L'actualité de la Nature

La cordulie bronzée

Cordulia aenea, la cordulie bronzée – Cergy © CACP – Mathilde Vassenet

Une jolie dame aux yeux verts et aux reflets bronzés !

Depuis quelques jours, la plage de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise est ouverte : un endroit parfait pour faire bronzette ! Pourtant, cette cordulie bronzée semble préfèrer les autres étangs de l’île.

Cette libellule (anisoptère) fait partie de la famille des Corduliidae. Après avoir été l’une des plus grandes prédatrices du fond de l’étang, cette libellule a émergé de l’eau pour se transformer en adulte. C’est l’un des premiers anisoptères à sortir au printemps. Elle affectionne les mares et les étangs avec des berges plutôt boisées. On l’observe souvent posée sur les branches des arbres.

L’éclosion des œufs se fait deux à trois semaines après la ponte, et les larves aquatiques passeront par douze stades en deux à trois ans avant d’émerger.

Pendant sa vie d’adulte, elle ira se nourrir dans les prairies et au-dessus de la mare ou de l’étang. Dotée de bonnes capacités de vol, elle pourra s’éloigner d’un à dix kilomètres de son lieu de naissance.

Retrouvez d’autres articles sur les odonates de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise :

L’anax empereur

Les jolies demoiselles de l’île de loisirs

Pris dans la toile

De belles gambettes

L’aeschne mixte

Le caloptéryx éclatant

L'actualité de la Nature

Les deux muscaris

La floraison des muscaris à grappes marque l’arrivée du printemps. Les fleurs de cette plante bulbeuse qui exhalent un léger parfum de prunes montrent un remarquable dégradé de bleu.

Muscari neglectum – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

En Ile-de-France, on peut rencontrer une autre espèce de muscari, plus tardive et plus haute, c’est le muscari à toupet.

Muscari comosum – vu à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Le muscari à toupet (Muscari comosum) est consommé dans les Pouilles : ses bulbes sont vendus sur les marchés sous le nom de lampascioni. On les fait bouillir à l’eau vinaigrée avant de les conserver dans de l’huile d’olive aromatisée au piment, au poivre et au laurier.

Muscari comosum et Muscari neglectum ont tous deux une origine méditerranéenne. Compte tenu de leur présence très ancienne en Ile-de-France, ces deux plantes sont toutefois considérées comme indigènes dans notre région. Autrefois les muscaris étaient des adventices des vignes, comme le souci des champs. Ils affectionnent toujours les lieux chauds et secs. On les trouve aujourd’hui dans les sols maigres sur les talus, au bord des champs, dans les jachères, parfois aux emplacements des anciennes vignes.

Muscari neglectum sur un talus au bord d’une rue de Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Les muscaris se reproduisent surtout végétativement par la multiplication des bulbes. Leurs graines d’ailleurs germent très mal. Ces plantes entrent en dormance en été, ce qui les rend particulièrement résistantes à la sécheresse. Pour cette raison, elles sont d’un bon emploi en toiture végétalisée ou en plantation de pied d’arbres.

Sources :

Muscari neglectum, par Ephytia (INRA)

Muscari à toupet : mi-punk, mi-oignon, par Sauvages du Poitou

L'actualité de la Nature

Les deux perches

Je n’y connaissais rien en poissons. Jacques, animateur nature à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise et fin pêcheur, a fait mon initiation. Maintenant, je sais reconnaître les deux espèces de perches qui peuplent les bassins de l’Ile de loisirs.

La perche commune

Perca fluviatilis, la perche commune – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Toute zébrée, voici la perche commune. C’est un poisson carnassier qui peut mesurer jusqu’à 50 cm pour un poids de 3 kg. La perche commune apprécie les eaux calmes des étangs et aime se cacher sous les pontons ou parmi les rochers. Sa chair est réputée. Les pêcheurs savent qu’il faut faire attention en la manipulant car sa nageoire dorsale épineuse est très piquante. C’est un animal grégaire qui se regroupe en bancs et chasse à plusieurs les petits poissons. Cette espèce consomme aussi des crustacés, des vers, des larves d’insectes…

La perche soleil

Lepomis gibbosus, la perche soleil © CACP – Gilles Carcassès

Introduite en France en 1877, la perche soleil est une espèce invasive originaire d’Amérique du Nord. On la reconnaît aisément à ses vives couleurs. Chez cette espèce au comportement territorial, la ponte s’effectue dans un nid préparé par le mâle à très faible profondeur. Les œufs des autres poissons semblent sa nourriture préférée, aussi la perche soleil est-elle réputée nuisible. Elle peut atteindre une vingtaine de centimètres de long et n’a aucun intérêt culinaire (ce qui aggrave sérieusement son cas !).

