Le pouillot véloce, agent de biocontrôle

Phylloscopus, le pouillot véloce © CACP - Gilles Carcassès

Phylloscopus collybita, le pouillot véloce © CACP – Gilles Carcassès

On connaissait l’efficacité attestée des mésanges dans la lutte contre la processionnaire du pin. Voici le pouillot véloce, grand amateur d’insectes, promu officiellement à son tour agent de biocontrôle.

Une étude récente de l’INRA Bordeaux-Aquitaine (1) a étudié les conditions de l’efficacité de la prédation des chenilles parasites de la vigne par les oiseaux insectivores (comme le rougequeue à front blanc et le pouillot véloce) et a démontré l’effet bénéfique de l’hétérogénéité du paysage.

Ainsi, dans une perspective de réduction de l’usage de produits phytosanitaires par le secours des oiseaux insectivores, il peut donc être utile, nous disent les scientifiques, d’enherber les rangs de vigne en diversifiant les espèces ensemencées, et de ménager dans la vigne ou son environnement proche une mosaïque d’habitats favorables aux oiseaux, comme des buissons, des arbres et des prairies. Les grandes monocultures et la terre nue ne sont pas propices à la biodiversité, on s’en doutait un peu.

Semis de pois dans un vignoble en bio en Alsace © CACP - Gilles Carcassès

Semis de pois dans un vignoble en bio en Alsace © CACP – Gilles Carcassès

Des oiseaux insectivores pour contrôler les insectes ravageurs des vignobles, un article de l’INRA (2016)

Le grèbe castagneux

J’ai cru voir une pantoufle flotter sur le bassin Blanche de Castille à Saint-Ouen l’Aumône !

Tachybaptus ruficollis, le grèbe castagneux © Gilles Carcassès

Tachybaptus ruficollis, le grèbe castagneux (couleur de châtaigne) © CACP – Gilles Carcassès

Sa forme ramassée donne à cet oiseau une silhouette inimitable. C’est le plus petit de nos grèbes, et son régime alimentaire est surtout constitué de mollusques et de crustacés d’eau douce. Infatigable plongeur, le grèbe castagneux aime beaucoup jouer à cahe-cache avec les photographes.

Le reflet roux sur sa joue est un avant-goût de son plumage nuptial, illustré ci-dessous.

Le grèbe castagneux se reproduira-t-il cette année encore dans l'étang du parc du château de Menucourt ? photo prise en septembre 2014 sur le site. © Gilles Carcassès

Le grèbe castagneux en plumage nuptial et un de ses petits, vus en septembre 2014 au parc du château de Menucourt. © CACP – Gilles Carcassès

Grèbe castagneux - Saint-Ouen l'Aumône © Gilles Carcassès

Grèbe castagneux en plumage hivernal au bassin Blanche de Castille à Saint-Ouen l’Aumône © CACP – Gilles Carcassès

Le grèbe castagneux a la motorisation du hors-bord : deux pattes semi-palmées à mouvement alternatif à l’arrière.

On fait la course ? © Gilles Carcassès

On fait la course ? © CACP – Gilles Carcassès

En hiver, on voit souvent sur les grands étangs des rassemblements de grèbes castagneux migrateurs en provenance d’Europe du Nord et de l’Est.

Le grèbe castagneux, par le CORIF

Tous au bain !

grive draine - Saint-Ouen l'Aumône © Lycée jean Perrin

grive draine – Saint-Ouen l’Aumône © Lycée jean Perrin

La mare construite par les élèves du lycée jean Perrin à Saint-Ouen l’Aumône dans les espaces verts de leur établissement intéresse beaucoup d’oiseaux : chardonnerets, pinsons, verdiers, étourneaux, bergeronnettes des ruisseaux, pigeons ramiers, merles, grives draines et musiciennes se font régulièrement tirer le portrait par le piège photo installé sur la plage. Un héron est même passé voir l’état du garde-manger. Sagement, le lycée, qui veut étudier en classe la petite faune aquatique, n’a pas introduit de poissons. Le héron en a été pour ses frais.

Le lycée m’a envoyé ces quelques images des habitués de la plage.

