L'actualité de la Nature

Encore une jolie mouche

Bravo à Eric, Xavier, Patrick et Denis qui ont su percer le secret de la photo mystère de novembre 2017 !

Urophora cardui © CACP – Gilles Carcassès

Je vous présente Urophora cardui, l’insecte qui sortira au printemps de la galle de la tige du chardon des champs. Ici, il s’agit d’une femelle, on voit au bout de son abdomen son ovipositeur. Et voici le mâle :

Urophora cardui mâle © CACP – Gilles Carcassès

On peut rencontrer en France une dizaine d’espèces d’Urophora. Les plus communes sont Urophora stylata que l’on peut voir sur les cirses, surtout le cirse commun (Cirsium vulgare), Urophora cardui sur le chardon des champs (Cirsium arvense), Urophora quadrifasciata essentiellement sur les centaurées, Urophora solsticialis sur les Carduus

Urophora solsticialis © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez un autre article relatif au genre Urophora :

Urophora stylata

 

 

L'actualité de la Nature

Sur le pare-brise

Quel est ce moucheron sur mon pare-brise ?

Amonoia purmunda – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Ce dessin caractéristique sur les ailes, je le reconnais, c’est celui de l’inconfondable Amonoia purmunda, une adorable petite mouche de la famille des Tephritidae dont la larve vit dans les fruits sauvages, ceux des aubépines particulièrement.

Intéressant ! Quels autres insectes écrasés vais-je trouver sur mon pare-brise ? Euh… aucun. Voilà qui m’intrigue.

Quand j’étais gamin, je me souviens très bien qu’il était nécessaire de s’arrêter assez régulièrement lors des longs trajets pour nettoyer le pare-brise, tant étaient nombreux les impacts des insectes, petits et gros. On ne peut pas dire que ce soit le cas aujourd’hui. Qu’en pensent les entomologistes ? Dans un article paru en mai 2017 dans Science magazine, il est rapporté une étude réalisée dans une réserve naturelle en Allemagne, qui montre qu’en 24 ans (entre 1989 et 2013) 78% des insectes avaient disparu ! Il ne s’agit pas du nombre des espèces, mais bien de la masse ! Mon impression serait donc une réalité scientifique ? On aimerait ne pas y croire. Car tous ces insectes sont la nourriture de nombreuses espèces : les hirondelles, par exemple, dont nous voyons la population diminuer chaque année sur certains sites lors de nos inventaires.

Hirondelle de fenêtre – Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Quelles sont les causes de ce déclin ? L’article pointe la disparition des haies, le développement de la culture du maïs, la fertilisation des prairies, la pollution lumineuse, l’urbanisation des campagnes, les pesticides…

Une autre belle rencontre sur mon pare-brise

Une pie sur le pare-brise – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Cela s’est passé sur le même parking à Cergy, un soir en quittant le bureau. Au moment de démarrer ma voiture, j’ai vu cet oiseau qui me regardait posé sur mon pare-brise. Cette jeune pie inexpérimentée, peut-être intéressée par un insecte écrasé et voulant en faire son quatre heures, avait coincé ses doigts dans l’essuie-glace ! Je l’ai libérée, et elle n’a pas demandé son reste !

L'actualité de la Nature

Piège de mucus

Keratoplatidae – parc du château de Menucourt © CACP – Gilles Carcassès

J’aime bien regarder sous les gros polypores qui poussent sur les troncs, parfois on y fait de belles rencontres. Celle-ci, c’était dans le parc du château de Menucourt, sous un amadouvier parasitant un gros chêne.

Cette grande larve assez agile a tapissé le dessous du champignon d’un réseau de soies qu’elle a enrobées d’un mucus peu appétissant. C’est la larve d’un Keratoplatidae, un diptère élancé qui ressemble un peu à une tipule.

Je suis content, je ne connaissais pas cette famille. Sur diptera info, il est répertorié une douzaine d’espèces, ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existe pas plus, mais plutôt que ces insectes sont très mal connus. Chez les Keratoplatidae, les larves trouvent leur repas dans leur mucus. Les espèces mycétophages capturent ainsi des spores de champignons, les espèces prédatrices y piègent des acariens et des collemboles. Et même certaines empoisonnent leur mucus avec une sécrétion acide pour occire leurs proies.

