L'actualité de la Nature

Le carabe purpurin

Carabus violaceus purpurascens – Boisemont © CACP – Gilles Carcassès

Je l’avoue, j’ai encore dérangé une bestiole. Ce carabe dormait bien tranquillement sous une branche pourrie, près d’une mare dans les bois de Boisemont. Je l’ai extrait doucement de sa cachette et je l’ai placé sur la mousse pour vous le présenter dans un environnement plus seyant. On devine sur la marge de ses élytres finement rayées et ponctuées le reflet pourpre qui a donné son nom à cette sous-espèce.

Ces insectes n’ont pas d’ailes !

Les carabes sont incapables de voler car leurs élytres sont soudés, et ils sont dépourvus d’ailes membraneuses. Leur faible capacité de dispersion explique la multiplication des sous-espèces et la variabilité des formes géographiques. Pour un carabe, chaque forêt est comme une île dont on ne peut s’échapper qu’accidentellement (via le transport de grumes ou la musette d’un entomologiste par exemple !).

A l’aisselle de sa patte médiane est fixé un acarien (cliquez sur la photo pour l’agrandir). Souvent les coléoptères transportent ainsi des acariens. J’en ai déjà observé sur un bousier.

Ici, c’est une femelle : les mâles ont les articles des tarses des pattes antérieures nettement plus élargis. C’est une adaptation pour attraper les femelles et les saisir fermement pendant l’accouplement !

Carabus violaceus pupurascens – Boisemont © CACP – Gilles Carcassès

Ses mandibules sont impressionnantes ! Dans la forêt ce carabe est un grand chasseur, il consomme la nuit des limaces, des escargots, des larves d’insectes et des vers. Sa tête allongée est particulièrement bien adaptée pour rentrer dans les coquilles… On retrouve cette particularité anatomique chez les silphes, ces redoutables tueurs d’escargots.

La séance photos finie, je l’ai replacé sous sa branche et j’ai remis tout en ordre pour qu’il passe cette fin d’hiver bien à l’abri.

Sources :

Carabus violaceus pupurascens, par l’INPN

Carabes alliés de la biodiversité et de l’agriculture par P. Léveillé (INRA)

L'actualité de la Nature

Le secret de l’accenteur

Accenteur mouchet sur le parking – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

La neige fond au soleil sur le parking du pôle multisports à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise et un petit ruisseau s’est formé. Cet élégant passereau picore vivement dans le courant.

Accenteur – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Il scrute et capture des choses minuscules. C’est un accenteur mouchet, un oiseau de jardin insectivore que l’on voit souvent se nourrir au sol sous les haies dans les jardins.

Accenteur mouchet – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Le reflet du soleil met en valeur les plumes grises de sa poitrine.

Après son départ, je suis allé voir ce qu’il mangeait. Je n’ai rien vu d’autre que des petits cailloux. Mon esprit scientifique m’amène à formuler trois hypothèses :

  1. Il mangeait des cailloux. Après tout, il en a peut-être besoin pour garnir son gésier et broyer les graines, comme mes poules. En hiver, faute d’insectes, l’accenteur consomme peut-être aussi des graines ?
  2. Mes yeux n’ont pas l’efficacité de ceux de l’accenteur, et je n’ai pas vu les microscopiques collemboles ou acariens qui étaient peut-être à la dérive.
  3. Il n’y a plus rien, parce qu’il a tout mangé !

L’accenteur est parti avec son secret…

L'actualité de la Nature

Le populage des marais

Caltha palustris, le populage des marais – Poissy © CACP – Gilles Carcassès

Une promesse de fleurs dans mon jardin

Dans mon jardin de Poissy deux mares reçoivent les eaux de toiture de ma maison. Cette année, avec toute cette neige, leur niveau est assez haut. Le populage des marais est à demi immergé, ce qu’il supporte très bien, et il pointe ses boutons floraux.

