L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Actualité littéraire

Voici les 17 meilleurs livres du moment dans le domaine du jardin, du jardinage et du végétal. Chaque année, l’Association des Journalistes du Jardin et de l’Horticulture sélectionne une dizaine de livres grand public, parmi environ 150 nouvelles parutions. Le jury de cette association a attribué le 7 novembre 2017 le prix Saint-Fiacre 2017 au livre Des Hommes et des graines.

Trois ouvrages ont reçu cette année un prix coup de cœur :

 

L'actualité de la Nature

Mes belles nuits d’été – 3

Des papillons de nuit, des coléoptères, des moucherons sont arrivés par dizaines sur le mur éclairé de la terrasse. Et des prédateurs aussi, qui semblent bien intéressés par la perspective d’un festin facile !

Nabis sp. © CACP – Gilles Carcassès

Voici une punaise prédatrice de la famille des Nabidae. On voit son rostre recourbé entre les solides fémurs de ses pattes antérieures.

Mantis religiosa © CACP – Gilles Carcassès

Quelle mobilité de la tête et quel regard fascinant ! La mante religieuse capture toutes sortes d’insectes avec ses pattes ravisseuses : papillons, criquets, grillons, sauterelles, blattes… La sauterelle verte fréquente également les murs éclairés la nuit, car cette espèce est carnivore. On y voit aussi parfois le frelon européen en maraude.

Tarentola mauritanica en chasse sous la lumière d’un lampadaire (Bouches-du-Rhône) © CACP – Gilles Carcassès

Et si vous êtes en Provence, ne manquez pas le spectacle de la tarente qui chasse activement les papillons de nuit à la lueur des lanternes !

 

L'actualité de la Nature

Qu’ils sont beaux !

Cygnes noirs – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © François Lelièvre

On avait déjà vu un cygne noir à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise. Cette fois-ci, ils sont deux !

Cygnes noirs (Cygnus atratus) © François Lelièvre

On peut raisonnablement supposer qu’ils forment un couple, le mâle étant le plus grand. Peuvent-ils se reproduire aussi loin de l’Australie, terre de leurs origines ? Cela s’est déjà vu en Ile-de-France, à Verneuil-sur-Seine en 1996. En France, en dehors des parcs zoologiques, au moins 120 cygnes noirs vivent librement dans la nature, et l’on dénombre environ 30 couples.

Ces photographies ont été faites fin septembre 2017 à la plage du centre multisports. Je les ai cherchés récemment à l’Ile de loisirs, mais je ne les ai pas trouvés. Peut-être ces oiseaux sont-ils cachés dans un coin discret, ou partis vers un autre étang de la région…

L'actualité de la Nature

Le crustacé invisible

J’ai bien failli ne pas voir ce crustacé tant il se fond dans l’environnement ! © CACP – Gilles Carcassès

Encore une pêche miraculeuse à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise ! J’ai capturé dans l’étang des Hautes bornes un crustacé transparent inconnu. Il a cinq paires de pattes : c’est un décapode comme les crabes, le homard et la langouste.

Quel est son nom ?

Je sais qu’on trouve dans cet étang l’écrevisse américaine, décapode invasif, mais les jeunes écrevisses n’ont pas du tout cette allure.

Bébé écrevisse américaine – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Et le gammare du Danube, un autre crustacé invasif également présent à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, alias Dikerogammarus villosus ? Il a sept paires de pattes (car c’est un amphipode) : ce n’est pas ça non plus.

Dikerogammarus villosus – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

J’ai trouvé l’explication sur le site Doris de la Fédération française d’études et de sports sous-marins : c’est la caridine !

Atyaephyra desmarestii, ou caridine, est une crevette d’eau douce qui se nourrit d’algues, de plantes aquatiques et de débris végétaux. Elle aime bien se cacher dans les abris sous berges, c’est justement là que je l’ai débusquée avec mon épuisette. D’origine méridionale, depuis plusieurs siècles elle progresse vers le Nord en accompagnant les péniches aux coques garnies d’algues qu’elle aime brouter. C’est une grande voyageuse : on l’a signalée jusqu’en Russie et au Danemark !

Atyaephyra desmarestii – Cergy. Les pointillés participent à son camouflage. © CACP – Gilles Carcassès

La caridine apprécie les eaux propres et calcaires. Est-ce que ça se mange ? Peut-être… Mais on ne la trouve pas en grandes quantités et c’est une espèce de petite taille, ne dépassant pas les 4 centimètres. On est très loin de la langouste !

