cergy-Pontoise : « Comme chez tous les rongeurs, la face externe (orange) de l’incisive est recouverte d’émail, substance dure, contrairement à la face interne (blanche) formée uniquement d’ivoire ou dentine, substance moins résistante. La croissance continue des incisives des rongeurs (hypsodontie) combinée à une usure différentielle (plus rapide à l’arrière qu’à l’avant) leur permet d’être toujours affutées, ce qui se traduit par une forme caractéristique en ciseau à bois (pour les amateurs de bricolage …). »

Bravo à tous ceux qui ont résolu l’énigme !

Retrouvez nos articles sur le ragondin :