Pic vert au bain - lycée jean Perrin à Saint-Ouen l'Aumône © Gilles Carcassès

Un pic vert fait sa toilette – Saint-Ouen l’Aumône © Lycée Jean Perrin

Pic vert mouillé © Gilles Carcassès

Pic vert tout mouillé © Lycée Jean Perrin

Après le bain, le pic vert s’ébroue et se sèche sur la plage.

geai © Gilles Carcassès

Un geai s’est posé sur le plongeoir © Lycée Jean Perrin

Pour le bain, le geai devra revenir : ce jour-là, le bassin est tout gelé.

geai au bain © Gilles Carcassès

Le geai s’asperge et fait des vagues © Lycée Jean Perrin

La glace a fondu, il est revenu.

Chat imprudent Pic vert au bain - lycée jean Perrin à Saint-Ouen l'Aumône © Gilles Carcassès

Un chat imprudent a brisé la glace du bassin – Saint-Ouen l’Aumône, le 4 décembre 2017 © Lycée Jean Perrin

Sa mésaventure ne l’a pas empêché de revenir roder à la plage !

Ca ne l'a pas empêché de revenir et il continue de pourchasser les oiseaux © Gilles Carcassès

Le chat du voisin continue de pourchasser les oiseaux © Lycée Jean Perrin

Encore raté !

Retrouvez nos articles qui retracent la genèse de cet espace de biodiversité :

La création de l’espace de nature

La construction de la mare

L’invasion de la perruche à collier

La perruche à collier n’est pas invasive qu’en France : dans la région de Londres, il y en aurait dix fois plus qu’en Ile-de-France !

Un grand merci à Philippine LAMBERT (ESSEC Global BBA) pour la traduction anglaise de cet article et à son professeur d’anglais, Christophe Brook, pour son aimable complicité.

Perruche à collier - Paris © Gilles Carcassès

Perruche à collier – Jardin des plantes à Paris © Gilles Carcassès

Nous vous rapportions au printemps 2015 l’arrivée de la perruche à collier à Cergy-Pontoise. Cette espèce exotique invasive ne cesse de progresser en France. Voici la carte des observations pour 2016 publiée sur le site Oiseaux des jardins :

Observations en France de la perruche à collier - 2016 (oiseauxdesjardins.fr)

La grosse tache rouge en Ile-de-France correspond aux descendantes des échappées de conteneurs, suite à des accidents dans les aéroports d’Orly et de Roissy, dans les années 1970 et 1990. Vous avez pu aussi croiser la perruche à collier sur certaines de vos destinations de vacances.

Un rapport très détaillé établi par les spécialistes du Muséum national d’Histoire naturelle pour les gestionnaires du parc de Sceaux montre la répartition de ces oiseaux dans 150 communes franciliennes :

observations de la perruche à collier dans 150 communes, dans la période 2010- 2014 (source MNHN)

Observations de la perruche à collier dans 150 communes en Ile-de-France, sur la période 2010 – 2014 (source MNHN)

Les chercheurs démontrent la croissance exponentielle de cette population d’Ile-de-France qui a dû aujourd’hui dépasser les 5000 individus, sur plus de 50 sites de reproduction. Ces oiseaux engendrent des dégâts dans certains vergers de particuliers en ville, car ils sont friands de cerises et de pommes. Ils occasionnent des nuisances surtout aux endroits où ils se rassemblent pour dormir en très grand nombre. A Massy, les riverains excédés par les fientes et le bruit ont réclamé l’élagage des arbres formant dortoir (3500 perruches !).

Les perruches concurrencent pour les nids d’autres oiseaux cavernicoles : les pigeons colombins, les étourneaux, les sittelles. On rapporte un comportement agressif envers l’écureuil roux. Mais notre adorable écureuil ne serait pas totalement innocent : les perruches ne font que se défendre en pourchassant un voleur d’œufs !

Où voir facilement des perruches à Cergy-Pontoise ? Les grands platanes du parc de l’abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen l’Aumône en accueillent plusieurs dizaines. Laissez-vous guider par leurs cris stridents…

Qu’il est chic le chipeau !

Le canard chipeau nous rend visite tous les hivers sur les étangs de l’Ile de loisirs de Cergy-Pontoise.

Canard chipeau mâle - étang du Corra © Gilles Carcassès

Canard chipeau mâle © Gilles Carcassès

Qu’il est chic ce chipeau avec son gilet gris chiné, son miroir blanc, sa coupe en brosse et son petit bec noir !

Canard chipeau femelle © Gilles Carcassès

Canard chipeau femelle © Gilles Carcassès

Et sa femelle n’est pas mal non plus avec son bec bicolore.