Fleur de populage © CACP – Gilles Carcassès

J’aime beaucoup cette plante qui égaye les milieux humides de sa vive floraison aux premiers rayons de soleil de l’année. On la dit en régression en Ile-de-France à cause du drainage et de la disparition des zones humides. Mais elle est encore assez commune dans le bassin de l’Oise et le Vexin.

Caltha palustris a la réputation d’être une bonne plante mellifère de début de saison : les abeilles récoltent le nectar de ses fleurs.

Ficaria verna, la ficaire © CACP – Gilles Carcassès

Il ne faut pas confondre le populage des marais avec la ficaire, une autre renonculacée aux fleurs jaunes et aux feuilles arrondies et luisantes.

Toutes deux fleurissent très tôt à la sortie de l’hiver, mais la ficaire est plus petite et pousse sous les arbres.

Le populage, combien de chromosomes ?

Cette plante est un beau sujet d’étude pour les botanistes en raison de la diversité des cas de polyploïdies chez cette espèce. Comme l’écrit Philippe Jauzein dans ce document, « il y a ainsi chez le populage deux nombres de base différents (n=7 et n=8), des niveaux allant de diploïdes à des décaploïdes (10 fois le stock), et des aneuploïdes (par excès ou manque de quelques chromosomes) dérivés des différents polyploïdes. […] Le populage, qui forme une seule et même espèce, peut avoir 16 chromosomes, ou 28, 32, 35, 40, 44, 48, 52, 53, 54, 56, 60, 62, 64, 70… » De quoi se perdre avec délice dans les arcanes de la génétique ! J’ai scruté mon populage avec perplexité, il ne m’a envoyé aucun indice sur son niveau de ploïdie…

Source :

Le populage, par DORIS

L'actualité de la Nature

La coccinelle orange

Halyzia sedecimguttata, au revers d’une feuille d’Eleagnus x ebbingei – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Le revers des feuilles d’Eleagnus x ebbingei est joliment argenté.

Cacopsylla fulguralis © CACP – Gilles Carcassès

Cet arbuste hybride, persistant et très vigoureux, a été obtenu en 1928 par le croisement de deux espèces d’Eleagnus. Il fut très en vogue auprès des jardiniers de la fin du XXème siècle.

Il l’est un peu moins depuis l’arrivée en France en 1999 de Cacopsylla fulguralis, un psylle invasif d’origine asiatique, qui peut provoquer le jaunissement de la plante et de fortes attaques de fumagine.

Halyzia sedecimguttata © CACP – Gilles Carcassès

Toujours est-il que ses épaisses frondaisons fournissent à nombre d’insectes des sites d’hivernage. En explorant le dessous de ses rameaux, j’ai trouvé cette belle coccinelle orange, l’une de nos espèces de coccinelles à points blancs.

Elle mange des champignons !

Halyzia sedecimguttata est réputée mycophage, c’est-à-dire qu’elle broute le mycélium des champignons qui poussent sur les feuilles des arbres. En réalité, elle chasse aussi de petites proies.

A bien y regarder, ma coccinelle orange n’a pas l’œil très frais, et l’une de ses pattes a l’air bien mal en point ! Il y a fort à parier qu’elle ne se réveillera pas au printemps. Aurait-elle subi l’attaque d’un parasitoïde ?

Source :

Coccinelles mycophages, par l’OPIE

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Le cornouiller mâle

Floraison de Cornus mas, le cornouiller mâle © CACP – Gilles Carcassès

Ce cornouiller mâle joue au perce-neige ! C’est l’arbre à la floraison la plus précoce de nos contrées, juste après celle du noisetier.

L’arbre aux multiples atouts

Voilà encore une plante très appréciée des abeilles qui leur fournit du pollen en tout début de saison. En fin d’automne, on peut récolter ses fruits rouges, semblables à des olives, quand elles sont très mûres et qu’elles tombent au sol. On en fait alors de ces cornouilles d’agréables confitures. Consommées avant, c’est une aimable purge !