Jeune perche soleil – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Comme chez la perche commune, la nageoire dorsale déployée de la perche soleil est impressionnante, et piquante !

Leurre pour la pêche au brochet © CACP – Gilles Carcassès

Toutes carnivores qu’elles soient, les perches sont elles-mêmes des proies de choix pour le brochet, comme l’atteste ce leurre articulé arborant les rayures de la perche commune.

L'actualité de la Nature

Qu’ils sont beaux !

Cygnes noirs – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © François Lelièvre

On avait déjà vu un cygne noir à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise. Cette fois-ci, ils sont deux !

Cygnes noirs (Cygnus atratus) © François Lelièvre

On peut raisonnablement supposer qu’ils forment un couple, le mâle étant le plus grand. Peuvent-ils se reproduire aussi loin de l’Australie, terre de leurs origines ? Cela s’est déjà vu en Ile-de-France, à Verneuil-sur-Seine en 1996. En France, en dehors des parcs zoologiques, au moins 120 cygnes noirs vivent librement dans la nature, et l’on dénombre environ 30 couples.

Ces photographies ont été faites fin septembre 2017 à la plage du centre multisports. Je les ai cherchés récemment à l’Ile de loisirs, mais je ne les ai pas trouvés. Peut-être ces oiseaux sont-ils cachés dans un coin discret, ou partis vers un autre étang de la région…

L'actualité de la Nature

La crevette tueuse du Danube

Dikerogammarus villosus (la tête est à gauche)- Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Tiens un gammare zébré au fond de mon épuisette ! Ma partie de pêche à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise me réserve une drôle de surprise. Ce n’est pas le gammare commun, qui pullule dans les ruisseaux et les mares. Celui-là vient du Danube !

Dikerogammarus villosus se reconnaît à son aspect bicolore et aux deux petites pointes qui ornent le bas de son dos, tout près de sa queue (discrètes mais bien visibles sur la photo ci-dessus).

Un crustacé invasif

Cette espèce, originaire de la région de la mer Caspienne et de la mer Noire, a colonisé le Danube dans les années 1990, puis le Rhin en 1994 en empruntant un canal. En 1999 elle était détectée dans la Moselle. On pense que depuis 2003, elle est largement présente dans les réseaux hydrographiques de la Seine, de la Loire et du Rhône. On la retrouve parfois dans des étangs qui ont été contaminés par le débordement de rivières en crues.  Elle est même arrivée en Grande-Bretagne en 2010 peut-être dans le chargement d’un bateau, ou accrochée dans les plumes d’un oiseau.

Une tueuse !

Cette grande espèce peut atteindre 3 centimètres et sa voracité lui vaut son surnom de « crevette tueuse du Danube », bien que ce ne soit pas à proprement parler une crevette. Carnivore, elle s’attaque aux larves de libellules, aux alevins, aux autres crustacés… Beaucoup d’espèces de crustacés indigènes ne survivent pas là où elle s’installe.

La fiche de Dikerogammarus villosus par le groupe de travail Invasions Biologiques en Milieu Aquatique (GT IBMA)

Retrouvez d’autres articles sur la faune aquatique de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise :

Les éponges de l’Ile de loisirs

Méduse d’eau douce !

L’escargot mystère

L’hydre

L'actualité de la Nature

Belle découverte sur une scutellaire

Scutellaria galericulata – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

Sur les berges de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise

La scutellaire à casque (Scutellaria galericulata) est une Lamiacée vivace aux jolies fleurs bleues. On la trouve au bord de l’eau, ses akènes sont d’ailleurs disséminés par flottaison. Celle-ci était au bord d’un bassin de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise.

C’est en voulant photographier cette petite plante que j’ai découvert cette larve contrastée, en train de manger une de ses fleurs. Avec six paires de fausses pattes, ce n’est pas une chenille, mais la larve d’une tenthrède, autrement dit une fausse chenille.

