L'actualité de la Nature

Les beautés cachées du polypore soufré

polypore soufré
Laetiporus sulphureus, le polypore soufré © Gilles Carcassès

Au parc du peuple de l’herbe – septembre 2016

Je l’ai repéré de loin ! Le tronc d’un gros saule blanc cassé par une tempête est envahi par le polypore soufré, un champignon aux couleurs et aux formes exubérantes.

polypore soufré
Fructifications de Laetiporus sulphureus © Gilles Carcassès

Février 2020, au même endroit

Trois ans et demi plus tard, j’ai retrouvé le gros arbre cassé et le champignon est toujours présent. Mais il a perdu de sa superbe, ses couleurs ont passé et des morceaux sont tombés au sol.

Laetiporus sulfureus
Le vieil arbre et son polypore © Gilles Carcassès

Des locataires, on dirait ?

galeries d'insectes
Galeries d’insectes dans le polypore soufré © Gilles Carcassès

Les frondes de polypore présentent de nombreuses galeries. Mais qui donc habite là ? Je décide d’en éplucher un morceau, à la recherche des habitants. La consistance est tendre, friable et presque crémeuse. On en mangerait presque…

Ma première rencontre est un Pediacus, un tout petit coléoptère forestier de la famille des Cucujidae, famille dont j’ignorais même l’existence. Il paraît que c’est un prédateur de larves. Pour un prédateur, il n’est pas bien vif ! Il faut dire que ses proies potentielles dans le champignon ne sont pas mobiles.

Pediacus sp. © Gilles Carcassès

Un moucheron émerge entre mes doigts, il explore quelques instants le dessus de ma main avant de s’envoler. C’est un membre de la famille des Mycetophilidae, dont les larves sont mycétophages, comme leur nom l’indique.

Mycetophilidae © Gilles Carcassès

Ça y est, je crois que je tiens les responsables des trous à la surface du polypore. Ces petits coléoptères noirs sont rangés à la queue-leu-leu dans leur galerie.

Eledona
Eledona agricola © Gilles Carcassès

Il s’agit d’une petite rareté, Eledona agricola. Cet insecte de la famille des Tenebrionidae est inféodé au polypore soufré.

Un autre insecte, furtif et fusiforme, se trémousse, galope et se cache sans cesse. Pour pouvoir le photographier, je le capture en douceur et le place dans un pot en verre. Les parois sont glissantes, il ne peut plus m’échapper ! Je profite d’une petite pause pour lui tirer le portrait avant de le relâcher. Cette jolie petite espèce est un staphylin, il s’agit de Tachyporus formosus. C’est sans doute aussi une espèce mycétophage.

Tachyporus
Tachyporus formosus © Gilles Carcassès

Je ne regrette pas mon exploration à l’intérieur de ce champignon, qui m’a réservé de bien belles surprises. Je crois que je vais maintenant lorgner sur d’autres espèces de champignons de souche, il y a tant à découvrir !

Retrouvez notre article :

Qui mange les champignons ?