L'actualité de la Nature

Parc François-Mitterrand à Cergy : la nature en hiver

© Gilles Carcassès
Platane, au parc François-Mitterrand à Cergy © Gilles Carcassès

Le parc François-Mitterrand, depuis les travaux de rénovation écologique, est devenu un haut lieu de la biodiversité ordinaire. Cela n’a pas échappé à quelques étudiants au sens artistique développé.

© Gilles Carcassès
Mouettes sur le bassin gelé © Gilles Carcassès

Très bruyantes et bien visibles, une cinquantaine de mouettes rieuses ont établi leur quartier d’hiver dans le parc, comme l’an dernier. Elles sont venues d’Europe du Nord et de l’Est, attirées par la douceur du climat. Je guette depuis début décembre le retour de nos habituées de Pologne, de Belgique et de Tchéquie.

L'une de nos mouettes tchèques est revenue - Cergy décembre 2016 © Gilles Carcassès
L’une de nos mouettes tchèques est arrivée – Cergy décembre 2016 © Gilles Carcassès

Cliquez sur l’image pour lire le numéro de la bague posée par le Muséum de Prague : ES 15.728 est bien là ! Cette native de Vojkovice  était déjà venue en janvier 2015.

D’autres habitants du parc sont plus discrets en cette saison.

© Gilles Carcassès
Gendarmes en planque © Gilles Carcassès

Sur le tronc de ce cèdre, chaque fissure est mise à profit. Les gendarmes se pressent les uns contre les autres dans ces abris en attendant le retour des beaux jours. Mais regardez bien, ne dirait-on pas qu’une autre espèce, avec un point blanc tout rond sur la membrane noire, occupe aussi les lieux ?

© Gilles Carcassès
Melanocoryphus albomaculatus, sous l’antenne d’un gendarme – Cergy © Gilles Carcassès

Effectivement, quelques Melanocoryphus albomaculatus ont rejoint les troupes de gendarmes. Ces punaises consomment les fruits des Astéracées, notamment ceux des séneçons. Les gendarmes, quant à eux, se nourrissent des fruits des tilleuls et aussi des mauves. Ici, point de tilleuls à proximité, mais une très belle prairie riche en mauves et en séneçons.

Harmonia axyridis © Gilles Carcassès
Harmonia axyridis – Cergy © Gilles Carcassès

Une coccinelle asiatique, retardataire, inspecte les fissures du tronc et cherche un logement encore vacant pour se mettre à l’abri du froid. Tu t’y prends bien tard, petite coccinelle…

 

L'actualité de la Nature

Qui a peur des gendarmes ?

Quand j’étais gamin, à l’époque de la rentrée scolaire, je ramassais les gendarmes que je trouvais au pied des tilleuls de la cour de récréation et je les gardais dans des boîtes. J’aimais bien les grands maigres avec leur masque africain sur le dos et aussi les petits dodus qui les accompagnent. Depuis, j’ai appris qu’il ne faut pas les mettre en boîte, car rien ne prouve qu’ils aient le sens de l’humour.

Les gendarmes se prélassent au soleil sur un tronc de tilleul- Cergy © Gilles Carcassès
Une troupe de gendarmes se prélasse au soleil sur un tronc de tilleul – Cergy © Gilles Carcassès

Les adultes sont faciles à reconnaître avec leur motif rouge et noir qui rappelle les costumes des anciens gendarmes. Les autres sont des larves. Au cours de leur croissance, les larves effectuent plusieurs mues successives ; les plus âgées vont se transformer en adultes.

Le gendarme vient de sortir ses antennes © Gilles Carcassès
Pyrrhocoris apterus, mue imaginale © Gilles Carcassès

En quelques minutes, l’insecte adulte s’extrait alors de l’enveloppe de la larve, qui s’est fixée à une brindille. Sur cette photo, l’adulte vient de sortir ses pattes et d’extraire ses antennes. A leur extrémité, on distingue l’enveloppe de la tête de la larve, avec ses deux yeux désormais vides, qui paraissent blancs, et ses antennes noires.

Le tout jeune gendarme adulte n’a pas encore pris ses galons et il est encore un peu mou. Les motifs noirs vont apparaitre progressivement au fil des heures, et ses téguments vont durcir.

Pyrrhocoris apterus, jeune adulte © Gilles Carcassès
Pyrrhocoris apterus, jeune adulte © Gilles Carcassès

Je sens poindre votre question : faut-il se méfier des gendarmes ?

Les rassemblements de gendarmes, bien que spectaculaires, sont parfaitement inoffensifs. Ces punaises se régalent de graines de tilleul. Elles fréquentent aussi les mauves, les roses trémières et d’autres plantes à l’occasion, dont elles sirotent la sève à l’aide de leur rostre allongé.

Gendarme sur un fruit de tilleul - Cergy Grand centre © Gilles Carcassès
Le gendarme apprécie les fruits du tilleul – Cergy Grand centre © Gilles Carcassès

Les gendarmes ne font jamais de gros dégâts aux cultures ; il leur arrive même de neutraliser quelques pucerons. Ils ont leur place dans la nature et ne nous causent aucun désagrément : alors, protégeons et aimons nos amis les gendarmes !

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Grosse manif

Oxycarenus lavaterae sur le tronc d'un tilleul parisien © Gilles Carcassès
Oxycarenus lavaterae sur le tronc d’un tilleul au Parc floral de Paris © Gilles Carcassès

Certaines années, on peut observer en hiver de grands rassemblements sur les troncs des tilleuls. Ces pullulations sont spectaculaires mais ne sont pas dangereuses, elles ne nécessitent aucune mesure de lutte. A la belle saison, ces petites punaises se disperseront et iront sucer la sève des mauves, des roses trémières et aussi des tilleuls, tous membres de la même famille botanique.

Il ne faut pas confondre Oxycarenus avec une autre punaise, plus grande, appelée communément « gendarme », qui fréquente aussi en troupes les troncs des tilleuls.

Le gendarme, Pyrrhiciris apterus - Jouy-le-Moutier © Gilles Carcassès
Le gendarme, Pyrrhocoris apterus sur une feuille de pulmonaire – Jouy-le-Moutier © Gilles Carcassès

http://lejardindelucie.blogspot.fr/2013/11/oxycarenus-lavaterae-et-oxycarenus.html