L'actualité de la Nature

Le cuivré commun

Lycaena phlaeas sur des fleurs de tanaisie – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Aux abords du campus de Neuville-sur-Oise, nous observons régulièrement sur les fleurs de tanaisie le cuivré commun. Ce papillon de la famille des Lycaenidae a pour plante-hôte les rumex. On le trouve dans les formations végétales où sont présentes les différentes espèces d’oseilles sauvages : pelouses, friches, prairies humides, tourbières… Le mâle a un comportement territorial et décolle au moindre passage d’un papillon dans son champ de vision.

Lycaena phlaeas – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Celui-ci était en compagnie d’un oedemère noble.

Source :

Le cuivré commun, dans l’atlas des papillons de jour et des zygènes d’Ile-de-France

Retrouvez d’autres Lycaenidae :

L’argus bleu nacré

L’azuré des nerpruns

Collier de corail

L’azuré de la luzerne

L’azuré porte-queue

L'actualité de la Nature

La phalène picotée

Ematurga atomaria femelle, la phalène picotée – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès
Ematurga atomaria mâle – parc du peuple de l’herbe © CACP – Gilles Carcassès

Quelles différences voyez-vous entre le mâle et la femelle de la phalène picotée ?

La femelle a le fond des ailes plus blanc ? C’est vrai, le mâle est de teinte plus jaune.

Les antennes du mâle sont pectinées ? Voilà un critère décisif. Mais à quoi lui servent ses antennes extravagantes ? A chercher les femelles bien sûr, car il les repère à l’odeur, et de très loin paraît-il.

Ematurga atomaria n’est pas difficile quant aux plantes hôtes : ses chenilles consomment les bruyères, les genêts, les lotiers, les coronilles, les centaurées et bien d’autres plantes basses.

Ce papillon est un hétérocère, c’est-à-dire un papillon de nuit, bien qu’on le voie souvent voleter en plein jour quand on le dérange en passant dans les hautes herbes.

Ematurga atomaria – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

La voyez-vous, la phalène picotée cachée dans les herbes ?

Source :

Phalène picotée, par Les carnets nature de Jessica

Retrouvez d’autres Geometridae dans ces articles :

La panthère

Le géomètre à barreaux

La brocatelle d’or

L'actualité de la Nature

L’hespérie des sanguisorbes

Spialia sertorius – réserve naturelle de la boucle de Moisson © CACP – Emilie Périé

Les hespéries sont de petits papillons de jour difficiles à déterminer, sauf cette espèce repérable à la coloration rousse du bout de l’abdomen et au bel alignement des quatre taches blanches submarginales de l’aile antérieure (chez les Pyrgus, la quatrième tache est décalée, voir ci-dessous).

Spialia sertorius – réserve naturelle de la boucle de Moisson © CACP – Gilles carcassès
Pyrgus malvae – réserve naturelle de la boucle de Moisson © CACP – Emilie Périé

L’hespérie des sanguisorbes est une espèce très peu observée en Ile-de-France en dehors de la région de Fontainebleau. Cettia Ile-de-France indique depuis 2012 deux observations dans les Yvelines et une dans le Val d’Oise. Spialia sertorius est classé « vulnérable » dans la liste rouge régionale des papillons de jour. Sa plante hôte préférée est la petite pimprenelle, Poterium sanguisorba (synonyme Sanguisorba minor).

Inflorescence de Poterium sanguisorba, la petite pimprenelle – Saint-Ouen l’Aumône © CACP – Gilles Carcassès

Sources :

Spialia sertorius, par Bourgogne Nature

Spialia sertorius, dans l’Atlas des papillons de jour et des zygènes d’Ile-de-France

Retrouvez nos articles :

Papillons de prairies : les tendances 2018

Le déclin des papillons de jour

L'actualité de la Nature

Retour sur la sortie nature du 28 mars 2019 au campus de Neuville-sur-Oise

Un beau succès !

Petite galle du chêne (Neuroterus anthracinus) – Neuville-sur-Oise  © CACP – Alexandra Oswaldt

La sortie nature au campus de Neuville-sur-Oise, dans la cadre de l’événement Make Neuville Green Again avait été annoncée par notre article du 13 mars 2019. Les participants ont été invités à une petite boucle, de la Maison Internationale de la Recherche à la gare, ponctuée d’arrêts qui ont permis de lever le voile sur certains aspects étonnants de la biodiversité locale :

Chelidonium majus © CACP – Gilles Carcassès

La chélidoine : les fourmis n’y résistent pas !

Le chiendent pied-de-poule : un couvre-sol aux performances records

Le cranson du Danemark : comment est-il arrivé là ?

Fourmis rousses des prés – © CACP – Gilles Carcassès

La fourmi rousse des prés : des prédateurs de chenilles très efficaces

Le gaura : échappé de jardins et déjà naturalisé ?

Les galles des chênes : une diversité insoupçonnée

Un cimetière d’escargots : qui est le coupable ?

