L'actualité des jardins

Les auxiliaires du jardin : comment les favoriser ?

Merle noir © CACP – Gilles Carcassès

Le site Jardiner Autrement s’est enrichi de nouvelles fiches consacrées aux auxiliaires du jardin. Elles indiquent leur biologie et comment les favoriser au jardin :

Je vous laisse découvrir les autres dans la catégorie Auxiliaires de cette page : https://www.jardiner-autrement.fr/fiches-techniques/

Coccinelle à damier © CACP – Gilles Carcassès

En complément, voici d’autres informations sur les auxiliaires à découvrir dans ce guide, également téléchargeable sur Jardiner Autrement (à partir de la page 258).

Retrouvez quelques-uns de nos articles sur les auxiliaires :

Les plantes favorables aux insectes auxiliaires

Une chrysope en hiver

Le syrphe ceinturé et le syrphe porte-plume

Le téléphore fauve

Epistrophe

Museau pointu turlututu

Le pouillot véloce, agent de biocontrôle

L'actualité des jardins

Humbles habitants de la rue de l’écureuil

Plantules – rue de l’écureuil à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

La rue de l’écureuil, au trois quarts en passage sous dalle, encaissée entre de hauts murs, n’est pas la voie la plus verte de Cergy-Pontoise. Pourtant des plantes y prospèrent. Ces jeunes Polygonaceae ont germé dans une fissure du trottoir. Plus loin, c’est une touffe de pariétaire de Judée qui garnit la base d’un poteau à l’entrée d’une rampe de parking souterrain.

Parietaria judaica © CACP – Gilles Carcassès
Gaillet gratteron et euphorbe des jardins © CACP – Gilles Carcassès

Un pied de gaillet gratteron accompagne des euphorbes des jardins et une lampsane commune au pied d’un mur. Mais quelles sont donc ces fines feuilles bleutées qui se cachent tout à droite ?

Semis de cèdre © CACP – Gilles Carcassès

C’est une graine du grand cèdre de la résidence voisine qui a trouvé là suffisamment d’humus accumulé pour germer !

Lychnis coronaria © CACP – Gilles Carcassès

Et celle-ci ? Une coquelourde des jardins ! J’en avais planté quelques pieds dans les jardinières de la dalle il y a sept ans. Là-haut ces plantes n’ont pas duré. Mais une graine voyageuse a fait souche sur ce trottoir décidemment bien accueillant. Je l’aime bien, cette rue de l’écureuil.

Avec le programme Sauvages de ma rue, vous aussi, vous pouvez inventorier les plantes des trottoirs : avec le site dédié et le petit livre illustré en couleurs, c’est un vrai jeu d’enfants !

L'actualité des jardins

Le groseillier doré

Groseillier doré – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Un bel arbuste injustement méconnu

Ribes odoratum porte bien son nom : son abondante floraison est très parfumée ! En automne, le feuillage de cet arbuste originaire d’Amérique, se colore de rouge et de pourpre. Il n’est pas difficile quant au sol ni pour l’exposition. Il ne nécessite pas de taille et ne dépassera guère 1, 50 mètre. Bref, c’est un excellent candidat pour une haie fleurie et variée pour les petits jardins !

Ribes odoratum © CACP – Gilles Carcassès

Quel parfum suave !

Certains lui trouvent un parfum d’œillet, avec une pointe de girofle et de miel…

Où le voir et le trouver ?

Vous pouvez admirer cet arbuste de collection à l’entrée du château de Marcouville à Pontoise. Dans le site Floriscope, il est référencé sous le nom de Ribes aureum var. villosum. Il est assez facile de se le procurer :  quatre pépinières en France le proposent. En Ile-de-France, cet arbuste est au catalogue du GIE Pépinières franciliennes.

En savoir plus sur l’intérêt des haies variées au jardin :

Protéger son jardin grâce aux haies et massifs champêtres, sur le site Jardiner Autrement

L'actualité des jardins

Fine mouche en dentelles noires

Epiphragma ocellare – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Dans le parc du château de Marcouville, j’ai rencontré cette charmante bestiole posée sur la feuille d’un houx. Quelles ailes étonnantes : on les dirait peintes par un artiste ! Au début, je l’ai cherchée chez les Tipulidae…

Ceci n’est pas une tipule !