Bouquet de fleurs du cornouiller mâle © CACP – Gilles Carcassès

Le cornouiller mâle est très réputé pour les qualités de son bois : dense, élastique, dur et très droit. L’espèce est idéale pour les manches d’outil, les lances, les arcs, les rayons de roue des charrettes, les bâtons de berger…

Le cornouiller mâle est peu commun en Ile-de France, on le rencontre généralement dans les coteaux boisés sur sol calcaire, avec le troène et la viorne lantane. Dans le Val d’Oise, il est plus fréquent à l’extrême ouest du département.

En fleurs, à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise

A l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, où je l’ai trouvé en fleurs (près des garages à bateaux), il a probablement été planté. C’est en effet un arbuste (ou petit arbre) souvent utilisé pour l’aménagement des espaces verts.

L'actualité de la Nature

Pipit farlouse, bel oiseau de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise

Pipit caché dans les branches : le voyez-vous ? – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Un plumage cryptique

A l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, ce petit oiseau à la poitrine rayée se dissimule dans les branches basses d’un aulne au bord de l’eau. Malgré son camouflage, je l’ai repéré ! Alors, je ne bouge plus et j’attends.

Pipit farlouse – Cergy © CACP – Gilles Carcassès (cliquez deux fois pour voir en plein écran)

Enfin il daigne descendre de son arbre. La prairie inondée est pour lui une aubaine, j’imagine qu’il y trouve des insectes noyés ou des petites graines flottantes.

Pipit dans la neige © CACP – Gilles Carcassès

Et hop, un tour sur la neige ! Histoire de faire sa star…

Les spécialistes interrogés ont remarqué les stries larges et continues sur le flanc, le sourcil discret et les pattes claires. C’est un pipit farlouse, appelé aussi pipit des prés. A son bec fin, vous aurez reconnu un oiseau au régime largement insectivore.

Migrateur

Le pipit farlouse est un oiseau migrateur. En Ile-de-France, on le rencontre en hiver dans les prairies humides et parfois dans les champs. En été, la femelle construit son nid tout près du sol, caché dans une touffe d’herbe ou sous les branches basses d’un buisson. Cette espèce niche rarement dans notre région.

Les pipits appartiennent à la même famille que les bergeronnettes.

Retrouvez les portraits d’autres oiseaux insectivores :

Rossignol du Japon

Troglodyte mignon

Accenteur mouchet

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Le jour de la trainasse

Le 12 février, la trainasse est à l’honneur dans le calendrier révolutionnaire (voir plus bas) !

C’est quoi, cette trainasse ?

Non, ce n’est pas une serpillière, ni un jour de repos, c’est l’autre nom de la renouée des oiseaux, une plante vivace indigène et commune qui s’étale et forme des tapis denses aux petites feuilles dressées. Son nom scientifique, Polygonum aviculare, indique qu’elle est appréciée des oiseaux, qui recherchent ses graines. En voici la preuve par quatre :

Troupe de moineaux sur un tapis de renouée des oiseaux © CACP – Gilles Carcassès

Et en détail :

Moineau domestique picorant la renouée des oiseaux © Michel Noël

La plante se plait dans les sols compacts et caillouteux. En ville, elle colonise souvent les pelouses trop piétinées.

Polygonum aviculare – Boulevard de l’Hautil à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

On ferait bien de ne pas la détruire, car c’est une source de nourriture importante pour les moineaux, et bien meilleure pour leur santé que le pain !

Et ce calendrier révolutionnaire ?

Il est organisé en 12 mois de 30 jours auxquels s’ajoutent 5 ou 6 jours supplémentaires en fin d’année. Chaque jour célèbre une plante, un animal, un outil ou une pratique agricole. C’est ainsi que le 24ème jour de Pluviôse, lendemain du chiendent, et veille du lièvre, est consacré à la trainasse. Les noms des jours et des mois ont été choisis par le poète Fabre d’Eglantine et André Thouin, jardinier en chef du Jardin des Plantes de Paris et professeur au Muséum d’Histoire naturelle. Avec l’adoption de ce système laïc et décimal, les jours de repos ne furent plus hebdomadaires mais décadaires. Ce calendrier a été en vigueur de 1793 à 1806, puis quelques temps pendant la Commune de Paris.