Tanaisie en fleurs – Neuville-sur-Oise © Gilles Carcassès

La tanaisie : la plante des Barbares

Des approfondissements seront proposés ce printemps, en priorité aux étudiants, qui permettront de constituer des inventaires de biodiversité du campus de Neuville-sur-Oise, mettant en application différents protocoles de sciences participatives, sur les oiseaux, les coccinelles, les plantes, les papillons…

Le paon de jour (Aglais io) – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès
L'actualité de la Nature

La cardère : qu’y a-t-il à l’intérieur ?

Cardères en hiver – parc du peuple de l’herbe à Carrières-sous-Poissy © CACP – Gilles Carcassès

Malgré leurs épines, les cardères ne sont pas des chardons. Ces plantes bisannuelles sont maintenant classées dans la famille des Caprifoliaceae. Leurs inflorescences sont très visitées en hiver par les chardonnerets qui en extraient les graines avec leur bec pointu.

Deux chardonnerets au parc du château de Grouchy à Osny. Celui de droite est sur une cardère © CACP – Gilles Carcassès

Voici les graines qui tombent de l’inflorescence sèche quand on la secoue :

Akènes de cardère © CACP – Gilles Carcassès

Comme je suis curieux, j’ouvre une inflorescence pour savoir comment c’est fait à l’intérieur.

Capitule de cardère ouvert © CACP – Gilles Carcassès

C’est tout creux ! Et l’on voit quelques graines encore présentes au fond de leur logement entre les bractées de l’inflorescence.

Chenille dans une tête de cardère © CACP – Gilles Carcassès

J’en ouvre une autre. Surprise : la cavité de cette inflorescence est habitée ! Une petite chenille gris clair y a accumulé une belle quantité d’excréments et a tissé un discret cocon. On voit au-dessus d’elle un orifice bien rond. Je suppose que c’est le trou d’entrée de la jeune chenille.

Que nous apprend la littérature scientifique ?

Il existe bien une noctuelle de la cardère, mais sa chenille est rayée et elle ne ressemble pas du tout à la mienne. Il s’agirait en fait de la larve d’un Endothenia, papillon de nuit de la famille des Tortricidae. Il semble que deux espèces de ce genre fréquentent ainsi les inflorescences des cardères. Distinguer les adultes de ces deux espèces est un exercice délicat, et reconnaître les chenilles encore plus difficile. J’en resterai donc au genre.

Pour espérer voir un jour le papillon, je referme délicatement l’inflorescence avec un peu de fil à coudre et je la place dans un sachet de papier épais suspendu à un arbuste du jardin. Il me faudra patienter jusqu’en avril, paraît-il.

Etonnante médication

François-Joseph Cazin, médecin et botaniste français (1788 – 1864) dans son Traité pratique et raisonné de l’emploi des plantes médicinales indigènes nous rapporte ceci (page 87) :

« On rencontre dans la partie supérieure du chardon à foulon un ver qui, écrasé sur les dents, peut, par son application, ou même par le contact des doigts avec lesquels on l’a broyé, produire un calme instantané, une cessation immédiate de la douleur odontalgique. J’ai plusieurs fois employé ce singulier moyen avec succès. La douleur revient au bout de dix, quinze ou vingt minutes ; mais une nouvelle application produit le même soulagement. Je l’ai réitérée jusqu’à cinq fois successives sur la même dent, et toujours j’ai obtenu le même résultat. J’engage les savants à faire des recherches sur les causes de cet effet vraiment extraordinaire. »

Personne n’avait mal aux dents autour de moi, on ne saura pas si cela fonctionne.

Sources :

Endothenia gentianaeana/marginana, par Les carnets nature de Jessica

Endothenia gentianaeana, par Lepiforum

Endothenia marginana, par Lepiforum

Endothenia marginana, par Ukmoths

Autre article :

On ne choisit pas sa famille

L'actualité de la Nature, L'actualité des jardins

Le réveil du Vulcain

Les Belles jardinières – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Au jardin partagé des Belles jardinières, il y a toujours quelque chose à voir.

Tephritis vespertina – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Sur les choux cavaliers, les chenilles de la piéride ne sont plus là, mais une mouche Tephritidae se chauffe au soleil. L’extrémité de l’aile est noire avec un petit point blanc : il s’agit de Tephritis vespertina, dont la larve vit dans les capitules de la porcelle enracinée, une astéracée très commune dans les pelouses.

Je suis des yeux un papillon à l’allure sombre. Il finit par se poser sur le pignon de la maison de Patrice.

Papillons sur un mur © CACP – Gilles Carcassès

C’est un vulcain. Ce papillon a passé l’hiver à l’état adulte, abrité dans une cavité ou sous un tas de feuilles. Les premiers rayons de soleil de février l’ont réveillé.

Vanessa atalanta – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Lorsqu’il étale ses ailes, on voit le grand motif orange presque circulaire, ponctué dans sa partie arrière de petites taches noires avec des écailles bleues.