Athalia scutellariae – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Vue de près, cette fausse chenille est tout en bourrelets. Cette espèce inféodée aux scutellaires n’est pas commune et elle est rarement observée. Les adultes passent souvent inaperçus car ils sont difficiles à distinguer d’espèces proches. En revanche, la larve est tout à fait caractéristique avec ses ponctuations blanches en relief.

Retrouvez d’autres articles sur les tenthrèdes :

La tenthrède du chêne

La tenthrède du sureau yèble

L'actualité de la Nature

Des méduses bien inoffensives

Dans le bassin dédié au ski nautique – Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Gilles Carcassès

A l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, des skieurs nautiques ont fait une bien curieuse rencontre : dans le grand virage, près des poteaux, ils ont aperçu des méduses ! Cela mérite bien une exploration ; me voilà parti en bateau, armé d’un gros bocal, à la recherche des méduses. A l’endroit indiqué, effectivement, j’en ai vu deux, flottant près de la surface. Grosses comme des pièces d’un euro, elles ont bien voulu rentrer dans mon bocal d’observation.

Craspedacusta sowerbii © CACP – Gilles Carcassès

Sur cette vue agrandie, certains tentacules apparaissent légèrement granuleux, c’est là un critère de détermination de l’espèce Craspedacusta sowerbii. Cette méduse d’eau douce qui ne dépasse pas les 2 centimètres d’envergure consomme des rotifères et des daphnies. Les plus grosses pèsent 4 grammes et contiennent 99% d’eau.

Une espèce sans danger pour l’homme

Cette méduse est-elle urticante ? Sylvain en a courageusement saisi une à la main : test négatif ! En fait, si elles sont bien dotées de cellules capables d’immobiliser leurs proies microscopiques, elles ne piquent pas la peau humaine. Rien à voir donc avec les grosses espèces marines responsables de brûlures et de démangaisons !

Méduse d’eau douce en vue rapprochée © CACP – Gilles Carcassès

Elle apprécie les eaux de bonne qualité

C’est une espèce des eaux claires, au ph neutre et sans traces de pollutions. Sa présence est donc plutôt rassurante quant à la qualité des eaux de l’Ile de loisirs.

Méduses d’eau douce – Cergy © CACP – Gilles Carcassès

Avec un fond bleu (une chaise de bar !), cela fait plus cinématographique.

Ces méduses ne sont visibles qu’en été. Quand la température de l’eau est plus froide, ce sont de minuscules polypes fixés au fond de l’eau.

Source : La méduse d’eau douce par le site DORIS

L'actualité de la Nature

Une épipactis sans chlorophylle

Une touffe d’épipactis helléborine dépourvue de chlorophylle, vue à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise © CACP – Béatrice Fromentin

C’est une plante mutante comme on en croise parfois, totalement dépourvue de chlorophylle. Seul un pigment violet, présent normalement sur la plante lui donne un peu de couleur. Sans chlorophylle, elle ne devrait pas survivre, ainsi privée de sa capacité à tirer profit de l’énergie solaire. Cette orchidée sauvage, une Epipactis helleborine, partage peut-être le même secret que la néottie nid d’oiseau ?  Cette orchidée non chlorophyllienne de nos sous-bois tire profit d’une relation symbiotique complexe faisant intervenir un champignon mycorhizien et un arbre.

Epipactis helleborine © CACP – Gilles Carcassès

Bravo à Annie, Laurent et Gaëtan qui ont su identifier la plante mystère. Trop forts, mes lecteurs !

Le mystère des orchidées « albinos », par Le saule causeur

L'actualité de la Nature

Le cygne noir est revenu

Cygne noir- Cergy © Gilles Carcassès
Cygne noir au soleil du soir – Cergy © Gilles Carcassès

A voir en ce moment à l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise, près de la plage du parc à bateaux : le cygne noir. Il barbote en compagnie d’une petite troupe de cygnes tuberculés, remontant des herbes aquatiques du fond pour les consommer. Aux derniers comptages Wetlands, les ornithologues ont en recensé 5 seulement pour toute l’Ile-de-France.

Retrouvez ici l’histoire des origines du cygne noir