Sources :

Description de la renouée des oiseaux par le site Infloweb

Le calendrier révolutionnaire par Wikipedia

L'actualité de la Nature

Petit souci

Souci des champs, en fleurs fin janvier 2018, sur un trottoir à Poissy © CACP – Gilles Carcassès

Une adventice des vignes

Calendula arvensis, le souci des champs, est une espèce rare en Ile-de-France et son statut est classé « vulnérable ». Cette méridionale est arrivée en Ile-de-France à l’époque gallo-romaine en même temps que la vigne. Avec d’autres annuelles, elle fait partie du cortège des plantes adventices typiques des vignobles, qui comprend aussi des bulbeuses comme le muscari à toupet et l’ornithogale en ombelle, et des plantes à stolons comme le physalis et l’aristoloche clématite.

Muscari comosum, le muscari à toupet – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès
Aristolochia clematitis, l’aristoloche clématite – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Les vignes devaient être joliment fleuries avant les désherbants…

Devenue rare

En Ile-de-France, le souci des champs, autrefois très commun, n’est plus guère présent que dans l’Ouest parisien et le Hurepoix.

Il ne faut pas confondre Calendula arvensis, le souci des champs avec Calendula officinalis, le souci à grosses fleurs cultivé dans les jardins.

Source :

La vigne, par jardinsdesplantes.net

 

L'actualité de la Nature

La pariétaire

Parietaria judaica – dans un escalier extérieur, au Verger à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Cette plante rugueuse qui croît en touffes au pied des murs en pierres est la pariétaire. J’en avais beaucoup au jardin, mais je n’en vois plus que des trognons : mes poules en raffolent ! Il paraît que les perdrix et les pigeons aiment beaucoup aussi la pariétaire.

Toute bonne, ou presque

On utilisait autrefois la pariétaire pour récurer les verres. La recette est simple : on en prend une poignée et on frotte. Ça marche aussi pour les assiettes, paraît-il. Comme l’ortie qui appartient à la même famille, c’est une plante comestible, mais elle est plus fade. Elle aurait plein de vertus médicinales. On la recommandait même en emplâtres contre le feu de Saint-Antoine, pour calmer les brûlures. Elle a cependant un vilain défaut, son pollen très fin est fortement allergisant !

Sources :

Les pariétaires, par Books of Dante

La pariétaire ange ou démon, par Zoom Nature

Pariétaire de Judée, par Sauvages du Poitou

Principaux pollens allergisants, par le RNSA

L'actualité de la Nature

Le dactyle aggloméré

Dactylis glomerata, le dactyle aggloméré – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Une graminée vivace aux larges feuilles d’un vert bleuté portant haut des épillets très serrés, regroupés en panicules dont la silhouette évoque des doigts : c’est le dactyle aggloméré. Souvent cultivé comme fourrage, il est fréquent au bord des routes.

Ce pied était en fleur (on voit quelques étamines jaunes qui dépassent) le 26 janvier 2018 près de l’Oise sur un talus bien exposé. Ordinairement, il ne fleurit qu’à partir du mois d’avril. C’est bien assez tôt quand on sait la responsabilité de la floraison de cette plante dans le rhume des foins qui touche les personnes allergiques aux pollens des graminées !

Le dactyle résiste très bien à la sécheresse, mais son feuillage très grossier et ses grosses touffes font qu’on ne l’utilise pas dans les mélanges pour gazon.

En culture, le dactyle est sensible à l’ergot de seigle, ce champignon responsable du feu de Saint-Antoine. Ses inflorescences peuvent être attaquées par des cécidomyies.

Ochlodes sylvanus, la sylvaine – Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Les chenilles de plusieurs espèces de papillons de jour se nourrissent des feuilles du dactyle : la sylvaine, les hespéries de la houlque et du dactyle, la mégère.

Sources :

Dactyle aggloméré, trois doigts de poésie, par Sauvages du Poitou

Dactylis glomerata, par Ephytia