L'actualité de la Nature

Bientôt la Saint-Patrick !

Trifolium repens, le trèfle blanc – Vauréal © CACP – Léo MICOUIN

Demain, le trèfle sera à l’honneur en Irlande. D’après la légende, cette plante à trois folioles aurait été utilisée par Saint Patrick pour illustrer la Sainte Trinité au roi Aengus. Ce serait à cette occasion que l’Irlande s’est convertie au christianisme et que le trèfle est devenu le symbole national du peuple Irlandais.

Une des espèces les plus communes dans la région

Ce trèfle est présent dans toute l’Île-de-France. C’est une espèce dite ubiquiste, elle s’adapte à des milieux très variés comme les gazons, les friches ouvertes, les jachères ou encore les potagers.

Le trèfle blanc – Vauréal © CACP – Léo Micouin

Il fait partie de la famille des Fabaceae : ses fleurs présentent un étendard, deux ailes ainsi qu’un carène. Contrairement aux autres espèces de trèfle, ses tiges sont prostrées au sol : nous l’appelons aussi le trèfle rampant.

Une confusion est possible avec Trifolium fragiferum (le trèfle porte-fraise) et Trifolium pratense (le trèfle des prés), lorsqu’ils sont à l’état végétatif.

Sources :

Flore d’Île-de-France, par Philippe Jauzein & Olivier Nawrot

Trifolium repens, par Florif

Trifolium repens, par Telabotanica

Trèfle blanc, par aujardin.info

Le trèfle, par guide-Irlande.com

Retrouvez d’autres articles sur les trèfles :

Le trèfle pied-de-lièvre

Vive le trèfle porte-fraise !

Le trèfle des près

L'actualité de la Nature

Le trèfle des prés

Trifolium pratense, le trèfle des prés – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Le trèfle des prés, fréquent dans les prairies, est de la famille des Fabaceae. Il se reconnaît à ses folioles marquées d’un V clair. La tête florale est accompagnée de feuilles, à la différence du trèfle porte-fraises. Trifolium pratense est largement cultivé comme plante fourragère, elle est souvent associée à du Ray-grass. Les nodosités symbiotiques de ses racines enrichissent le sol en azote, ce qui bénéficie à la graminée et aux cultures suivantes. Au jardin, on peut aussi profiter des bienfaits du trèfle des prés en l’associant à des légumes ou en le cultivant en engrais vert.

Trifolium fragiferum, le trèfle porte-fraise, vu au Verger à Cergy © CACP – Gilles Carcassès

On trouve le trèfle porte-fraises dans les pelouses rases au sol tassé.

Les trèfles sont très visités par les bourdons et les papillons qui apprécient leur nectar abondant.

Retrouvez nos articles sur d’autres Fabaceae :

La gesse tubéreuse

Les mélilots

Galega, le sainfoin d’Espagne

La renaissance du sainfoin

Sources :

Trèfle des prés, le chanceux, par Sauvages du Poitou

Les plantes fixatrices d’azote, par Jardiner Autrement

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

La gesse tubéreuse

Lathyrus tuberosus – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Les bernaches du Canada semblent bouder cette plante qui forme de jolis massifs aux abords des étangs de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise.

Fleurs de la gesse tubéreuse © CACP – Gilles Carcassès

Ses fleurs d’un rose vif, odorantes comme celles des pois de senteur, sont butinées par les abeilles domestiques. La gesse tubéreuse, fabacée vivace aujourd’hui peu commune en Ile-de-France, affectionne les prairies fauchées des bords de route, les talus herbeux, les bords de champs sur sols calcaires et argileux. Elle était autrefois cultivée comme fourrage, mais aussi en tant que légume.

Une étude de 1983 montre le bon potentiel alimentaire de cette plante. Ses tubercules bruns et ridés peuvent atteindre 20 à 30 centimètres de long lorsque la plante est en culture. Ils sont riches en protéines et auraient un goût de noisette. On les prépare cuits en purée.

Noix de terre, pois gras, châtaigne de terre ou pistache de Marcou : ses anciens noms vernaculaires témoignent de l’intérêt culinaire que lui portaient nos aïeux. Attention cependant, ses graines sont toxiques et ne doivent pas être consommées crues.

Elle fait partie des espèces indigènes recommandées par l’Agence Régionale pour la Biodiversité en Ile-de-France, pour les aménagements d’espaces verts et naturels.

Retrouvez d’autres articles sur des plantes de la famille des Fabaceae :

Mélilots

Galega, le sainfoin d’Espagne

La renaissance du sainfoin

 

L'actualité de la Nature

Galega, le sainfoin d’Espagne

Galega, parc du peuple de l'herbe à Carrières-sous-Poissy
Galega officinalis, au parc du peuple de l’herbe à Carrières-sous-Poissy © CACP – Gilles Carcassès

Galega officinalis, ou sainfoin d’Espagne, est une Fabaceae de grande taille d’origine méditerranéenne. Elle ressemble au sainfoin mais n’en a pas les vertus fourragères, cette plante peut même être toxique pour le bétail lorsqu’elle est en fleurs ou en fruits. Ses fleurs sont mauves ou bleutées, ce qui la distingue aisément du sainfoin dont les fleurs sont franchement roses.

Depuis le 18ème siècle au moins, elle est utilisée pour le décor des jardins. En espaces verts, elle est plutôt passée de mode, mais cette espèce s’est naturalisée un peu partout et est devenue une plante invasive, classée au niveau 3 sur une échelle de 5 par le Conservatoire botanique national du Bassin parisien (1).

On trouve le sainfoin d’Espagne dans les friches urbaines, les dépendances routières, les ballastières, les talus. J’ai repéré à Cergy-Pontoise cette plante vivace sur des talus aux sols remaniés : sur l’ancien site du parc Mirapolis à Osny, ainsi qu’au bord du bassin Blanche de Castille à Saint-Ouen l’Aumône. Elle forme des populations denses et étendues dans les friches alluviales du parc du peuple de l’herbe à Carrières-sous-Poissy.

Le sainfoin d’Espagne était autrefois cultivé en Ilalie comme engrais vert. Il a été un moment envisagé d’utiliser ses tiges très fibreuses pour la fabrication de pâte à papier. (2)

(1) Catalogue de la flore vasculaire d’Ile-de-France par le CBNBP

(2) Le galéga par Gillet-Damitte (1868)

Agenda

Trésor des fèves et fleur des pois

Le trèfle porte-fraise Trifolium fragiferum photographié au Verger à Cergy le jour de la formation © Gilles Carcassès
Le trèfle porte-fraise, Trifolium fragiferum, photographié au Verger à Cergy © Gilles Carcassès

Qu’ont en commun le trèfle, le pois de senteur, le haricot, le robinier, l’ajonc, la gesse, le mimosa, la luzerne, l’arachide ? Toutes ces plantes sont des légumineuses. Maintenant, les botanistes utilisent le terme de Fabaceae (de Faba, la fève) pour désigner cette grande famille. La Société Nationale d’Horticulture de France organise un colloque scientifique le 20 mai 2016 à Paris : Trésor des fèves et fleur des pois, le génie des légumineuses. Vous pourrez lors de cette journée faire le tour de l’actualité des légumineuses avec les meilleurs spécialistes du moment.

trésor

Pour s’inscrire au colloque