Je n’ai pas réussi à trouver de spécialiste des larves de Keratoplatidae. Alors, il me plaît de penser que ma trouvaille pourrait être une prédatrice toxique, ce serait plus glamour.

Keratoplatidae (détail) © CACP – Gilles Carcassès

D’ailleurs, je lui trouve un air diabolique avec ses petites cornes sur la tête.

J’aurais dû la rapporter à la maison avec son champignon géant, pour faire l’élevage. C’est ma femme qui aurait été contente !

Retrouvez notre article :

Le monde fascinant des mouches

L'actualité de la Nature

Ectophasia, jolie mouche de Grouchy

Ectophasia crassipennis – parc du château de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

La phasie crassipenne est un membre de la famille des Tachinidae, diptères tachinaires dont les larves parasitent d’autres insectes. Ectophasia crassipennis cible quant à elle les punaises.

Tachi qui ?

A noter que le « chi » de Tachinidae et de tachinaire se prononce « ki », comme dans… chalarose, chélidoine ou chorale.

Cinq œufs de Tachinidae sur une punaise Nezara viridula © CACP – Gilles Carcassès

Bien chargée, la punaise !

Au fait, crassipennis, drôle de nom… Du latin « crassus » = gros et de « penna » = l’aile, bien sûr.

L'actualité de la Nature

Deux volucelles au verger de Grouchy

Les cirses maraîchers en fleurs attirent de nombreux insectes. Au parc du château de Grouchy à Osny, j’ai observé ces deux espèces de volucelles attablées sur la même plante.

Un abdomen à moitié translucide !

Volucella pellucens – parc du château de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

La volucelle transparente vit aux dépends des guêpes. Elle s’introduit dans le nid souterrain de la guêpe commune ou de la guêpe germanique en trompant les occupantes avec des phéromones. Sa larve est un ectoparasite du couvain.

Le faux frelon, et le vrai

Volucella zonaria – parc du château de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

Avec ses 2,5 centimètres de long, la volucelle zonée est l’une de nos plus grandes mouches. Comme la volucelle transparente, elle pond sur la paroi des nids d’hyménoptères sociaux. Sa ressemblance avec le frelon européen lui est peut-être utile pour parasiter incognito les nids de cette espèce ?

Vespa crabro, le frelon européen © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez nos articles :

Sur le cirse maraîcher

Volucelle que vous croyez

L'actualité de la Nature

Les galles de cécidomyies

Galle de Dasineura ericae scopariae sur la bruyère à balais © CACP – Gilles Carcassès

Qu’est-ce qu’une galle ?

Une galle est une excroissance d’un végétal produite par une bactérie, un nématode, un acarien, un champignon, ou, plus généralement, par l’effet de la piqure d’un insecte parasite. Parmi ces insectes, les Cecidomyiidae, très petits diptères, sont responsables de nombreuses galles sur une grande diversité de végétaux.

Les cécidomyies, ravageurs des cultures

Les cécidomyies causent souvent des dommages aux cultures. C’est le cas par exemple de la cécidomyie de l’hémérocalle qui fait avorter les boutons floraux et celle du robinier qui déforme ses folioles. On peut citer aussi la cécidomyie des siliques du colza et du chou et celle des pousses de la luzerne. D’autres espèces nuisent aux céréales, aux poiriers, aux oliviers, aux lavandes… Toutes ne sont pas nuisibles : les larves de certaines espèces de cécidomyies, prédatrices de pucerons, sont utilisées en lutte biologique.

Quelques exemples de galles de cécidomyies

Dasineura fraxini forme des galles caractéristiques sur les feuilles de frêne – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès
Dasineura rosae déforme les feuilles des églantiers – Jouy-le-Moutier © CACP – Gilles Carcassès
La larve de Dasineura rosae dans sa feuille d’églantier © CACP – Gilles Carcassès
Kiefferia pericarpiicola déforme les graines de carotte © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez l’étrange beauté des galles dans nos articles :

L'actualité des jardins

J’ai une bête dans mon jardin…

Ceci n'est pas une chenille, c'est une larve de syrphe, grande dévoreuse de pucerons © Gilles Carcassès
Ceci n’est pas une chenille, c’est une larve de syrphe, grande dévoreuse de pucerons © CACP – Gilles Carcassès

Comment identifier facilement les bestioles que l’on observe dans son jardin et ne plus confondre les auxiliaires avec les ravageurs ?