Ces deux belles espèces sont allées rejoindre l’atlas de biodiversité participatif de Vauréal.

Autres articles :

Qui mange quoi ?

Suivons les vulcains

Sources :

Vanessa atalanta, dans l’Atlas des papillons de jour et zygènes d’Ile-de-France (Cettia)

Database of Insects and their food plants

L'actualité de la Nature

Les ptérophores, de bien étranges papillons !

Emmelina monodactyla © CACP – Gilles Carcassès

Cette silhouette en T est typique des Pterophoridae, une famille de papillons de nuit qui compte 144 espèces en France (et je n’en connais que quatre !).

Comme tous les lépidoptères, ils ont bien deux paires d’ailes, mais elles sont étroites et généralement superposées. Ci-dessus, l’une des espèces les plus fréquentes dans cette famille, le ptérophore commun (Emmelina monodactyla) dont la chenille consomme les fleurs et les jeunes feuilles de liserons.

Pterophorus pentadactyla, le ptérophore blanc © CACP- Gilles Carcassès

Le ptérophore blanc, aux ailes nettement lobées et plumeuses est aussi un hôte des liserons. On trouve cette espèce dans les mêmes endroits que la précédente, les jardins et les bords des champs.

Gillmeria ochrodactyla – Eragny-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Cette autre espèce se nourrit sur la tanaisie. Elle fréquente les friches.

Amblyptilia sp. – parc du château de Grouchy à Osny © CACP – Gilles Carcassès

Quant aux Amblyptilia , leurs chenilles consomment de nombreuses espèces de plantes basses dont les liserons, les géraniums, les menthes et aussi l’épiaire des bois. Pour cela, on peut rencontrer cette espèce dans les bois humides, comme ici dans le parc du château de Grouchy. Elle est commune en raison de son caractère polyphage.

De très nombreuses autres espèces dans cette famille sont spécialisées sur un genre ou même une espèce de plante. Il existe des Pterophoridae inféodées plus ou moins strictement aux tussilages, aux seneçons, aux knauties, aux laitues vireuses, aux germandrées, aux origans, aux gentianes, aux marrubes, aux inules, aux pâquerettes, aux eupatoires… Et beaucoup d’espèces n’ont pas de plantes hôtes connues. Il reste tant à découvrir sur la biologie de ces étranges papillons !

Découvrez dans ces articles les étonnantes chenilles de quelques Pterophoridae :

Méfiez-vous des faux bruns !

Une chenille bien fatiguée

Sources :

Pterophoridae, par Papillons de Poitou-Charentes

Pterophoridae, par British Lepidoptera

L'actualité de la Nature

L’énigme du sphinx

Bravo à Laurent qui a su résoudre l’énigme du sphinx !

Objets cannelés non identifiés – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Ces objets étranges trouvés dans un nichoir à mésanges sont les crottes d’une chenille de sphinx. Compte-tenu de l’environnement de la découverte, le sphinx du troène est plausible, ainsi que celui du tilleul. Pourquoi une chenille est-elle venue crotter dans un nichoir à mésanges ? On peut supposer qu’elle y est venue en été après le départ des oisillons. Peut-être avait-elle trouvé là un endroit sûr pour passer ses nuits…

Chenille du sphinx du tilleul, Mimas tiliae © CACP – Gilles Carcassès

Retrouvez dans cet article d’autres espèces de sphinx :

J’ai trouvé un serpent cyclope !

Le visiteur du soir

Source (avec une photo de crottes cannelées d’une chenille de sphinx) :

Le sphinx du troène, pages entomologiques d’André Lequet

Agenda, L'actualité de la Nature

Joyeux Noël 2018 !

La phalène brumeuse © CACP – Gilles Carcassès
Operophtera brumata © CACP – Gilles Carcassès

D’or et de lumière !

Ce mâle de phalène brumeuse, en ce soir de décembre est venu me rendre visite à la fenêtre du salon. Les écailles de ses ailes brillent sous la lumière de mon flash et font écho aux décors de Noël.

Je vous souhaite à tous de très bonnes fêtes !

L'actualité de la Nature

Qui mange la vipérine ?

Chenille d’Ethmia bipunctella – Neuville-sur-Oise © CACP – Gilles Carcassès

Cette chenille vivement colorée est celle d’Ethmia bipunctella. On la rencontre classiquement sur les vipérines, mais aussi sur la bourrache et d’autres plantes de la famille des Boraginaceae. Les Ethmia sont de petits papillons de nuit, noir et blanc et de forme allongée.

Ethmia quadrillella – Vauréal © CACP – Gilles Carcassès

Voici Ethmia quadrillella, une espèce très proche d’Ethmia bipunctella. J’ai observé ce papillon dans un jardin près d’un ruisseau à Vauréal, près d’une touffe de consoude, une autre Boraginaceae.

Source :

Ethmia bipunctella, par MyrmecoFourmis

Retrouvez notre article :

Vipérines