Le canard chipeau hiverne régulièrement sur les étangs de la vallée de la Seine. Les comptages Wetlands estiment sa population hivernale, en progression constante depuis 1995, à un millier d’individus en Ile-de-France. Ces canards migrateurs sont herbivores et nichent en Europe de l’Est et en Allemagne.

Message pour les nouveaux lecteurs : pour vous abonner et recevoir sur votre messagerie les articles de Nature en ville à Cergy-Pontoise, vous pouvez nous demander une invitation, en nous écrivant à l’adresse biodiversite@cergypontoise.fr

Les pigeons en ville

Pigeons domestiques à la gare de Cergy préfecture © Gilles Carcassès

Pigeons domestiques en ville © Gilles Carcassès

On rencontre communément en ville deux espèces de pigeons : le pigeon domestique, descendant du pigeon bizet, qui affectionne les escarpements naturels ou bâtis, et le pigeon ramier qui niche majoritairement dans les arbres.

Pigeon ramier au nid © Gilles Carcassès

Pigeon ramier au nid – Cergy © Gilles Carcassès

Le pigeon domestique pose plus de problèmes en raison de son affection pour les bâtiments et des salissures qu’occasionnent ses colonies. Le pigeon ramier cependant s’urbanise de plus en plus et commence aussi à nicher sur des constructions.

Pigeons domestiques © Gilles Carcassès

Pigeons domestiques sur une construction © Gilles Carcassès

Pour se protéger des fientes de pigeons, les gestionnaires des immeubles investissent dans des dispositifs mécaniques de type filets ou picots défensifs, mais ces solutions sont coûteuses et parfois difficiles à mettre en œuvre.

Le nourrissage régulier des pigeons avec du pain ou des graines par quelques personnes part d’un bon sentiment mais ne fait qu’aggraver la situation sanitaire des animaux en surpopulation ainsi que le problème des salissures. A noter que contrairement aux idées reçues, la présence des pigeons en ville n’a pas d’impact significatif sur la santé humaine.

Pour maîtriser les populations de pigeons en ville afin de rendre acceptable au plus grand nombre le niveau des désagréments qu’ils occasionnent, la protection des immeubles et ouvrages accessibles, et la communication en vue de dissuader le nourrissage excessif sont nécessaires.

L’installation de pigeonniers régulateurs peut en complément aider à contenir les effectifs des pigeons domestiques. Le principe est d’offrir aux pigeons des conditions de vie confortables et de limiter les naissances en stérilisant par secouage manuel une proportion raisonnable des œufs pondus dans les nichoirs aménagés à l’intérieur de ces pigeonniers.

Pigeonnier régulateur au parc Messonnier à Poissy © Gilles Carcassès

Pigeonnier régulateur au parc Meissonier à Poissy © Gilles Carcassès

Naureparif propose en téléchargement gratuit un livre très complet sur cette question de la présence des pigeons en ville et fait le tour des solutions les plus adaptées.le-pigeon-en-ville

Retrouvez nos articles :

Un prédateur surprenant des pigeons en ville (voir le lien vers la vidéo incroyable de francetvinfo.fr au début de cet article)

Le pigeon ramier, à la fenêtre de mon bureau

Nonnette

Groupe d'oies au château de Grouchy © Gilles Carcassès

Groupe d’oies devant le château de Grouchy à Osny © Gilles Carcassès

Qui domine de la tête et des épaules ce troupeau de bernaches du Canada ? C’est une oie domestique. Mais regardez bien au premier plan, devant cette grosse oie, cette bernache plus petite avec une bavette noire : c’est une bernache nonnette.

Bernache nonette © Gilles Carcassès

Bernache nonnette © Gilles Carcassès

Outre sa petite taille et sa bavette noire, on remarque son front blanc et son dos gris bleuté nettement barré. Cette espèce niche en Arctique et hiverne sur les côtes en Ecosse, Angleterre, Allemagne, Pays-Bas… En Ile-de-France, les rares oiseaux observés sont essentiellement échappés de captivité. Parfois, une vague de grand froid nous apporte quelques troupes de nonnettes sauvages. La reproduction de bernaches nonnettes en liberté n’a encore jamais été observée dans notre région, ce qui n’est pas le cas de la bernache du Canada, qui est une espèce invasive.

Bravo à Mathilde Vassenet, Peaupaul et Florent Roubinet, les trois premiers à avoir identifié les deux intrus !