Deux sites de reconnaissance par l’image

Nous avons sélectionné pour vous deux sites de reconnaissance par l’image, très simples, efficaces et accessibles à tous les jardiniers :

  • VigiJardin, développé par l’INRA
  • Arena, porté par Arvalys institut du végétal

Et pour en savoir plus, consultez les fiches techniques de Jardiner Autrement, le site de référence pour jardiner sans pesticide.

L'actualité de la Nature

Mon inventaire éclair

A la recherche de la mythique Lucine (un papillon rare spécialisé dans les primevères) – Port-Villez (78) © CACP – Gilles Carcassès

Dimanche 14 mai 2017, j’ai participé aux inventaires éclairs de biodiversité organisés par Natureparif.

Les inventaires éclairs 2017 à Jeufosse et Port-Villez

Cette année, cela se passait à Jeufosse et Port-Villez, dans les Yvelines. Jeufosse ? Facile : c’est sur la route de Blaru, en venant de Predreauville.

Le principe des inventaires éclairs est simple, on réunit une centaine de naturalistes passionnés et d’experts patentés, on leur distribue quelques victuailles pour assurer leur survie et on les lâche 48 heures dans la nature, par équipes, avec pour mission d’inventorier le territoire. Les oiseaux, les plantes, les insectes, les chauve-souris, les escargots… tout doit y passer !

Les étudiants en BTS « Gestion et Protection de la Nature » ont fait connaissance avec leurs ainés déjà dans la carrière ; les amateurs se sont frottés avec gourmandise aux éminents spécialistes.

Quelques belles trouvailles

J’ai le plaisir de partager avec vous quelques moments d’intenses émotions :

Colias sp. en identification © CACP – Gilles Carcassès

Ce papillon Soufré complaisant est resté difficile à déterminer (« les Colias, ouh, c’est galère… »).

Belle station de scolopendres dans un éboulis instable © CACP – Gilles Carcassès

On m’a fait passer dans des endroits où la main de l’Homme n’avait jamais mis les pieds. Les inventaires éclairs, c’est pas de la tarte…

Otites jucunda de la famille des Ulidiidae © CACP – Gilles Carcassès

Celle-là, c’est moi qui l’ai trouvée : trop fier ! Quelle bille de clown, cette mouche !

Calliterea pudibunda, alias « Patte étendue » (mâle) © CACP – Gilles Carcassès

Ce papillon de nuit dormait sur son brin d’herbe.

Photographe étendue (femelle) © CACP – Gilles Carcassès

L’émergence de la petite cigale fredonnante a eu beaucoup de succès auprès des photographes. Je vous en ferai le reportage dans un autre article.

Ixodes sp. (tique) © CACP – Gilles Carcassès

Toutes griffes dehors, les tiques guettent le passage des naturalistes. Je l’ai vue, elle ne m’a pas eu.

Vivement les inventaires éclair 2018 !

L'actualité de la Nature

Dix petits syrphes

Le caractère distinctif des membres de la famille des Syrphidae réside dans la présence de la vena spuria (voir l’image ci-dessous), ce pli qui longe la nervure médiane.

En vol, les syrphes ont la capacité de se maintenir sur place grâce à un battement des ailes très rapide. Ils présentent souvent une livrée rayée qui rappelle celle des guêpes, ou des frelons pour les plus grosses espèces. On observe facilement les adultes sur les fleurs.

Vena spuria © Gilles Carcassès
Vena spuria © Gilles Carcassès

La famille des Syrphidae est très vaste : on dénombre pas moins de 500 espèces en France. J’ai choisi de vous en montrer dix, communes à Cergy-Pontoise et assez faciles à reconnaître. Elles ont des mœurs très différentes.

Voici tout d’abord quatre espèces dont les larves consomment des pucerons.