Epiphragma ocellare, facilement reconnaissable aux dessins en ocelles de ses ailes, est un représentant de la famille des Limoniidae, la plus nombreuse des diptères avec plus de 10 000 espèces dans le Monde (dont 500 en Europe).

Chez les Limoniidae, les adultes ne vivent que quelques jours, tout au plus deux semaines. La femelle d’Epiphragma ocellare pond dans le bois pourri où vivent ses larves. Sur cette photo, l’extrémité non pointue de l’abdomen montre qu’il s’agit d’un mâle.

Epiphragma ocellare © CACP – Gilles Carcassès

Et comment différencie-t-on les Tipulidae des Limoniidae ?

Les antennes des premiers ont 13 articles, et celles des Limoniidae 14 à 16. Mais il faut une bonne loupe ! A part ça, les Limoniidae ont souvent les ailes marquées par des taches ou des dessins contrastés, ce qui n’est généralement pas le cas chez les Tipulidae.

Tête de Tipulidae. © CACP – Gilles Carcassès
Tipula maxima (femelle) – Saint-Ouen l’Aumône © CACP – Gilles Carcassès

Tipula maxima, aux ailes présentant des taches contrastées, est une exception chez les Tipulidae.

Retrouvez notre article :

La grande tipule

L'actualité des jardins

Retour sur la transhumance 2018

La traditionnelle transhumance de Cergy-Pontoise fut un très beau succès, amplifié cette année par la présence des nombreux bénévoles engagés dans les équipes d’accompagnement des joëlettes, ces étonnants fauteuils tous terrains.

Voici quelques images de ces deux belles journées des 7 et 8 avril 2018 :

Samedi 7 avril 2018, le troupeau est rassemblé pour le départ à la ferme d’Ecancourt © CACP – Marion Poiret
Une équipe de bénévoles à l’œuvre dans un passage délicat © CACP – Marion Poiret

Dix joëlettes avaient été mobilisées pour l’occasion, permettant à autant de personnes handicapées de participer pleinement à l’événement.

Naissance d’une vocation © CACP – Marion Poiret
Cétoine dorée © CACP – Gilles Carcassès

Cette cétoine traversait le chemin au moment de l’arrivée du troupeau. Pas sûr qu’elle s’en remette…

Un service d’ordre impeccable © CACP – Gilles Carcassès

Un grand bravo à la Ferme d’Ecancourt pour la qualité de l’organisation et à tous les bénévoles pour leur implication !

Anemone blanda © CACP – Gilles Carcassès

Surprise au bord du chemin dans les bois de Vauréal, une anémone blanda, échappée d’un jardin !

A Cergy-le-Haut © CACP – Gilles Carcassès

On emprunte sagement les passages piétons.

Retrouvez d’autres images dans notre diaporama paru dans 13 comme une.

Agenda, L'actualité des jardins

Jardin, Japon

Encore de très belles rencontres en perspective à l’initiative du conseil départemental du Val d’Oise, pour sa traditionnelle journée départementale des jardins. Le jeudi 3 mai 2018, les meilleurs experts et praticiens (japonologue, historienne, jardinier, ethonobotaniste, paysagiste, musicien, écrivain…) vous inviteront à partager leur savoir et leur passion !

Cette année, la rencontre est prévue à Eragny-sur-Oise, à l’espace des Calandres.

Réservez vite sur votre agenda la journée du jeudi 3 mai à partir de 9 h !

Retrouvez dans cette invitation le programme, les modalités d’inscription et toutes les informations sur la journée.

Retrouvez nos articles en relation avec le Japon :

Le jardin Albert-Kahn en hiver

Camellia

Rossignol du Japon

Le shiso

La saga du sanglochon

Vous avez dit Suzukii ?

 

L'actualité des jardins

Pervenches en variétés

Les pervenches sont appréciées au jardin comme couvre-sol pour garnir des zones semi-ombragées. Leur emploi constitue une bien meilleure solution que de s’obstiner à faire pousser une pelouse qui restera maigrichonne sous le couvert des arbres.

Vinca minor dans les bois d’Aigremont © CACP – Gilles Carcassès

Vinca minor, la petite pervenche, est l’espèce indigène du genre en Ile-de-France. Quand on la trouve près des maisons, elle peut être une échappée des jardins, car la plante se naturalise facilement. C’est la plus basse des Vinca, elle convient à merveille pour de beaux tapis réguliers qui fleurissent généreusement si la situation n’est pas trop sombre.

