L'actualité des jardins

Au potager fruitier du château de La Roche-Guyon

L’un des bassins du potager fruitier du château de La Roche-Guyon © CACP – Gilles Carcassès

Connaissez-vous le potager fruitier du château de La Roche-Guyon ?

C’est un endroit sublime où les jardiniers essaient plein de techniques pour produire sans pesticides des fruits et des légumes savoureux et variés. J’avais décidé de rendre visite à mon ami Jean-Luc, chef jardinier. Ce matin-là, son domaine était investi par toute une équipe de tournage pour un reportage de l’émission « Comme une envie de jardins » qui passera sur France 3 à la rentrée. Alors, je me suis fait discret pour échapper aux attaques du drone et ne pas rentrer dans le champ des caméras…

Séchage des oignons blancs © CACP – Gilles Carcassès

Les oignons blancs de semis sont récoltés : il faut les laisser bien sécher sur la parcelle avant de les rentrer pour qu’ils se conservent.

Amarante pourpre © CACP – Gilles Carcassès

Au potager fruitier du château de La Roche-Guyon, beaucoup de légumes et de fruits sont peu connus. Ci-dessus, une amarante pourpre cultivée pour ses graines comestibles.

Cétoine sur une fleur de cardon © CACP – Gilles Carcassès

On y cultive des plantes favorables aux auxiliaires

Les cardons ont bien donné, et ces plantes géantes s’épanouissent maintenant pour le régal des bourdons. Une grosse cétoine en profite aussi. Ses larves aideront à la fabrication du compost produit en tas directement dans les parcelles du jardin.

Souci dans le verger © CACP – Gilles Carcassès

Au verger, c’est la pleine production de la pomme d’été Transparente blanche, rafraichissante et acidulée. Pour aider les insectes auxiliaires à lutter contre les ravageurs, de nombreuses plantes fleuries bordent les allées. Les soucis, par exemple, sont connus pour favoriser les punaises prédatrices.

Citron sur un zinnia © CACP – Gilles Carcassès

Et les zinnias aux fleurs simples, très nectarifères, sont particulièrement bénéfiques pour les insectes pollinisateurs.

Merci Jean-Luc, les choux raves à la menthe étaient délicieux !

Retrouvez nos articles :

Une visite au potager du château de La Roche-Guyon

La larve de la cétoine

En savoir plus :

Le potager fruitier du château de La Roche-Guyon

L'actualité des jardins

Trognes, mon amour

J’ai retrouvé les trognes de mon enfance. Ces saules têtards me paraissaient déjà vieux quand, tout gamin, je jouais dans ce qui était pour moi la jungle de Robinson Crusoé.

Saules têtards - La Roche-Guyon © Gilles Carcassès
Saules têtards – bords de Seine, La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Leurs cavités sont une vraie chance pour la biodiversité : des reptiles, des oiseaux cavernicoles comme le troglodyte ou la chouette chevêche, des chauves-souris, des crapauds, de nombreux insectes et araignées peuvent y trouver refuge.

L’arbre têtard est le résultat d’une taille régulière qui consiste en la suppression des toutes les branches sur un tronc court qui prend au fil des cicatrisations une forme en massue. Cette conduite donne à l’arbre une très grande résistance au vent et une exceptionnelle longévité.

Ces formes que l’on rencontre typiquement dans le bocage permettaient la récolte aisée de bois jeune, pour la vannerie, le fourrage ou le foyer.

Certains paysagistes et des gestionnaires d’espaces verts renouent avec cette tradition, y compris dans des sites urbanisés.

Jeunes saules têtards à Sarcelles © Gilles Carcassès
Jeunes saules têtards à Sarcelles © Gilles Carcassès

Voilà un aménagement économique : ces saules ont été bouturés. Ils sont taillés régulièrement de façon à former un tronc d’une hauteur d’un mètre cinquante.

saules têtards - parc du Sausset © Gilles Carcassès
Saules têtards – parc du Sausset © Gilles Carcassès

Ceux-là ont quelques années de plus.

saules tressés - London Wetland center © Gilles Carcassès
saules tressés – London Wetland center © Gilles Carcassès