Eupeodes corllae © Gilles Carcassès
Eupeodes corollae, le syrphe des corolles- Cergy © Gilles Carcassès
Scaeva pyrastri - Cergy © Gilles Carcassès
Scaeva pyrastri, le syrphe pyrastre – Cergy © Gilles Carcassès
Epistrophe eligans - Cergy © Gilles Carcassès
Epistrophe eligans, une des plus précoces au printemps – Cergy © Gilles Carcassès
Le syrphe du groseillier, Syrphus ribesii, est un auxiliaire précieux : ses larves consomment des pucerons © Gilles Carcassès
Syrphus ribesii, le syrphe du groseillier © Gilles Carcassès

Les larves saprophages des trois espèces suivantes ont une vie aquatique. Elles vivent dans les eaux très chargées en matière organique.

Myathropa florea - Cergy © Gilles Carcassès
Myathropa florea – Cergy © Gilles Carcassès
vue au bois de Cergy © Gilles Carcasses
Eristalis sp, une éristale vue au bois de Cergy © Gilles Carcassès
Helophilus pendulus © Gilles Carcassès
Helophilus pendulus © Gilles Carcassès

Pour d’autres espèces, les larves sont commensales dans des nids de bourdons, ou de guêpes. Elles y consomment des déchets et des cadavres. C’est le cas des volucelles.

Volucella zonaria
Volucella zonaria, la volucelle zonée © Gilles Carcassès
Volucella bombylians, la volucelle bourdon © Gilles Carcassès
Volucella bombylians, la volucelle bourdon – Pontoise © Gilles Carcassès
Volucella pellucens, la volucelle transparente sur des fleurs de troëne à La Roche-Guyon © Gilles Carcassès
Volucella pellucens, la volucelle transparente, sur des fleurs de troène © Gilles Carcassès

Retrouvez quelques-uns de nos articles présentant des syrphes :

Epistrophe eligans

Myathropa florea

Eristalis

Helophilus pendulus

Volucella bombylians

Episyrphus balteatus et Sphaerophoria scripta

Voir aussi :

Les syrphes, par Jardins de Noé

L'actualité de la Nature

Grande chasse aux insectes à Menucourt

Organisée par la bibliothèque de Menucourt et le Comité de Défense de l’Environnement de Menucourt, la sortie de samedi 5 novembre 2016 au parc du château a permis aux enfants du village d’observer toutes sortes de petites bêtes. Armés chacun d’une boîte loupe, ils ont retourné des feuilles, soulevé des écorces, fouillé dans la litière, inspecté les troncs des arbres et les tiges des hautes herbes…

Au tableau de chasse : 3 espèces de coccinelles, des punaises, des crustacés, des psoques, des araignées, des limaces, des coléoptères, des mouches, des chenilles, des escargots rigolos, des collemboles et même une petite grenouille…

Ectophasia crassipennis © Gilles Carcassès
Ectophasia crassipennis © Gilles Carcassès

La belle Ectophasia crassipennis, une mouche dont les larves parasitent les punaises, était toute engourdie par le froid sur une inflorescence sèche de berce commune.

Ponte sur une feuille morte © Gilles Carcassès
Quel beau trésor : une ponte dorée sous une feuille morte © Gilles Carcassès

Ces œufs sont aussi bien rangés que les cellules dans les rayons de la ruche. Il s’agit sans doute d’une ponte de punaise.

Larve de cadrinal © Gilles Carcassès
Larve de cardinal © Gilles Carcassès

Toute plate pour se faufiler sous les écorces, cette larve de cardinal est prédatrice des petits arthropodes qui vivent dans le bois pourri.

Asellus © Gilles Carcassès
Asellus © Gilles Carcassès

Après la découverte des cloportes, crustacés terrestres, voici l’aselle, crustacé d’eau douce qui vit dans le bassin du parc. Elle ne nage pas sur le côté comme les gammares.

Le livre de la chenille © Gilles Carcassès
L’histoire de la chenille © Gilles Carcassès

Pour conclure la séance, la bibliothécaire a raconté des histoires à l’aide de livres animés. Vous l’aurez deviné, la chenille finira par se transformer en un magnifique papillon multicolore aux reflets irisés (Oh !…)

Livre animé de lma bibliothèque de Menucourt © Gilles Carcassès
Livre animé de la bibliothèque de Menucourt © Gilles Carcassès

Maintenant, le soleil s’est couché, il est temps de rentrer chez soi et de laisser le parc du château aux papillons de nuit.