Retrouvez d’autres articles sur la faune aquatique de Cergy-Pontoise :

Des méduses bien inoffensives

Des éponges dans les étangs de Cergy

Le glouton des profondeurs

La crevette tueuse du Danube

Les écrevisses de l’Ile de loisirs

L'actualité de la Nature

Mes belles nuits d’été – 2

La lumière le soir n’attire pas que les papillons de nuit. La preuve, ces autres espèces sont venues sur la terrasse éclairée :

Stictocephala bisonia © CACP – Gilles Carcassès

Le membracide bison (Stictocephala bisonia) est un homoptère américain naturalisé en France depuis le 19 ème siècle.

Distoleon tetragrammicus © CACP – Gilles Carcassès

Le fourmilion longicorne (Distoleon tetragrammicus) est un névroptère souvent attiré la nuit par les lumières. Le plus commun en Ile-de-France, Euroleon nostras a les antennes plus courtes.

Curculio sp. © CACP – Gilles Carcassès

Un balanin, d’espèce indéterminé, peut-être Curculio nucum, le balanin des noisettes ?

Copris lunaris © CACP – Gilles Carcassès

Il est arrivé en bourdonnant, a rebondi sur mon épaule avant de se cogner lourdement au mur. Ce maladroit est un Copris lunaire (Copris lunaris) qui creuse sous les bouses de vaches, pour y enfouir de la matière et y déposer ses œufs. Il est très utile pour la décomposition des excréments.

Acariens phorétiques © CACP – Gilles Carcassès

D’une pierre deux coups : entre les pattes du scarabée, des passagers clandestins ! Ces acariens désireux de changer de bouse s’accrochent au scarabée, comme des citadins prendraient le bus. C’est juste un moyen de transport.

L'actualité de la Nature

La couleur bleue chez les lépidoptères

Reflet bleu vif

La couleur bleue chez les papillons est souvent le résultat d’une iridescence liée à des microreliefs de surface. Elle apparaît alors intensément sous certains angles seulement. C’est le cas par exemple chez le mâle du Petit mars changeant.

Apatura ilia, le Petit mars changeant – Osny © CACP – Gilles Carcassès

Chez les Lycaenidae, les mâles de beaucoup d’espèces ont une coloration bleue plus ou moins étendue. On nomme parfois ces papillons des « azurés » :

Polyommatus icarus mâle, l’Azuré commun – Cergy © CACP – Marion Poiret
Aglais io, le paon de jour – Cergy © Gilles Carcassès

Chez le paon du jour, les écailles bleues sont limitées aux ocelles.

Les chenilles aussi !

Certaines chenilles ne sont pas en reste, comme celle de ce sphinx tête-de-mort :

Acherontia atropos – Loire-Atlantique © Jean-Pierre Moulin

La chenille de ce papillon de nuit migrateur affectionne particulièrement les feuilles de pomme de terre. C’est l’une des plus grosses chenilles que l’on peut rencontrer en France. Elle est ordinairement d’une teinte jaune, ornée de larges rayures bleues. Bravo au photographe d’avoir su repérer cette forme rare sur le terre-plein d’une route nationale !

Voir aussi notre article :

Petit papillon vert, quel est ton secret ?

L'actualité de la Nature

Elles mangent mes lavandes !

Larve de Chrysolina americana © CACP – Gilles Carcassès

Sur les lavandes

Démasquée, la petite bête qui grignote le bord des feuilles de lavande ! C’est une larve de coléoptère, et même de chrysomèle. Sa forme dodue me rappelle celle de la larve du doryphore, une autre chrysomèle. Ici il s’agit de Chrysolina americana, la chrysomèle du romarin.

On rencontre souvent sur les lavandes les adultes de cet insecte originaire des régions méditerranéennes (comme ne le laisse pas entendre son nom latin).

Chrysolina americana sur une lavande – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Et aussi sur les romarins…

Couple de Chrysolina americana – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Ou parfois sur d’autres Lamiaceae…

comme ce Perovskia atriplicifolia, plante vivace très utilisée dans les jardins de ville pour sa floraison estivale d’un joli bleu.

La chrysomèle du romarin © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez notre article :

Carrossée comme une américaine

 

L'actualité de la Nature

A la mare de la Maison des russes

Dans le parc de la Maison des russes à Eragny-sur-Oise, une mare a été créée il y a deux ans, avec l’aide de la ville.

La mare de la Maison des russes à Eragny © CACP – Gilles Carcassès

J’ai été invité récemment à venir apprécier la biodiversité de cet endroit. Et j’y ai trouvé des habitants intéressants ! En voici quatre :

Planorbarius corneus – Eragny © CACP – Gilles Carcassès

Des planorbes de toutes tailles ont colonisé l’endroit. Ces mollusques sont peut-être arrivés en même que les plantes aquatiques qui y ont été installées.