Ils sont malins, ces anglais ! En utilisant la technique du tressage de boutures de saule, ils vont obtenir en une dizaine années seulement des formations végétales très semblables à des trognes qui seront aussi creuses et accueillantes pour la faune que des saules têtards centenaires.

saules (maladroitement) taillés © Gilles Carcassès
Saules (maladroitement) taillés © Gilles Carcassès

Pour ceux-là, tout n’est pas perdu. Car le jardinier saura supprimer ces bâches en plastique si néfastes à la vie du sol et choisir un mode de conduite durable pour ces saules. Il pourra soit les rabattre très près du sol tous les deux ans et former ainsi une haie d’allure naturelle, soit ne conserver que les meilleures tiges pour former les futurs troncs de trognes, à tailler régulièrement, espacées de quelques mètres.

Le guide des arbres têtards par l’association Gentiana

L'actualité des jardins

Le choix de la prairie

Le demi-deuil (Melanargia galathea) sur une fleur de centaurée : un spectacle classique des prairies © Gilles Carcassès
Le demi-deuil (Melanargia galathea) sur une fleur de centaurée : un spectacle classique des prairies © Gilles Carcassès

Pour favoriser la biodiversité de leurs trames vertes, et en application des principes de gestion différenciée des espaces verts, les collectivités conduisent souvent certains de leurs espaces herbeux en prairies plutôt qu’en pelouses régulièrement tondues. Se pose alors la question des modalités de gestion de ces prairies, notamment pour les dates des opérations de fauche. En ville, il faut bien considérer les contraintes locales et coordonner des objectifs parfois divergents.

Mais qu’appelle-t-on prairies ? Ce sont des espaces herbeux, dominés par les graminées, dans lesquels peuvent cohabiter de nombreuses plantes vivaces locales et quelques annuelles adaptées à ce type de milieu. Pour conserver le caractère ouvert de ces espaces et empêcher l’arrivée des ronces, des arbustes et des arbres, il faudra effectuer au moins une fauche par an, ou entretenir par pâturage.

La sauge des prés est très appréciée des bourdons. © Gilles Carcassès
La sauge des prés, plante vivace des prairies, a de belle fleurs bleues appréciées des bourdons. © Gilles Carcassès

La faune sauvage qui bénéficie de la végétation de la prairie se portera très bien avec une seule fauche annuelle réalisée le plus tard possible en saison. Ainsi, une fauche tardive, classiquement réalisée en octobre, permet d’assurer le cycle de vie complet de la plupart des plantes jusqu’à la maturation des graines, et favorise la reproduction des insectes qui leur sont associés.

Pour des raisons d’esthétique, d’usage ou de sécurité, une fauche intermédiaire peut être réalisée en été.  Il ne faut pas l’effectuer avant juillet : on ménagera ainsi la floraison des orchidées sauvages, et celle de nombreuses plantes vivaces sauvages qui font l’agrément et l’intérêt biologique des prairies pendant les mois de mai et de juin. Et pour une bonne production des graines de ces plantes, il est préférable d’attendre le 15 août. Après une fauche estivale, certaines vivaces de la prairie pourront faire une deuxième floraison à l’automne, mais moins spectaculaire et sur des tiges moins hautes.

Une troisième opération de fauche est parfois ajoutée au printemps. Il faut alors prendre garde de l’effectuer avant la montée des tiges de ces plantes vivaces de prairies : pas après la fin avril en tout cas. Natureparif, dans son guide de gestion différenciée à l’usage des collectivités préconise de ne pas faucher entre le 1er mai et le 15 août.

La prairie de la coulée verte à Vauréal © Gilles Carcassès
La prairie de la coulée verte à Vauréal © Gilles Carcassès

Il existe en fonction des types de sols et de l’exposition de nombreux types naturels de prairies. Sur notre territoire, les coteaux secs et pentus d’une part, et les zones inondables d’autre part fournissent les prairies les plus riches potentiellement en terme de biodiversité. L’entretien par le pâturage constitue un excellent moyen de développer le potentiel de biodiversité de ces espaces, qu’ils soient secs ou humides. Si l’on recourt au fauchage, il faut absolument exporter soigneusement les coupes pour ne pas enrichir le sol au risque de banaliser le cortège végétal. Le fauchage par barre de coupe (ou à la faux pour les petits espaces) est bien plus respectueux de la vie de la prairie que le broyage mécanique. Enfin, le maintien d’une petite partie non fauchée permet de créer une zone refuge pour la faune qui ainsi pourra facilement recoloniser l’espace après les opérations d’entretien.