Il existe de nombreuses variétés de petite pervenche. Le site Floriscope en répertorie 58, en vente dans des pépinières françaises.

Petite pervenche blanche © CACP – Gilles Carcassès

J’ai vu de beaux tapis de petite pervenche à fleurs blanches dans le parc du château de Marcouville à Pontoise. Celle illustrée ci-dessus se mêle au lierre dans mon jardin et refleurit vaillamment chaque année.

Vinca minor ‘Atropurpurea’ © CACP – Gilles Carcassès

La variété ‘Atropurpurea’ séduit par le ton délicat de ses fleurs. Je la vois progresser d’année en année dans mon jardin, tout doucement mais sûrement.

Vinca major © CACP – Gilles Carcassès

Vinca major, la grande pervenche, est plus vigoureuse que la petite pervenche et son feuillage est nettement moins fin.

Vinca acutiloba © CACP – Gilles Carcassès

Pour des situations de jardin sauvage, et avec un peu de place, on peut choisir Vinca acutiloba capable de « tapisser » (en faisant des vagues) sur 50 centimètres d’épaisseur !

Les pervenches s’étalent par leurs tiges traçantes au niveau du sol.

De la famille des Apocynacées, comme les Asclepias, le laurier-rose, les Gomphorcarpus et les Cynanchum, ce sont des plantes toxiques.

L'actualité des jardins

L’ortie : bienvenue au jardin !

Voilà une plante qui ne fait pas l’unanimité : elle est urticante, ses fleurs ne sont pas décoratives et elle a une forte tendance à coloniser l’espace dans les sols riches de nos jardins.

Et pourtant, l’ortie est pleine d’atouts !

D’abord, c’est une plante comestible et c’est une qualité bien estimable pour une plante de jardin. En soupe, en gratin, dans des galettes, les jeunes pousses d’orties sont délicieuses.

Couple de coccinelles sur une feuille d’ortie dioïque © CACP – Gilles Carcassès

C’est aussi une plante favorable aux insectes auxiliaires car elle abrite une entomofaune très riche.

Et puis, c’est une plante utilisée en macération par de nombreux jardiniers pour la protection des plantes. Longtemps ballotée dans des rebondissements réglementaires et des polémiques, l’ortie a trouvé sa place : le 9 mars 2017, Urtica spp. a été officiellement approuvée par la Commission européenne en tant que substance de base. A noter que l’approbation vaut pour les deux espèces Urtica dioica, plante vivace et Urtica urens, annuelle. Les jardiniers utilisent classiquement l’ortie dioïque (Urtica dioica) plus commune et beaucoup plus haute que l’ortie brûlante.

Une substance de base, qu’est-ce que c’est ?

Le règlement européen CE n°1107/2009 définit, dans son article 23, les substances de base comme « des substances principalement non utilisées comme des produits phytopharmaceutiques, mais qui sont utiles pour la protection des végétaux, et dont l’intérêt économique pour faire approuver ces substances peut être limité. »

La liste des substances de base approuvées par la Commission européenne est tenue à jour par l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB).

Les substances de base peuvent être d’origine végétale, animale ou minérale. Ainsi, par exemple, la bière, le petit lait, le fructose, l’huile de tournesol, le vinaigre sont des substances de base. Trois plantes ont rejoint la liste des substances de base : l’ortie, la prêle et le saule. D’autres ont été recalées, comme la tanaisie, la bardane ou l’armoise en raison de préoccupations liées à la présence de composés toxiques dans ces plantes. Si l’utilisation de l’ortie a été jugée sans préoccupation particulière, le dossier d’approbation n’est cependant pas garant de l’efficacité du produit pour les usages proposés. Voir aussi à ce sujet la synthèse du conseil scientifique de la Société Nationale d’Horticulture de France.

Pour quels usages ?

L’ortie a été approuvée pour une fonction insecticide, acaricide et fongicide, et pour deux préparations :

  • Application par pulvérisation
    Placez dans un litre d’eau 75 g de feuilles fraiches d’ortie ou 15 g de feuilles sèches (choisir de jeunes pousses non montées en graines, propres et nettoyées).
    Mélangez la préparation quotidiennement.
    Laissez macérer 3-4 jours à 20°C. La fermentation peut être facilitée si l’ortie a été préalablement hachée.
    Puis filtrez la macération et diluez dans 5 fois son volume en eau potable.