Larve de salamandre – Eragny © CACP – Gilles Carcassès

Les salamandres sont venues mettre bas dans cette mare : ça, c’est un beau succès ! Cela vaudrait le coup de surveiller l’arrivée des femelles adultes, à la sortie de l’hiver, lorsqu’elles viennent dans l’eau pour donner naissance à leurs petites larves. On reconnaît la larve de la salamandre à la tache claire qui marque ses hanches postérieures.

Lemna trisulca – Eragny © CACP – Gilles Carcassès

Voici une lentille d’eau atypique. Elle dessine des couronnes ! Lemna trisulca forme des tapis ramifiés qui flottent sous la surface. Aussi est-elle peu visible : on la découvre lorsque l’épuisette la sort de l’eau. Elle serait plus sensible à la pollution que les autres lentilles d’eau. Encore un bon point pour cette mare !

Corixidae (corise) – Eragny © CACP – Gilles Carcassès

Contrairement aux notonectes qui nagent sur le dos, les corises nagent sur le ventre. Chez les corises, les pattes postérieures frangées sont utilisées comme des rames ; les longues pattes médianes sont munies de griffres dont la fonction est d’arrimer l’insecte sur le fond. Quant aux antérieures, plus courtes, elles servent à l’alimentation. Ces punaises aquatiques n’ont pas de rostre piqueur, elles consomment des algues filamenteuses, des débris de végétaux aquatiques, des vers, des larves de moustiques…

L'actualité de la Nature

Mes belles nuits d’été

A la nuit tombée, de nombreuses espèces sont attirées par la lumière de la terrasse. C’est l’occasion de découvrir les papillons de nuit dont on sait qu’ils sont beaucoup plus nombreux et variés que les papillons de jour. Et certains sont vraiment superbes !

Cyclophora annularia © CACP – Gilles Carcassès

La Phalène mariée (Cyclophora annularia) est un Geometridae amateur d’érables.

Lythria purpuraria © CACP – Gilles Carcassès

L’Ensanglantée des renouées (Lythria purpuraria) se nourrit de la renouée des oiseaux. C’est aussi un Geometridae. Celui-ci est un mâle, reconnaissable à ses antennes pectinées.

Pseudoips prasinanus © CACP – Gilles Carcassès

La Halias du hêtre (Pseudoips prasinanus) apprécie aussi les chênes et les bouleaux. C’est un représentant de la famille des Nolidae.

Ptilodon cucullina © CACP – Gilles Carcassès

Le Capuchon (Ptilodon cucullina) est un Notodontidae des érables.

Oncocera semirubella © CACP – Gilles Carcassès

La Phycide incarnat (Oncocera semirubella) est un Pyralidae dont la chenille se nourrit de légumineuses.

Macroglossum stellatarum © CACP – Gilles Carcassès

Certains sont venus à pied, comme cette chenille de moro-sphinx !

L'actualité de la Nature

La crevette tueuse du Danube

Dikerogammarus villosus (la tête est à gauche)- Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Tiens un gammare zébré au fond de mon épuisette ! Ma partie de pêche à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise me réserve une drôle de surprise. Ce n’est pas le gammare commun, qui pullule dans les ruisseaux et les mares. Celui-là vient du Danube !

Dikerogammarus villosus se reconnaît à son aspect bicolore et aux deux petites pointes qui ornent le bas de son dos, tout près de sa queue (discrètes mais bien visibles sur la photo ci-dessus).

Un crustacé invasif

Cette espèce, originaire de la région de la mer Caspienne et de la mer Noire, a colonisé le Danube dans les années 1990, puis le Rhin en 1994 en empruntant un canal. En 1999 elle était détectée dans la Moselle. On pense que depuis 2003, elle est largement présente dans les réseaux hydrographiques de la Seine, de la Loire et du Rhône. On la retrouve parfois dans des étangs qui ont été contaminés par le débordement de rivières en crues.  Elle est même arrivée en Grande-Bretagne en 2010 peut-être dans le chargement d’un bateau, ou accrochée dans les plumes d’un oiseau.

Une tueuse !

Cette grande espèce peut atteindre 3 centimètres et sa voracité lui vaut son surnom de « crevette tueuse du Danube », bien que ce ne soit pas à proprement parler une crevette. Carnivore, elle s’attaque aux larves de libellules, aux alevins, aux autres crustacés… Beaucoup d’espèces de crustacés indigènes ne survivent pas là où elle s’installe.

La fiche de Dikerogammarus villosus par le groupe de travail Invasions Biologiques en Milieu Aquatique (GT IBMA)

Retrouvez d’autres articles sur la faune aquatique de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise :

Les éponges de l’Ile de loisirs

Méduse d’eau douce !

L’escargot mystère

L’hydre