Une praire naturelle à La Roche-Guyon. On devine sa composition : fromental, trèfle des prés, rhinanthe, campanule raiponce, centaurée jacée, orchis pyramidal, dactyle aggloméré, lotier corniculé... © Gilles Carcassès
Une praire naturelle à La Roche-Guyon. On devine sa composition : fromental, trèfle des prés, rhinanthe, campanule raiponce, centaurée jacée, orchis pyramidal, dactyle aggloméré, lotier corniculé, silène enflé, sauge des prés… © Gilles Carcassès

Entretenir une prairie fleurie par Jardins de Noé

Retrouvez nos articles :

Pour les amateurs de matériel

Un indicateur de qualité des prairies urbaines

La gestion écologique des espaces verts

L'actualité de la Nature

La Roche-Guyon – les belles découvertes du 12 juin 2014

Le lin à feuilles tenues (Linum tenuifolium) et la vue vers Vétheuil © Gilles Carcassès
Le lin à feuilles ténues (Linum tenuifolium) et la vue sur les falaises vers Haute-Isle © Gilles Carcassès
Ce scoubidou poilu est une chenille de zygène. © Gilles Carcassès
Ce scoubidou poilu est une chenille de zygène. © Gilles Carcassès

Avec quelques heures de plus, les visiteurs auraient pu rencontrer d’autres joyaux (j’y suis retourné, c’était trop tentant !).

L'ophrys bourdon (Ophrys fuciflora) est ici en compagnie de la brize intermédiaire (Briza intermedia) et du genêt des teinturiers (Genista tinctoria). © Gilles Carcassès
L’ophrys bourdon (Ophrys fuciflora) est ici en compagnie de la brize intermédiaire (Briza intermedia) et du genêt des teinturiers (Genista tinctoria). © Gilles Carcassès
Cette mouche téphritide attire son mâle en émettant des phéronomes sexuelles. Elle a déployé son ovipositeur qui lui permet de pondre ses œufs dans le cœur des chardons du genre carduus. Ce scoubidou poilu est une chenille de zygène. © Gilles Carcassès
Cette mouche téphritide (un Urophora) attire son mâle en émettant des phéronomes sexuelles. Elle a déployé son ovipositeur télescopique qui lui permet de pondre dans le cœur des chardons ou des centaurées. © Gilles Carcassès
Le miroir de Vénus (Legousia speculum-veneris) dans les blés au bord du chemin des crêtes. Curieux, cette plante n'est citée dans la flore d'Arnal. © Gilles Carcassès
Quelques pieds de spéculaire miroir-de-vénus (Legousia speculum-veneris) se cachaient dans les blés au bord du chemin des crêtes. C’est étonnant, cette espèce n’est pas citée dans la flore d’Arnal. © Gilles Carcassès
L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

12 juin 2014 : sortie du réseau à La Roche-Guyon

Au potager-verger du château de La Roche-Guyon © Gilles Carcassès
Au potager-verger du château de La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Un groupe d’élus et de jardiniers des communes de Courdimanche, Eragny, Menucourt et Vauréal s’étaient donné rendez-vous à La Roche-Guyon pour la traditionnelle sortie de juin. L’occasion de mieux se connaître, de partager des expériences et d’explorer de nouveaux champs de connaissance.

La matinée a été consacrée à la visite du potager-verger du château de La Roche-Guyon sous la conduite de son responsable technique Jean-Luc Bource. Comment concilier une production de qualité de fruits et légumes variés, avec des moyens limités, dans un espace ouvert au public et en gestion écologique ? Le secret de Jean-Luc : innover, oser, se tromper parfois, et apprendre toujours !