Placez la préparation dans un récipient fermé et identifié.

  • Application d’un paillis/mulch
    Mélangez 83 g d’ortie sèche (partie aérienne) par kg de paillis ou mulch.

Le rapport d’examen (traduit en français par nos amis belges) liste les usages et conditions d’emploi sur de nombreuses cultures parmi lesquelles : pommier, prunier, pêcher, groseillier, noyer, cerisier, vigne, pomme de terre, haricot, laitue, endive, choux, colza, radis, concombre, courgette, melon, potiron, tomate, arbres et arbustes ornementaux, rosiers… Les emplois en mulch concernent le concombre, la tomate, les rosiers, les arbres et arbustes d’ornement.

Chenille de la petite tortue sur l’ortie dioïque © CACP – Gilles Carcassès

La substance de base Urtica spp. est utilisable en agriculture biologique.

Retrouvez nos articles sur les orties :

Le petit monde des orties

Ma recette de gratin d’orties

Agenda, L'actualité des jardins

Un concours photos sur la gestion écologique des espaces verts

Un concours photos national ouvert à tous

Plante et Cité lance un concours photo dont l’objectif est de valoriser les pratiques de gestion écologique des espaces verts et d’en véhiculer une image positive.

Trottoir à Maurecourt © CACP – Gilles Carcassès

Vous pouvez envoyer une photo de parc, jardin, espace naturel aménagé, cimetière ou trottoir en gestion écologique pour chacune des quatre catégories ouvertes au concours : paysage, faune, flore, hommes.

L’entrée du cimetière naturel de Souché à Niort © CACP – Gilles Carcassès

Qu’est-ce qu’on gagne ?

Des livres, et la gloire de participer à une exposition itinérante grand format qui sera mise à disposition par Plante et Cité.

Pour participer

Inscrivez-vous avec ce formulaire en ligne. Vous avez jusqu’au 31 juillet 2018.

Retrouvez nos articles :

Un cimetière vraiment naturel

Les beaux trottoirs de Maurecourt

L'actualité des jardins

Les amis du melon

Il est souvent préconisé de faire cohabiter au jardin les plantes fleuries et les légumes, afin de profiter des bénéfices biologiques de ces associations. Ces pratiques plus ou moins empiriques ont des fondements scientifiques. Vous pouvez retrouvez dans notre article Plantes compagnes l’explication de ces mécanismes.

Cyanus segetum, le bleuet © CACP – Gilles Carcassès

Des chercheurs ont récemment testé l’effet de la proximité de bandes fleuries dans la culture du melon. Leur idée était de proposer des plantes nourricières ou relais aux auxiliaires susceptibles de contrôler les pullulations de pucerons. Et cela a très bien fonctionné : les melons des planches bénéficiant de ce compagnonnage ont été significativement moins attaqués par les virus transmis par les pucerons que ceux des planches témoins. Les plantes composant la bande fleurie étaient adaptées au climat méditerranéen car cet essai a été conduit par une équipe de l’INRA d’Avignon.

Le mélange qui a prouvé son efficacité est composé de cinq espèces, deux annuelles, le bleuet et la gesse commune (Lathyrus sativus), et trois vivaces, le sainfoin, la petite pimprenelle et la marjolaine (Origanum majorana).

Sanguisorba minor, la petite pimprenelle © CACP – Gilles Carcassès

Je suggère aux jardiniers amateurs qui voudraient s’inspirer de ces résultats de remplacer la marjolaine par un origan, plante très proche et plus facile à trouver. De même, la gesse commune peut sans doute être remplacée par le pois de senteur (Lathyrus sativus) qui est aussi une gesse. Evidemment, il ne faut pas choisir des cultivars à fleurs doubles qui ont très peu à offrir aux insectes ! Attention en particulier au bleuet, souvent vendu en mélange de fleurs doubles de différents coloris.

La vrai difficulté consiste au bon respect du calendrier de cultures. Le système pour être efficace nécessite impérativement que les plantes compagnes soient déjà en fleurs au moment où l’on installe les plants de melon.

A chacun de faire ses essais selon sa région. Racontez-nous vos expériences !

Source :

Résistance et agroécologie, des fleurs pour ‘Margot’ le melon, un article de Jardins de France, l’excellente revue de la SNHF