Les planches de fraisiers ont suscité un vif intérêt © Gilles Carcassès
Les planches de fraisiers ont suscité un vif intérêt © Gilles Carcassès
Un peu d'espionnage technique en regardant sous les jupes de la Stab-net, la machine à désherber les allées © Gilles Carcassès
Un peu d’espionnage technique en regardant sous le plateau de la Stab-net, la machine à désherber les allées © Gilles Carcassès

Après un pique-nique sous l’ombrage des tilleuls centenaires des berges de Seine, le groupe a investi les crêtes. Armés de la « Flore des coteaux de la Seine autour de La Roche-Guyon » de Gérard Arnal, aimablement prêté par Natureparif, les botanistes en herbe ont identifié plantes rares et communes avec beaucoup d’enthousiasme (et d’éternuements pour certains). Ce fut un très bon entraînement pour le protocole Florilèges de suivi botanique des prairies auquel plusieurs participants avaient été formés l’avant-veille.

A peine sortis des voitures et déjà des trésors ! © Gilles Carcassès
A peine sortis des voitures, et déjà des trésors à observer ! © Gilles Carcassès
Le mélampyre des champs a bien plu. Il est possible d'en installer cette dans une prairie, en pratiquant un sur-semis. Cette espèce hémiparasite causait autrefois des préjudices aux cultures de blé. © Gilles Carcassès
Le mélampyre des champs (Melampyrum arvense) a bien plu. Il est possible d’en installer dans une prairie, en pratiquant un sursemis. Cette espèce hémiparasite était autrefois préjudiciable aux cultures de blé. © Gilles Carcassès

http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-41577-synthese

L'actualité de la Nature

Volucelle que vous croyez

Volucella bombylians, la volucelle bourdon © Gilles Carcassès
Volucella bombylans, la volucelle bourdon. On remarquera ses antennes plumeuses, un des signes distinctifs du genre © Gilles Carcassès

En visite au jardin de la Couleuvre à Pontoise, siège du CAUE du Val-d’Oise, j’ai rencontré cette volucelle bourdon. Ce diptère, par sa pilosité et sa corpulence, ressemble à s’y méprendre à un bourdon. Il existe plusieurs formes diversement colorées de cette espèce, correspondant à différentes espèces de bourdons. Il semble que cette mouche ne limite pas la ressemblance à l’aspect visuel car elle émet aussi un bourdonnement voisin de celui des bourdons. Elle visite les nids des bourdons pour y pondre ses œufs. Les larves s’y nourriront de déchets trouvés au fond du nid, et parfois aussi un peu du couvain.

L’adulte est un pollinisateur actif.

Tout savoir sur les ennemis des bourdons

Volucella pellucens, la volucelle transparente sur des fleurs de troëne à La Roche-Guyon © Gilles Carcassès
Volucella pellucens, la volucelle transparente © Gilles Carcassès

Une espèce voisine, la volucelle transparente, vue ici sur un troène en fleurs à La Roche-Guyon, trompe chimiquement la guêpe commune et la guêpe germanique pour aller pondre dans leur nid souterrain. On la voit souvent se nourrir sur les fleurs blanches.

Si, comme sur cette photo, les yeux ne se touchent pas, c’est qu’on affaire à une femelle.

Une autre vue de Volucella pellucens montrant la transparence de l'abdomen © Marion Poiret
Une autre vue de Volucella pellucens montrant la transparence de l’abdomen © Marion Poiret
L'actualité des jardins

Voyage d’étude à La Roche-Guyon

Comme chaque année à la mi-juin, un groupe de jardiniers des communes de Cergy-Pontoise se retrouvera pour un pique-nique amical et instructif dans un jardin hors du territoire. Cette année, c’est le responsable technique du potager verger du château de La Roche-Guyon qui accueillera le groupe pour un échange sur le thème très tendance du jardin écologique et alimentaire. L’après-midi, la cellule Biodiversité de la Communauté d’agglomération proposera une découverte des pelouses calcaires des crêtes au-dessus du village. Une façon d’approfondir les acquis de la formation au protocole Florilèges prairies en s’entraînant à la détermination de quelques plantes rares dans ce haut-lieu de la botanique francilienne.

Le potager verger du château de La Roche-Guyon © Gilles Carcassès
Le potager verger du château de La Roche-Guyon © Gilles Carcassès

Pour tout renseignement : biodiversite@cergypontoise.fr

http://www.chateaudelarocheguyon.fr/heading/heading14514.html